TECHNIQUE : Piégeage photographique d’oiseau

Le piégeage photographique d’oiseau avec une barrière infra-rouge n’est pas une technique si simple à l’usage. Le temps de se familiariser avec le matériel (acheté chez Marc Jardel) et de voir quelles sont les limites de ce type d’installation, m’a permis de jauger les difficultés rencontrées lors des prises de vue.

Lors de mes premières séances, j’ai obtenu quelques photos nettes seulement sur +180 déclenchements seulement, mais aussi et surtout beaucoup de sujets coupés au cadrage !

Mésange charbonnière à l'atterrissage (piégeage photographique)
Un essai de piégeage photographique
EOS 5D mark II + 24-105/4 L IS USM à 105mm
f/4.0, 1/1250ème, 1600 ISO

La principale difficulté tient au fait que la mise au point est préalable. La seconde tient au temps de latence entre le déclenchement de la barrière et celui de l’appareil photo (malgré le dispositif pour utiliser le relevé de miroir, réduisant drastiquement ce délai !) ; les passereaux en vol arrivent à des vitesses relativement élevées, et si le coupage du faisceau infrarouge fonctionne très bien, les faire se poser là où il faut n’est franchement pas évident ! Je n’ai conservé que deux photographies où le sujet était entier.

L’installation vue de ma fenêtre (première configuration avec le 70-200mm ; j’ai eu beaucoup de photos nettes, mais je n’avais pas prévu que les oiseaux arrivaient « par le bas » et tous étaient du coup derrière la branche) :

Installation photographique de piégeage photo pour les oiseaux

Mes séances suivantes ont été effectuées en sous-bois, offrant de fait d’autres possibilités, notamment en matière de cadrage. J’ai donc fait le choix logique du grand-angle, ce qui évite les problématiques de sujets coupés, et donne une autre perspective aux prises de vues.

En sous-bois, grand-angle autorisé !
En sous-bois, le piégeage photo permet d’utiliser des objectifs grand-angle

Il n’est pas question ici de faire une démo technique de l’installation, car selon les équipements (barrière infrarouge, barrière laser, déclenchement par contacteur, etc.) les possibilités sont pour ainsi dire infinies.

18 réflexions sur “TECHNIQUE : Piégeage photographique d’oiseau”

  1. Avatar de cris
    cris

    Slt, Je constate que la barrière I.R. n’est pas facile à apprivoiser, mais j’sent qu’il va y avoir de belles photos à la clé !

    a+

  2. Avatar de pyrros
    pyrros

    sacree technique .. .mais quel en est l interet dans son jardin ??? est ce seulement pour le test et tu envisages l utilisation en pleine nature (chasse au grands mamiferes) ou autre ??

  3. Avatar de Cédric Girard
    Cédric Girard

    Merci pour votre passage 😉

    Au jardin, l’intérêt est effectivement de pouvoir tester sur de petites durées avec des sujets faciles (ou en tout cas des sujets à foison !) mais également de voir ce qu’il est possible de faire sur des oiseaux en vol, à terme, quand j’aurai maîtrisé tous les paramètres.

    Pratiquer sur de grands mammifères, non (je préfère les voir et déclencher moi-même). Mais des petits, oui !

  4. Avatar de aimssi
    aimssi

    Bonjour,

    Sujet très intéressant, je comptais aussi investir dans ce genre de matériel.
    Par contre, je pensais plutôt avoir deux barrières qui se croiseraient en UN SEUL point, alors qu’à priori, vous avez choisi une seule barrière de deux ou trois mètres de long…. ce qui me semble plus aléatoire pour la mise au point !
    Merci, en tout cas, de toute l’expérience que vous nous faites partager chaque semaine.

  5. Avatar de strati02
    strati02

    bonjour cédric,
    apparemment tu as une idée derrière la tête, les rapaces nocturnes ou les chauve souris apparaitront bientôt sur le site.
    en tout cas merci pour le lien vers la boutique, je n’y aurais jamais été voir par moi-même car je pensais que ces produits étaient beaucoup plus chères.
    j’attend avec impatience de voir ce que tu vas obtenir avec ce matos.

  6. Avatar de Raphaël D.
    Raphaël D.

    Bonjour Cédric,

    Une idée qui me passe par la tête afin d’avoir des sujets en plein vol :
    Utiliser une torche de jardin en bambou, plantée dans l’herbe et disposer la nourriture pile poil à son sommet (boule de graisse pleine de graines par exemple). La mise au point se faisant à quelques centimètres au dessus et donc le cadrage excluant le support.
    Ainsi l’oiseau ne pourrait se poser sur le support (le bambou étant lisse et disposé verticalement ; en outre on s’assure que le modèle ne dispose pas de coupelle en son sommet ; sinon on la retire) ce qui l’obligerait à faire un peu de vol stationnaire pendant quelques secondes avant de piquer un aliment.

