PHOTO : Le rouge-gorge familier, compagnon éphémère…

Il n’est pas rare qu’au gré d’une balade, un petit oiseau bien connu accompagne le promeneur sur son chemin : le rouge-gorge familier (Erithacus rubecula) porte très bien son nom !

Rougegorge familier
Rougegorge familier (Erithacus rubecula) posé sur une branche d’arbre, en hiver

Discret, le rouge-gorge m’accompagne souvent au gré de mes balades nature, comme ce matin où ce joli individu me tint compagnie alors que je m’essayais à l’approche de deux beaux brocards sur l’herbe gelée et craquante… Approche infructueuse ! L’affût sera inévitable ces jours prochains, et j’espère bien revoir ce petit compagnon 😉

À CONSULTER ÉGALEMENT : Pour en savoir plus sur les oiseaux

Fiche d’identité du rouge-gorge familier

Le rougegorge familier (Erithacus rubecula) est un oiseau de l’ordre des Passériformes, qui appartient à la famille des Muscicapidés. Il a été décrit par Linnaeus en 1758. Cet oiseau est relativement petit, mesurant environ 14 cm de long et ayant une envergure de 20 à 22 cm. Il pèse entre 16 et 22 g, et peut vivre jusqu’à 15 ans.

Bien que solitaire, il fréquente assidument les mangeoires en hiver, ne rechignant pas à se chicorer avec des congénères singulièrement plus gros que lui : c’est que monsieur est territorial !

Description générale du rougegorge

Son plumage brun-roux et sa poitrine rouge vif en font un oiseau que l’on peut difficilement confondre. Sa queue est longue et pointue, précédant un corps arrondi formant une boule. Le mâle et la femelle sont semblables en apparence, il n’y a pas de dimorphisme sexuel flagrant. Il émet un chant mélodieux, sous forme de « tic » métallique caractéristique, qui peut être entendu tout au long de l’année (un peu moins en été) et ne peut être confondu dès lors qu’on le connaît.

Les rouges-gorges sont très territoriaux !
Rougegorges (Erithacus rubecula) posés au bord d’une mare forestière en été : c’est un oiseau très territorial !

Le rougegorge familier se nourrit principalement de petits insectes mais à la mauvaise saison il peut se contenter de graines et de restes. Il niche généralement dans des buissons ou des arbres avec des trous creusés dans des fissures, et il est très commun dans la plupart des régions tempérées et boréales (il est nicheur sur l’ensemble du continent eurasiatique, jusque dans l’extrême nord de l’Afrique, la Chine et une parti du Moyen-Orient).

Le juvénile a une silhouette logiquement comparable à celle de l’adulte, mais une apparence très différente. Son corps entier est d’une couleur brun avec de grandes taches rousses, qui sont typiques des Muscicapidés. On peut déjà voir quelques plumes orangées sur le plastron de l’oiseau, qui apparaîtront plus clairement après la mue juvénile. Une bande rousse se distingue nettement sur l’aile fermée, ce qui permet de l’identifier l’année suivante. En outre, les premières semaines, la commissure buccale jaune est bien visible.

Rougegorge juvénile
Rougegorge juvénile

Questions / réponses sur le rougegorge familier

1 réflexion sur “PHOTO : Le rouge-gorge familier, compagnon éphémère…”

  1. Avatar de CARRE
    CARRE

    J’ai un rouge gorge qui vient me voir chaque année à la maison. Nous nous reconnaissons, je lui parle et il reste
    longtemps près de moi. On dirait qu’il comprend ce que je lui dis. Je l’ai photographié à à peine un mètre de moi. C’est un compagnon formidable ! J’attends Octobre avec impatience pour le revoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut