Protection des photos sur Internet

22/01/2008 108 commentaires par Cédric G. +

Tout photographe, qu’il soit amateur ou professionnel, publiant ses photos sur Internet est un jour confronté au problème du vol de ses images, pourtant réprimé sévèrement par la loi (en France en tout cas !) Je vous propose un petit rappel des lois régissant le droit d’auteur en France histoire de se rafraîchir les neurones, puis quelques petites astuces pour assurer une protection minimale vos photographies des emprunts intempestifs dont elles peuvent faire l’objet…

En préambule : je tiens à préciser que je n’assure aucun support technique pour des raisons évidentes de disponibilité de ma part, et que toutes les informations présentées ci-dessous sont à prendre comme telles et ne sauraient engager ma responsabilité ;-) !

Le problème du web : être vu… sans être pillé !

Il nous faut d’abord comprendre ce qu’est Internet : une gigantesque « base de données » mondiale, accessible par tous, depuis tous les pays. L’intérêt d’un site web n’est pas son existence en soi, mais le fait qu’il soit visible et visité par d’autres personnes dans le monde ! Ainsi, traditionnellement un photographe (amateur ou professionnel) qui construira son site web, le fera d’abord pour montrer ses oeuvres au Monde entier (avec toutes les conséquences que cela pourra amener : prises de contacts diverses, avec des passionnés, des admirateurs… voire des professionnels intéressés, qui seront les ambassadeurs d’un premier pas vers le professionnalisme : ce fut mon cas personnel en 2005 !)

Le trafic d’un site web dépend donc de divers facteurs :

  • sa popularité auprès des personnes partageant les mêmes centres d’intérets (amènera généralement des visites « directes » si le site est mis régulièrement à jour, et des visites occasionnelles, depuis les sites web de ceux qui apprécient votre site et qui l’auront « linké » depuis le leur)
  • sa visibilité auprès des moteurs de recherche (dépendra de sa popularité, cf point précédent, mais aussi et surtout de sa mise en oeuvre technique, qui fera que les pages et/ou leur contenu pourront être indexées dans les bases de données de ces moteurs de recherche !)

Par ailleurs, sur une population donnée d’internautes, il subsiste un certain nombre de personnes qui sont susceptibles de vouloir « emprunter » votre contenu (c’est-à-dire vos images) pour une utilisation privée (ce qui est autorisé par la loi française avec ce que l’on appelle la « copie privée ») voire une utilisation « publique » illicite (sur leur propre site web par exemple !) ; et c’est là que l’on obtient une équation simplissime :

Nombre de pilleurs = Nombre de visiteurs x n / 100
avec 0 < n < 100

En d’autres termes : plus vous avez de visiteurs, plus vous serez confrontés aux voleurs d’images !

Ceci pose un problème pour tous ceux qui (comme moi :-D ) misent sur la visibilité de leur « contenu web » pour augmenter leur activité photographique à vocation professionnelle (l’impact est insoupçonné par beaucoup… Je peux dire que 50% de mon chiffre d’affaire 2007 hors revenus d’agences provient de personnes m’ayant « trouvé » sur Internet !). Être en première page de Google sur une expression donnée peut amener un potentiel de visiteurs professionnels qui vous contacteront pour un éventuel contrat ; être dans la première page de Google Images (partie du moteur dédiée aux images et aux photographies) démultipliera cette possibilité (que beaucoup de photographes sous-estiment !). Partant de là, on applique la petite équation ci-dessus et on imagine donc la réaction en chaîne : vouloir « vendre » ses images en augmentant leur visibilité web engendre un risque proportionnel de les voir pillées et affichées sur des sites web publics sans autorisation !

Droit français et propriété intellectuelle

Il est clair que les éléments énumérés ci-après ne concernent que le droit français, et qu’un sud-africain ou un népalais qui vous emprunte une image ne sera jamais réellement menacé par nos lois (ou en tout cas très difficilement :…) Toute la difficulté est de définir les limites que l’on tolère, et qui dépendent d’ailleurs de son propre statut de photographe. Quoi qu’il en soit, amateur ou professionnel, le droit d’auteur s’applique de façon strictement identique, et DOIT être respecté par les webmasters, utilisateurs et entreprises en France, quelle que soit la « qualité » de l’oeuvre pillée (si tant est qu’elle puisse être mesurable : la beauté est là où on la trouve !)

Pour ce faire, il existe un texte : le Code de la Propriété Intellectuelle [ Référence : Legifrance ].

Si comme moi vous trouvez les textes législatifs imbuvables et pour le moins incompréhensibles, reportez-vous plus simplement aux articles suivants, qui me semblent les plus importants dans les relations qu’un photographe peut être amené à avoir avec des tiers :

  • Article. L112-2, paragraphe 9 : définit comme oeuvres de l’esprit « les oeuvres photographiques et celles réalisées à l’aide de techniques analogues à la photographie »
  • Article L121-1 : l’auteur jouit du droit au respect de son nom (en d’autres termes : votre nom DOIT OBLIGATOIREMENT être cité pour chaque apparition de vos photographies)
  • Article L121-2 : l’auteur a seul le droit de diffuser son oeuvre (ou peut l’autoriser en définissant les conditions de diffusion relatives à celle-ci)
  • Article L122-4 : l’article le plus important du chapitre II du CPI (qui définit les droits patrimoniaux), explicitant que toute reproduction totale ou partielle de l’oeuvre sans consentement de son auteur est illicite
  • Articles L335-2 et L335-3 : la conséquence pénale du non respect de l’article précédent… qui en fait un délit de contrefaçon en cas d’édition ou de reproduction autre qu’en cercle privé ou familial (peines maximales encourues : 3 ans de prison et 300 000€ d’amende)