    On peut également utiliser un pied de parasol sur lequel on dispose de la nourriture en veillant à ce que l’animale ne puisse pas se poser.

  7. Avatar de Sniam
    Sniam

    Salut Cédric,

    J’ai toujours voulu m’acheter ce type d’appareillage mais je n’en ai jamais eu véritablement l’occasion. Je suivrai donc avec attention ton aventure dans ce nouveau monde qui, à l’évidence, offre des perspectives inédites des plus prometteuses 😉

    Bonne chance pour ce projet et tous les autres…

    Tanguy

  8. Avatar de Loïc
    Loïc

    Salut Cédric, amusant j’ai fait la même acquisition mais je n’ai pas encore eu bien le temps de la tester. J’étais trop occupé avec les lièvres variables 😉
    Par contre j’ai vite rencontré un problème en tentant des photos de loirs de nuit. Mon flash SIGMA se met en veille automatiquement au bout de 90 secondes. Et IMPOSSIBLE de désactiver cette "option" !!!!!! Alors si vous voulez voir des photos de loirs dans la nuit noire, j’ai ce qu’il vous faut…

  9. Avatar de R-jac
    R-jac

    Salut

    Belle photo, j’espère qu’il y en aura d’autre quand tu auras perfectionner la technique.

    Est-ce qu’on peut savoir quelle barrière tu as choisis chez Jama?
    Merci d’avance

  10. Avatar de Cédric Girard
    Cédric Girard

    Bonjour

    J’ai pris "simplement" la barrière infrarouge avec une rallonge de 10m et surtout, le dispositif pour maîtriser le relevage de miroir (qui chez Canon redescend au bout de 30 secondes !)

    Pas encore testé au niveau des flashs… C’est un 500 DG Super que tu as ? J’en ai un aussi (j’ai également un 580 EX et un vieux flash Nissin full manuel)

  11. Avatar de Loïc
    Loïc

    Oui c’est le DG SUPER. Si tu trouves une combine…
    Mais tu n’auras pas ce soucis avec le 580EX au moins. En plus tu pourras te servir du SIGMA en flash asservi.

  12. Avatar de R-jac
    R-jac

    Merci, tu m’as bien expliqué ce qu’il fallait pour faire ça et je sais ce qu’il faut maintenant (je me perdais souvent dans tous les modèles (laser/ir) et les accessoires.
    Je prévoirai une fois d’acheter ça ^^

  13. Avatar de Cryptocoryne
    Cryptocoryne

    Pour une première c’est très réussi, félicitation.

  14. Avatar de (noname)
    (noname)

    Merci Cedric, Très intéressant, je comptais aussi investir dans ce genre de matériel, mais je pensais mettre deux barrières au lieu d’une qui se croiseraient en UN SEUL point pour augmenter les resultats. Qu’en pensez-vous ?? Merci de votre réponse.

  15. Avatar de Cédric Girard
    Cédric Girard

    Pour répondre (entre deux spams) à noname (eh oui, pas de pseudo SEO qui tienne, sorry !) cela apporte effectivement une précision supplémentaire, mais on peut déjà travailler correctement avec une seule barrière.

    Pour les prises de vues précises (sur de petits sujets notamment) effectivement, deux barrières s’imposent. Voire l’utilisation de barrières laser, sensiblement plus précises.

  16. Avatar de Matthieu
    Matthieu

    Eh ben, c’est sacrement efficace comme technique

  17. Avatar de Gwennaëlle
    Gwennaëlle

    Bon et bien moi je cherchais un tuto sur la prise de vue infra-rouge (on en trouve des tonnes sur le traitement) et je me suis tournée vers toi avec le fol espoir que tu y aies déjà goûté. Et rien.
    Tout ce que j’ai trouvé sur l’IR sur ton blog c’est ça. Je ne te raconte pas la déception.
    Je vais me contenter de tes magnifiques images animalières 🙂

    1. Avatar de Cédric G.
      Cédric G.

      Bonjour Gwennaëlle
      Voilà une invitation à la rédaction d’un article sur le piégeage, ou je ne m’y connais pas 🙂
      Je vais voir ce que je peux faire (disons que j’ai déjà « un certain nombre » de choses en cours !!!) car effectivement le piégeage est une spécialité des plus intéressantes.
      Pour le moment je me suis surtout contenté de… bidouiller !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page