Il en ressort que la divulgation d’une photographie sur un site internet (et donc PUBLIC) sans autorisation de son auteur, constitue pleinement un délit de contrefaçon. La théorie voudra que l’auteur ait la loi de son côté ! Or, dans les faits c’est un tout petit peu plus compliqué, dans le sens où l’avénement des sites personnels et surtout des blogs gratuits, a démultiplié le phénomène de l’emprunt illicite de photographies sur le web. Très souvent, ce sont les administrateurs qui sont contactés par les auteurs pour le préjudice constaté, et très souvent, ces administrateurs s’appuient sur la loi LEN pour défendre leur position ! Je vous laisse découvrir le texte de l’article 6 du Chapitre II (notamment le paragraphe 5) de cette loi… et imaginer toutes les difficultés qui en découlent pour les auteurs :-( : en d’autres termes, il nous faut PROUVER le préjudice et MONTRER (avec courrier en recommandé avec AR, généralement) que nous avons d’abord tenté un arrangement amiable avec le voleur :-| (ce qui est rendu bien compliqué vu l’identité de la plupart des blogueurs, très souvent mineurs, et par le fait que trop de plate-formes gratuites restent hermétiques au niveau de leurs coordonnées réelles…)

Que de la joie ! C’est pour simplement éviter ce genre de situation, qu’il est indispensable (que l’on soit amateur ou professionnel, car nos droits sont les mêmes !) de mettre en place un certain nombre de mécanismes et d’astuces, pour limiter les emprunts illicites, et qui mèneront un jour ou l’autre (avec le jeu de l’image envoyée au copain qui l’envoie au copain qui l’envoie au copain qui la diffuse en Creative Commons ou autre truc « libre de droit ») à retrouver l’une de vos photos dans une édition commerciale !…

Pour ma part, je considère que le but d’un site web étant d’être vu par les moteurs de recherche pour être trouvé par les internautes, il est indispensable que les images qu’il affiche le soient aussi, et donc que l’ensemble soit « visible » par ces moteurs de recherche… au détriment de leur « sécurité » mais c’est là le prix à payer ! Le web est avant tout un partage d’information, et créer son site sans que ce dernier soit visible, revient à ne finalement rien faire ;-) et c’est le cas des galeries en technologie Flash ou AJAX (Javascript + XML). Je suis donc pour la diffusion des images dans des galeries HTML classiques, mais avec quelques éléments à revoir en terme de protection ! Voyons à présent les petites choses à prévoir lorsque l’on diffuse des photographies sur son site web…

Mesure n°1 : mieux préparer ses images pour le web

La raison du vol de photographie réside sur la qualité de ces dernières, mais aussi sur la qualité de leur présentation : en d’autres termes, plus l’utilisation qui peut en être faite (hormis la visualisation web) est vaste, plus les risques d’emprunts sont grands ! La première mesure, essentielle, à prendre est donc de limiter ces possibilités, en réduisant la taille des images diffusées, mais aussi leur qualité d’affichage (sans toutefois pénaliser l’internaute qui vient, lui, les voir sur vos galeries !)

Limiter les dimensions
Sur ce point, il n’existe malheureusement pas de règles communes : certains vous diront 900 pixels sur la dimension la plus grande, d’autres vous rétorquerons 300 pixels ! Pour ma part, j’ai coupé la poire en deux comme on dit, et j’affiche mes images en 600 pixels sur leur dimension la plus grande : un « juste milieu » qui permet de les apprécier un minimum sans trop pénaliser l’amateur de belles images… La fourchette moyenne raisonnable se situera donc entre 450 et 750 pixels sur leur plus grande dimension.

Et les photographies panoramiques ? De part leur aspect ratio, elles demandent des mesures spécifiques. Pour ma part, pour le moment je n’en diffuse pas (une solution consiste à les diffuser dans la largeur choisie pour ses images habituelles afin de préserver leur visibilité sur les moteurs de recherche, et de diffuser en sus une animation QuicktimeVR ou Flash pour les internautes, leur permettant de les visiter en grandes dimensions mais sans jamais les voir en intégralité)

Limiter la qualité en maîtrisant la compression JPEG
Un autre aspect souvent négligé est la qualité de l’image induite par la compression utilisée pour générer le fichier JPEG. Outre le fait qu’une faible compression engendrera une image de poids non négligeable (aspect il est vrai de moins en moins important de nos jours étant donné les débits actuels de connexion), elle représente un petit danger quant aux possibilités d’interpolation de l’image, et donc de son agrandissement potentiel via un logiciel spécialisé ! La plupart des logiciels permettent de simuler la taille des fichiers JPEG lors de l’enregistrement, ce qui permet de moduler la compression et d’ajuster au mieux la valeur choisie.

Photoshop dispose pour sa part d’un outil bien pratique : l’enregistrement pour le web. Accessible via le menu Fichier / Enregistrer pour le web, cette commande spécifique permet de sauvegarder les images aux formats usuels de l’Internet (GIF, JPEG ou PNG, au choix) tout en optimisant le poids du fichier, évidemment pour limiter le temps de chargement ! L’outil permet notamment de fixer un poids voulu pour l’image finale :

Dans la fenêtre Enregistrer pour le web, activer le menu contextuel
Dans la fenêtre « Enregistrer pour le web », activer le menu contextuel en cliquant sur le triangle puis cliquer sur « Optimiser pour la taille du fichier »


Fixer le poids maximum voulu pour le fichier, en kilo-octets
Fixer le poids maximum désiré en Kilo-octets, puis valider

Bien évidemment la structure même de l’image influera grandement sur la taille du fichier, aussi il convient d’optimiser au cas par cas ses images… dans la mesure du possible ! Les possibilités de Photoshop dans ce domaine sont immenses et pourraient faire l’objet d’un article complet, aussi je me limite au strict minimum ici.

Mesure n°2 : supprimer les facilités proposées par les navigateurs web

Les navigateurs les plus couramment utilisés (Internet et Firefox, pour ne citer que ceux que j’utilise personnellement) proposent un certain nombre de fonctionnalités destinées à la récupération des images par l’internaute : but louable s’il en est, il nous faut donc les contrer un minimum !

Empêcher le clic droit de la souris
Le fameux clic droit de la souris permet l’accès (en environnement Windows en tout cas) à un menu contextuel permettant, sur une image, de l’enregistrer sur l’ordinateur de l’internaute… C’est là l’un des biais les plus utilisés pour récupérer les images sur le web… Il nous faut donc l’empêcher ! Je sais que de nombreux internautes honnêtes utilisent souvent le clic droit pour tout autre chose (revenir sur la page précédente, bookmarquer la page en cours, ouvrir un lien dans une nouvelle fenêtre ou un nouvel onglet, etc…) mais il faut admettre que la plupart utilise cet outil pour piquer les images !

Voici donc une parade simple, utilisant un petit script Javascript qui inhibe simplement l’apparition du menu contextuel :

 <script type="text/javascript"> <!-- function clickIE4(){ if (event.button==2){ return false; } } function clickNS4(e){ if (document.layers||document.getElementById&&!document.all){ if (e.which==2||e.which==3){ return false; } } } if (document.layers){ document.captureEvents(Event.MOUSEDOWN); document.onmousedown=clickNS4; } else if (document.all&&!document.getElementById){ document.onmousedown=clickIE4; } document.oncontextmenu=new Function("return false") // --> </script>

À noter que la plupart des navigateurs actuels permettent de désactiver le javascript… et donc de parader très simplement ce subterfuge ! Les puristes me feront remarquer que désactiver le clic droit de la souris sur une page peut gêner la navigation pour certaines personnes, en y désactivant quelques facilités pratiques. La solution passe alors par un attribut à utiliser directement sur la balise image HTML, pour ne désactiver le clic droit que sur les images (attention, attribut non conforme XHTML Strict…) ;-)

 <IMG src="ici/le-chemin-vers/votre-image.jpg" oncontextmenu="return false" />

Empêcher la désactivation du javascript !
Eh oui, il y a solution à tout (ou presque) ! L’astuce consiste à interdire le visionnage de la page si le javascript est désactivé : mesure radicale mais vraiment déconseillée car vous perdrez inévitablement des visiteurs… Voici le code :

<noscript> <!-- JavaScript est obligatoire, sinon: --> <meta http-equiv='Refresh' content='0; url=/error_js.html'> </noscript>

Il vous faudra créer à la racine de votre site une page nommée error_js.html, qui affichera un message à l’internaute concernant la nécessité d’activer le Javascript sur votre site… Personnellement je déconseille cette méthode quasi dictatoriale même si elle ne dérangera qu’une minorité de visiteurs !

Empêcher le glisser-déplacer des images (utilisable dans Firefox)
Cette fonctionnalité apporte à l’internaute une possibilité inattendue : il suffit de faire glisser l’image vers la barre d’adresse, pour la voir s’afficher simplement, seule et sans protection ! Pour éviter cela, une astuce basique : placer un lien sur l’image car le navigateur glissera alors ce lien en lieu et place de l’image ;-) (c’est très souvent le cas dans les scripts de galerie communs, ceci s’applique donc aux images où ce n’est pas le cas)

Si vous n’avez aucun besoin de lien (par exemple pour retourner à la galerie), placer ce que l’on appelle une ancre (lien « vide ») tout en veillant à garder une forme de curseur de souris n’induisant pas en erreur l’internaute. Exemple de code :

 <a style="text-decoration:none;cursor:default;" href="#"><IMG src="ici/le-chemin-vers/votre-image.jpg"></a>

Empêcher l’affichage de la barre d’images dans Internet Explorer Cette petite barre d’image arrivée avec la version 6 du navigateur, permet à l’internaute de pouvoir, au simple passage de la souris sur celle-ci (en attendant généralement une fraction de seconde), directement sauvegarder, envoyer ou imprimer une image présente sur une page web… Si comme beaucoup de fonctionnalités proposées, celle-ci est louable, il n’empêche pas qu’elle est devenue avec le temps l’un des outils les plus pratiques pour les voleurs d’image en herbe ! À priori elle a disparu avec IE7 (en tout cas elle n’apparaît plus chez moi).

Barre d'image dans Internet Explorer

Il existe une astuce extrêmement simple pour empêcher son apparition dans le navigateur Microsoft : une simple balise META, à disposer dans la balise HEAD (avec les autres balises META généralement présentes) de votre page HTML ;-)

<META HTTP-EQUIV="imagetoolbar" CONTENT="no">

Et empêcher la copie d’écran ?…
Il existe une technique basée sur le fonctionnement même de la copie d’écran, qui je le rappelle « photographie » ce qui passe sur votre écran et le place (au format bitmap) dans le presse-papier de votre système d’exploitation, permettant de récupérer l’image ensuite dans un logiciel par un simple « coller ». Cette technique consiste, avec un petit code Javascript, à vider le presse-papier par exemple toutes les demi-secondes, de manière à ce que ce dernier ne puisse jamais « contenir » ce qui est affiché dans le navigateur !

Je n’ai personnellement jamais réussi à faire fonctionner convenablement ce type de script, et je ne le diffuserai pas ici pour une simple raison : l’internaute doit être en droit de travailler sur plusieurs applications simultanément, et ce vidage intempestif et masqué de son presse-papier est susceptible d’occasionner un dysfonctionnement majeur de son ordinateur : imaginez, vous êtes dans Word, vous coupez (pour le recoller ailleurs) un long paragraphe que vous avez mis 30 minutes à rédiger, et pffffuit ! Le navigateur qui tournait en tâche de fond vous fait tout disparaître !!! Pas très sympa :-(

Mesure n°3 : protéger les répertoires contenant vos images

Là encore, il ne s’agit pas réellement d’une astuce, mais de bon sens : un répertoire ne contenant pas de fichier « index » (page chargée par défaut sur votre serveur web lorsqu’elle est présente dans un répertoire) et qui est accédé via le navigateur, offrira à l’internaute la vision de son contenu à la manière d’un explorateur de fichiers ! Un simple clic sur les fichiers y figurant permettra de les afficher le cas échéant (cas des images) et donc de les sauvegarder très librement.

L’astuce (qui n’en est pas une) consiste donc à simplement placer dans TOUS les répertoires aisément identifiables de votre site un petit fichier index.htm (ou index.php, index.asp, index.aspx, etc… ceci dépendant de votre serveur web) redirigeant vers votre page d’accueil ! Voici un exemple de code pour ce type de page « bidon » mais nécessaire pour masquer le contenu de vos répertoires :

<html> <head> <title>ICI LE NOM DE VOTRE SITE</title> <meta name="Robots" content="nofollow,noindex"> <meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=iso-8859-1"> </head> <SCRIPT LANGUAGE="JavaScript"> function AttendrePuisAller(delai) {   // Déclenche le timer à la fin du chargement de la page (delai est en demi-secondes)   setTimeout("window.location='http://www.votresite.com'",delai*500); } </SCRIPT> <body bgcolor="#FFFFFF" onLoad="AttendrePuisAller(1);"> <p>R&eacute;pertoire non autoris&eacute; !</p> </body> </html>

Il suffit d’y remplacer le titre (entre les balises TITLE sur la 3ème ligne) et l’adresse de votre site web à la 10ème ligne ;-) ; je ne rentre pas dans le détail du reste, mais la redirection est faite après une demi-seconde, et une balise permet d’éviter que cette page inutile soit indexée par les moteurs de recherche le cas échéant…

Mesure n°4 : se protéger des « hotlinks »

Un hotlink se traduit littéralement par « lien à chaud ». Sans le savoir peut-être, vous utilisez certainement très souvent cette technique lorsque vous diffusez vos photographies sur les forums (par exemple) ne permettant pas d’enregistrer des images dans les messages. Le hotlink se caractérise par une balise HTML IMG pointant vers une image qui n’est pas sur le serveur hébergeant la page web affichée.

Petit exemple pratique : vous diffusez une image nommée image1.jpg et hébergée sur votre serveur à l’adresse suivante : http://www.votreserveur.com/images/image1.jpg ; un internaute désire l’afficher sur son propre site, mais sans copier votre image. Il lui suffit donc de saisir la balise HTML suivante dans le code de sa page :

<IMG src="http://www.votreserveur.com/images/image1.jpg">

Tout simplement ! Le résultat ? Votre image s’affichera sur son site, qui plus est en utilisant VOTRE bande passante puisqu’elle restera hébergée sur VOTRE serveur ! Et la conséquence de cela ne s’arrête pas là : si le site de l’emprunteur est bien référencé, il y a toutes les chances que Google Images affiche VOTRE image mais pointe sur SA page, vous « volant » le lien si chèrement acquis, et donc vous volant votre popularité !!!

Un peu de technique…
Il existe heureusement une parade pour rendre la tâche des « hotlinkeurs » difficile… Je me limiterai à ce que je connais, c’est-à-dire le mécanisme utilisable sur un serveur Apache (qui héberge la grande majorité des sites sur le web et est utilisé par 99% des hébergeurs gratuits et payants « grand public »). Le principe repose sur l’utilisation d’un petit fichier de configuration nommé htaccess, que l’on place dans les répertoires d’un site web pour en définir certains comportements, au niveau du serveur, notamment en matière de sécurité et de gestion d’erreur.

Ce petit fichier permet par exemple de définir les pages qui seront affichées en cas d’erreur (page manquante, etc…), de définir des redirections temporaires ou permanentes (en cas de changement du nom d’une page par exemple) ou encore de définir des conditions sous lesquelles on « réécrit » à la volée le nom des ressources envoyées par le serveur (ces ressources sont des fichiers : pages web, images, etc…) Et c’est cette fonctionnalité que nous allons utiliser, puisqu’il est évidemment possible de savoir d’où vient la « demande » et de définir ce que l’on va renvoyer en guise de réponse, selon l’origine du demandeur (fichier original, fichier modifié, autre fichier, ou… rien du tout !)

Je ne rentrerai pas dans les arcanes de la programmation des fichiers htaccess, aussi je vous renvoie vers cet article fort bien conçu pour en savoir plus à ce propos !

Script htaccess de base
Il s’agit de distinguer simplement les sites « autorisés » des sites « non autorisés », et de rebalancer à ces derniers une image bidon (histoire de les em…bêter un peu, je leur renvoie généralement un fichier de forte dimensions, par exemple 1024×768 pixels, stipulant que l’image a été utilisée sans autorisation (info diffusée en français et en anglais et très visible, évidemment…) ; sans entrer dans les détails, ce fichier .htaccess doit être placé dans le répertoire contenant vos fichiers JPEG, et il faut mettre en ligne quelque part sur votre site l’image bidon qui sera renvoyée aux sites déloyaux (au format GIF).

 Options +FollowSymlinks RewriteEngine on # Gestion des hotlinks d'images # Ici on renvoie une image bidon au format GIF RewriteCond %{HTTP_REFERER} ^http://[a-z0-9]*\.blogger\.com [NC,OR] RewriteCond %{HTTP_REFERER} ^http://[a-z0-9]*\.oldiblog\.com [NC,OR] RewriteCond %{HTTP_REFERER} ^http://[a-z0-9]*\.free\.fr [NC,OR] RewriteCond %{HTTP_REFERER} ^http://[a-z0-9]*\.doctissimo\.fr [NC] RewriteRule .*\.(jpg)$ http://www.votre-site.com/chemin/photo-bidon.gif [NC,R,L]

Très simplement : dans l’exemple ci-dessus, le script gère toutes les demandes de fichiers JPEG de votre répertoire pour ce qui vient des sites spécifiés (y compris leurs sous-domaines, par exemple toto.free.fr) et leur renvoie l’image bidon « photo-bidon.gif » en lieu et place ! Notez que pour interdire un site www.truc.fr ou machin.truc.fr, il vous faudra saisir très précisément

RewriteCond %{HTTP_REFERER} ^http://[a-z0-9]*\.truc\.fr [NC,OR]

La clause « NC » en fin de ligne signifie « No Case-sensitive », c’est-à-dire sans distinctions majuscules/minuscules, et « OR » signifie « ou » et permet de cumuler des conditions successives (les lignes commençant par « RewriteCond » désignent les conditions d’exécution de la règle, qui elle débute par « RewriteRule ») ; notez que la dernière ligne de condition se termine logiquement par la seule clause « NC » ;-)

Comment retrouver ses images hotlinkées ?…
L’astuce la plus « courante » consiste à utiliser Google Images (ou un autre moteur de recherche spécialisé dans les images) en recherchant la clause site:www.votre-site.com : ceci va ramener toutes les images indexées (il est possible qu’il n’y en ait aucune, d’où la limite de cet outil !) qui sont hébergées sur www.votre-site.com quel qu’en soit le répertoire ou sous-répertoire, et… quel qu’en soit le site qui l’affiche ! Une simple recherche visuelle permet de rapidement dénicher les sites qui « empruntent » vos images… C’est ma méthode, il en existe d’autres infaillibles et axées sur une technique dont vous pouvez voir les prémisses ici, et qui consiste au niveau du htaccess, à exécuter à chaque demande d’image un script qui va inscrire dans un fichier l’origine du demandeur, et ainsi permettre par simple listage de ce fichier, de le connaître et de lui renvoyer selon cas, soit l’image, soit une image bidon (dans l’exemple cité en lien, le script renvoie l’image affublée d’un marquage en règle ;-) ce qui est une moindre mesure)

Pour aller plus loin : un outil gratuit prêt à l’emploi, Visohotlink
Pour aller encore plus loin, on pourrait imaginer une interface web d’administration permettant de finement gérer les images hotlinkées et décider en temps réel ce que l’on renverra au site « coupable » (tout en établissant des statistiques fines sur les images concernées !) ; cet outil existe déjà, il s’appelle Visohotlink et est gratuit… et français ! Pour en savoir plus, voir sur le site officiel de son créateur : Visohotlink !

Mesure n°5 : marquer visuellement ses images sans les dénaturer

La mesure sans doute la plus efficace (et aussi la moins populaire) consiste au marquage visuel des images : la signature ! Transparente ou opaque, voyante ou discrète, simple ou multiple, c’est le moyen le plus simple et le plus efficace pour protéger ses images et dissuader une très grande partie des pilleurs (moyen d’ailleurs massivement employé par la majorité des agences photo et autres photothèques en ligne…) ; dans l’absolu, cela pourrait d’ailleurs constituer la seule protection à mettre en oeuvre sur une galerie photo ;-)

Au niveau du texte à afficher, j’ai tendance à conseiller de placer simplement l’adresse de votre site web, pour la simple et bonne raison qu’il demeurera universellement compréhensible et le cas échéant, engendrera peut-être quelques visites inopinées ici où là ! Voici donc deux types de protections que j’utilise, avec des exemples de scripts Photoshop pour automatiser le processus (rébarbatif j’en conviens !) :

Filigrane de base
La signature en filigrane consiste à apposer sur chaque image (généralement à un endroit fixe, par commodité au niveau de l’automatisation dans la préparation des images mais aussi dans un soucis d’homogénéité dans la présentation de ces dernières dans les galeries web) un texte ou un logo, qui apparaîtra avec une opacité limitée, laissant transparaître l’image par transparence.

Exemple 1 : filigrane simple avec transparence sur largeur de l’image
Exemple 2 : filigrane simple encadré dans un coin

Si sur le premier exemple, le filigrane (somme toute assez discret malgré sa taille) rendra la tâche difficile au voleur, sur le second exemple, un simple recadrage ou un coup de tampon en aura raison… Mais il faut parfois faire la part des choses entre protection et respect de l’internaute ! Pour info, l’exemple 2 est l’une de mes images les plus « volée » sur le web…

Filigrane composé
Le filigrane composé consiste à répéter plusieurs fois sur l’image plusieurs symboles ou textes (différents ou non d’ailleurs) de manière à couvrir chaque zone de l’image en préservant dans la mesure du possible sa « lisibilité ». Généralement réservé aux photothèques commerciales et autres agences photographiques, il pourra parfois s’avérer utile sur des images rares et donc susceptibles d’être empruntées de manière récurrente… Je le préconise à base de texte de petite taille et en transparence pour permettre la meilleure lisibilité possible de l’image, tout en limitant les possibilités de retouche pour le faire sauter ;-)

Irish cob
Exemple de filigrane composé, sur cet Irish cob

Un petit ensemble de scripts Photoshop pour vous aider
Je ne pouvais vous laisser sans quelques petites choses prêtes à l’emploi (ou presque !), aussi je vous propose en téléchargement un groupe de scripts Photoshop que vous pouvez charger et personnaliser assez simplement en les faisant « réenregistrer » (voir menu de la fenêtre Scripts) ; seules les zones de texte (saisie et mise en forme libre du calque de texte) sont à personnaliser, pour le reste validez les fenêtres de dialogue en suivant ;-)

( SCRIPT EN COURS DE FINITION, PATIENCE !!! )

Mesure n°6 : afficher des mentions légales sur votre site web

Il m’est arrivé plusieurs fois de me voir rétorquer que mon site web n’affichait aucun texte stipulant que mes images n’étaient pas « libres de droit » (cette notion n’existant d’ailleurs pas dans le droit français, bref). L’adage « Nul n’est censé ignorer la loi » n’a pas vraiment cours sur le web français, et je conseille donc à tous les photographes, amateurs ou professionnels, d’indiquer CLAIREMENT sur leur site web une référence, même brève, stipulant que leurs images ne sont pas libres de droit et régies au droit français et au Code de la Propriété Intellectuelle ;-)

Ce billet est déjà assez long, je vous renvoie donc au bas de cette page pour visiter mes « mentions légales » pour plus d’informations quant à ce que l’on peut faire en la matière, et à une page affichant l’une de mes photographies (en cliquant sur les vignettes en haut à droite de cette page dans la sidebar) pour voir ce que j’affiche sous chacune de mes photographies, pour que les choses soient bien claires !

Conclusion : pas de recette miracle ?…

À l’heure actuelle, il n’existe aucune solution technique garantissant la sauvegarde absolue des images diffusées sur Internet, et encore moins pour une visibilité se voulant « commerciale » (donc diffusée au plus grand nombre par le jeu d’un référencement permanent et suivi dans les moteurs de recherche). Quel artifice technique pourrait résister à une simple copie d’écran, hormis la signature systématique et bien visible des images ? Quelle garantie a-t-on qu’un filigrane, si compliqué soit-il, préserve une photographie du piratage, à l’heure où les logiciels photo proposent des facilités pour reconstituer les bribes « polluées » par des éléments gênants ?

La réponse est évidemment négative ! Ceux et celles qui offrent à la vision du monde leurs oeuvres photographiques (et plus généralement graphiques), peuvent néanmoins limiter grandement le phénomène de vol, en adoptant les dispositions suivantes :

  1. SIGNER les images visuellement en limitant leur taille et la qualité de diffusion de ces dernières
  2. INDIQUER qu’elles ne sont pas libres de droit
  3. NE JAMAIS LAISSER PASSER un emprunt illicite, toujours demander une compensation (le minimum ? Lien vers votre site + présence de votre nom !)

Je laisse à la discrétion de chacun de mettre en place d’autres mécanismes de protection, mais ils s’avèreront de toute façon toujours inefficaces pour les plus malins des voleurs… À bon entendeur !

Articles relatifs à Protection des photos sur Internet

, ,

L'auteur : Cédric G.

Auteur photographe animalier, informaticien et passionné d'animaux et de nature. Administrateur du blog Aube Nature

108 réponses sur Protection des photos sur Internet

  1. Spammeur a écrit

    En deux mots: merci pour l’astuce! Et hop: deliciousé!

    • stephy a écrit

      j’ai opté pour un site internet qui me permet de publier mes photos avec securité, vs connaissez surement youkipix, c’est passé à la tv .

      j’vous met un ptit lien qui vs expliquera mieux que moi le principe …

      http://www.youtube.com/watch?v=BILyKwuEzZ8

      • Cédric G. a écrit

        Mouaif

        Sauf que l’idée c’est quand même de protéger les images tout en permettant de gagner du trafic web (et donc en les montrant !)

        Parce que sinon, faire un site privé, c’est pas un soucis…

  2. Cédric Girard a écrit

    Merci Rencontre ;-)

    (pfff je suis dégoûté que les commentaires aient été perdus ! Ils apportaient un complément d’information par rapport à l’article très intéressant…)

  3. Autre spammeur a écrit

    Oui mais si les articles ont été perdu, ils ne peuv net pas etre retrouvez par votre hebergeur?

  4. Cédric Girard a écrit

    Eh non… S’ils ont leurs sauvegardes pour assurer la pérennité des systèmes, le rôle de ces dernières n’est pas d’assurer les âneries des clients (en l’occurrence les miennes !)

    En fait aucun article n’a été perdu : seuls les commentaires l’ont été. Mais ils apportaient nombre d’informations fort intéressantes et enrichissantes, c’est là une grande richesse que j’ai perdu à cause de mon laxisme :-(

  5. ghis a écrit

    Article très intéressant, merci beaucoup pour ce travail :)

  6. Ludovic Celle a écrit

    Très utile et bien résumé ! Merci beaucoup pour ces quelques conseils ! J’ai beaucoup à faire pour protéger mon travail. Pas que des photos d’ailleurs…

  7. Val2.0 a écrit

    Bonjour,

    Toute mes félicitations pour l’ensemble du contenu de ce blog ! Je débute en photographie depuis quelques mois et je suis très avide de comprendre les problématiques qui tournent autour de ces sujets… J’envisage également de faire un blog et la notion de protection des images ne me semble pas être un point à prendre à la légère (bien que je doute que l’on s’interesse à mes photos avant longtemps ) !!! :-D .

    Je ne dispose pas aujourd’hui de photoshop et n’ai pas l’intention de l’acquerir. Existe il d’autres méthodes/ outils pour signer ses photos ??

    D’autre part, après lecture de certains articles sur les outils dédiés aux galeries photos, je pensais orienter mon choix vers picsengine car les fonctionnalités me semblent tout à fait pertinentes (cf votre article extrement bien rédigé pour nous le présenter !!). Or Picsengine est en flash donc pas de référencement possible d’après ce que je viens de lire. Auriez vous une astuce, un conseil, pour résoudre ce point ?
    PS: je compte publier du texte / commentaire pour les photos exposées en galerie, le référencement pourrait il se faire par rapport à ces éléments ?

  8. Val2.0 a écrit

    Erreur de ma part C’est sur le site de "Seb" qu’est présenté picsengine

  9. Cédric Girard a écrit

    Bonjour Val

    Depuis peu, le format Flash est partiellement pris en charge par Google et Yahoo (qui savent désormais à priori lire le texte – sous-entendu les chaînes de caractères – et suivre les liens dans les animations Flash)

    Mais pour ce qui est des images, c’est techniquement à mon humble avis pas pour demain !!!

    L’idéal reste une galerie XHTML/CSS (avec un peu de Javascript si vous désirez quelques effets, mais sans plus), pour deux raisons :
    – le référencement
    – l’utilisabilité : rien de plus désagréable que d’attendre qu’une animation se termine pour voir la suite ou pire : d’attendre le chargement complet de la galerie pour la visiter (déjà vu…)

    Mais bon, chacun fait ce qu’il veut :-)

    Pour signer des photos, BorderMaker le fait gratuitement, ainsi que Photofiltre et bien d’autres freewares.

  10. Val2.0 a écrit

    Très bonne remarque l’utilisabilité :-) ) Cela m’a souvent fait pester. Je vais reflechir

    DPP / Acdsee10 permettraient il de signer les photos ?

    la captcha est terrible !! ca fait réviser le calcul mental :-) )

  11. Cédric Girard a écrit

    Oui, ACDSee doit permettre ça (pas DPP par contre)

    Pour le captcha, c’est de la rigolade depuis que le fiston (8 ans) a sa Nintendo DS et le truc de développement cérébral ^_^ (en ce moment j’ai 22 ans 8-) )

  12. francevoyage a écrit

    Un grand merci pour avoir rassemblé toutes les techniques de protection actuelles dans un seul article. Il est clair et très complet. Photographe professionelle belge, j’ai connu tous les cas de figure dont vous parlez dans cet article et suis à 100% d’accord avec vous.

    Sur mes sites, j’ai développé plusieurs systèmes antivol (rien de plus que les trucs que vous donnez ici, parfois une combinaison de plusieurs à la fois) mais cela ne m’a pas empêchée de retrouver mes photos signées volées dans le monde entier, sur des blogs d’ado et même par The Seoul Times ! La presse ne se gêne même plus pour piller le web. "Pas vu, pas pris", tel est devenu leur credo. On élimine le copyright et le tour est joué.

    Sur les sites européens, j’arrive encore à me faire indemniser ou à exiger le retrait immédiat de mes photos mais avec les USA, j’ai encore l’utilisation d’une de mes photos comme logo par une boutique en ligne qui me reste en travers de la gorge.

    Désormais, je ne publie que des formats très réduits (400 à 480 pixels max pour le plus grand côté) avec ma signature (nom et/ou adresse du site) + longue tartine sur les droits d’utilisation accessible depuis chaque page de mon site. Et comme vous le conseillez, je ne laisse plus passer quand je tombe par hasard sur un vol.

    Pour ajouter sa signature sur un lot de photos, j’ai longtemps utiliser FastStone Image Viewer, un freeware téléchargeable sur http://www.faststone.org. Utile aussi pour le redimensionnement et la génération de vignettes. Aujourd’hui, je suis passée à ACDSee Pro mais les deux se valent.

    Encore merci pour vos différents articles qui ont le mérite d’éveiller les consciences.

  13. tatiedico a écrit

    PHOTO NON LIBRE DE DROIT.

  14. aurelie a écrit

    je viens de jeter un oeil à toutes ces petites techniques… Très bien, mais… comment ça marche ? Les étapes que vous nous donnez sont réservées à la programmation, non ?
    je ne suis pas très forte en informatique, malheureusement !

  15. tatiedico a écrit

    j’ai signé mes photos. Non seulement, elles ont été sciemment volées mais en plus, la personne les a signées avec son pseudo à elle ! que faire maintenant contre ça? Sur mon blog, mes photos sont signées avec mon pseudo mais sur celui de la voleuse, mes photos de famille sont signées avec son pseudo!

  16. achiler a écrit

    Idem,photos plus écrits.Son blog et son statut étroitement liés(chef d’entreprise)nous ont permis de trouver ses coordonnées.Mon associé lui a téléphoné et ce monsieur a oté les photos.De plus son site n’est que plagiat.
    Ne pas hésiter a contacter la personne ou prevenir les plateformes(blog) ou de le citer dans son propre site ou blog.Qui sait…les internautes mèneront peut_être la bagarre contre l’imposteur!
    Et comme le dit monsieur Girard rappeler que "les images ne sont pas libre de droit et….."

  17. Vincent a écrit

    Pour proteger ses photos, on peut aussi utiliser existe une technique de watermarking (tatouage numerique ou filigrane) invisible. C’est une technique qui consiste a ajouter un message caché dans le signal numérique en ajoutant quelque bits (image,video,son…) permettant de prouver la propriété du document a posteriori (mais toujours face au voleur qui n’auront pas pris la peine d’explorer cette éventualité dans la protection du document et d’effacer cette signature)
    article wikipedia sur le watermarking : fr.wikipedia.org/wiki/Tat…

  18. alex a écrit

    Bonjour a tous!je me permet de laisser un message a l’attention de toutes les personnes qui seront me répondre!je me présente en quelques mot je suis apprentis photographe en BTM (brevet technique des métiers) et j’ai un dossier juridique et social a rendre. Le thème que j’ai choisi de traité est celui du vol de photographie sur le net. J’ai déjà récolter des informations un peu partout, mai la je voudrez que l’on m’aide sur un point que je souhaiterai élucider: quel procédure faut-il commencer a faire avec le fraudeur pour régler à l’amiable cette histoire; et aussi comment peut t’ont ce défendre au tribunal et que peut t’ont demander pour régler à l’amiable? je vous vous remercie d’avance si vous pouvez m’aider dans mon dossier!

  19. Albert Videt a écrit

    Bonjour et merci pour ce blog et le site associé, tous 2 très intéressants/agréables.

    Mesure n°3 : protéger les répertoires contenant vos images.
    Un peu compliqué/long/fastidieux tout ça. Il me semble qu’un "Options -Indexes" dans le fichier .htaccess suffit, non ?
    Cela renvoie une erreur 403, à personnaliser comme une 404.

  20. Cédric Girard a écrit

    Très bonne astuce qui ne m’était pas venue à l’esprit ;-)

    Merci pour cette contribution (qui évite notamment de devoir placarder des arborescences d’images par des fichiers bidon !)

  21. Thierry a écrit

    Bonjour et merci pour tous vos conseils.Super site Bravo
    Cordialement
    Thierry

  22. Eric a écrit

    Bonjour à toutes et tous

    Je suis plutôt coté technique informatique. Il m’arrive de construire des sites web "pour le fun". Je suis donc parfois à la recherche de photos. Je viens justement de contacter un photographe pour lui demander l’autorisation d’utiliser son travail. De fils en aiguilles nous échangions sur la problématique du pillage. Je m’apprêtais à lui transcrire, synthiser, expliquer, détailler les différentes techniques ….et bingo ! je tombe sur cette magnifique page. Un grand merci.

    J’ajouterai peut-être :
    – le paramétrage fin du fichiers robots.txt pour éviter qu’ils parcourent l’ensemble de votre site.
    – l’utilisation des meta "no cache" et "copyright"
    – la possibilité de découper la photo

    Effectivement, ces techniques n’empêcheront pas …. mais elles découragent.

    NetCordialité

  23. Cédric Girard a écrit

    Bonjour Eric

    Effectivement, un bon paramétrage du robots.txt permettra (j’explique pour les néophytes) de limiter tout ou partie des accès des répertoires de notre choix aux robots indexeurs des moteurs de recherche (par exemple)

    On pourra aussi au niveau du htaccess faire en sorte d’interdire la lecture des répertoires dépourvus de fichiers index.php (ou index.htm)

    Bien des techniques de tout un chacun choisira selon ses désiratas ;-)

  24. tchat a écrit

    Merci pour tous vos conseils toujours aussi pertinents et riches !

  25. Spammeur a écrit

    Merci, voilà qui va m être très utile!

  26. Jean-Nicolas Aubaux a écrit

    Ayant moi-même un peu peur de voir un jour mes images utilisées sans mon autorisation, je procède depuis quelques temps à quelques-unes de ces "astuces" afin de les protéger. Toutefois, c’est une chose que l’on me reproche souvent.
    Merci donc pour ce billet qui me décomplexe un peu.

  27. SARAH a écrit

    Bonjour et merci BEAUCOUP pour cette page d’informations précieuses ainsi que tous les commentaires eux aussi très utiles,

    Je suis entrain de travailler sur une page myspace pour présenter mon travail et j’ai essayé d’intégrer les java scripts pour éviter le clic droit sur la photo qui me sert de fond visuel, au code de ma page my space, je n’y suis pas arrivé.
    Est ce que les java scripts peuvent s’utiliser et s’intégrer dans les codes d’une page my space? Je ne suis pas spécialisée du tout dans la création de site ou autre, je me débrouille avec "pimp my profile" au mieux,

    Egalement quel serait le meilleur moyen pour moi de présenter cette fois une galerie de photos sur ma page myspace avec une protection, dont anti clic droit du type de ce que vous décrivez, et sans accorder les droits d’utilisation de mon travail aux sites qui proposent gratuitement de creer des diaporamas et autre galerie d’images ?
    Vous parler de créer une galerie de type XHTML CSS, puis je intégrer cette "technique " de présentation sur ma page myspace?
    Je souhaiterais également présenter un travail vidéo ? Les méthodes de protections seraient t’elles similaires ? (signature…)

    Merci par avance,

    et Bon Weekend à tous !!!

  28. Cédric Girard a écrit

    Bonsoir Sarah

    Personnellement je ne suis pas amateur de MySpace, car l’organisation des pages est à mon humble avis euh… "bordélique" (!)

    Il n’existe pour ainsi dire pas vraiment de plate-formes performantes et extensibles pour présenter un travail photo, l’idéal est donc d’opter pour une plate-forme de blog genre WordPress (extrêmement riche et extensible) ou ZenPhoto (spécialisé Photoblog) ; c’est assez simple à installer et paramétrer et permet de faire bien des choses ;-)

    La seule limite est de disposer d’un espace web et quand on commence à proposer son travail en tant que professionnel ou semi-pro, on peut (je pense) investir 30€ par an dans un petit hébergement payant avec un vrai nom de domaine ^_^ (ça c’est mon conseil du soir !)

  29. SARAH a écrit

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour votre réponse, Je vais aller voir WorldPress et Zen photo ! et surtout leurs conditions d’utilisation,

    Concernant le nom de domaine, j’ai en réalité fait le pas et possède mon nom de domaine mais n’étant pas encore vraiment en entreprise, je n’ai pas de site web pour l’instant, cela représente un certain coût et entretient, je m’oriente donc pour l’instant vers d’autres plate-formes avant de me lancer dans la création d’un site.

    Une question cependant, si je réalise mon "blog vitrine" chez Worldpress ou Zen photo est ce que je peux le faire héberger sur mon nom de domaine?
    Egalement si je n’ai pas d’article sur la photo à poster, est ce que cela nuit à la qualité de mon blog selon vous? (pour le référencement?
    et enfin pour le nom du blog, est ce judicieux de choisir son propre nom (car j’envisage mon nom suivit de productions pour le nom de ma société, ou mieux vaut un mot en rapport à la photographie pour le faire ressortir par google ?

    Merci encore et bonne semaine,

  30. SARAH a écrit

    Merci merci !!
    Je viens juste d’aller voir WordPress et Zen photo,
    Super !

    C’est en réalité la première fois que je pose des questions sur internet, auparavant je lisais seulement (forums, commentaires), j’apprécie beaucoup votre aide généreuse et votre perspicacité,

  31. loop023 a écrit

    Merci pour ces astuces ça pourra toujours servir :)

  32. cathy bernot a écrit

    J’avais déjà lu il y a quelques temps avec beaucoup d’intérêt cet article. Merci sincèrement de partager toutes ces informations. Je viens de rédiger un article (beaucoup moins pointu) sur un sujet proche dans mon blog (le plagiat). Je me suis permise d’y insérer un lien qui renvoie ici. J’espère que vous n’y voyez pas d’inconvénient?
    Bonne soirée,

  33. Cédric Girard a écrit

    Bonsoir Cathy

    Aucun soucis ! C’est le genre de sujet qui est toujours fort intéressant et qui malheureusement n’est pas assez lu par ceux qui nous volent… parfois en toute "bonne conscience" !

  34. Cathy B. a écrit

    Merci et tout à fait d’accord: mon article s’adresse davantage aux blogueurs toutes catégories qu’aux photographes proprement dits: depuis hier, j’ai reçu plusieurs témoiganges de remerciements: ils ne savaient pas quels étaient leurs droits et étaient contents d’en apprendre plus. Il y a quand même pas mal de gens de bonne volonté! Pour les autres: vigilance et pas de concession (plus facile à dire qu’à faire).
    Bonne journée

  35. Photo Loco a écrit

    Merci Cathy pour cette article. Maintenant qu’il existe de la photo à moins d’1 €uro les "voleurs" volontaire ou non n’ont plus d’excuses. Moi j’utilise http://www.stocklib.fr c’est le moins cher que j’ai trouvé.

  36. Cédric Girard a écrit

    Mouaif

    Un microstock de plus, et français qui plus est (et qui dont ne respecte pas le code de la propriété intellectuelle, tout simplement…)

    Un jour ou l’autre ce genre d’entreprise se verra méchamment remis en place au niveau légal ; personnellement si je concède que l’on puisse vendre à bas prix des images en très basse définition pour du maquettage web par exemple, céder du "tout droits" (concept très ésotérique dans le droit français si j’ose dire ^_^ ) même à 100€ c’est du délire complet !

  37. Cathy B. a écrit

    Tout à fait d’accord, Cédric: le grand marché de la photo à 1€ menace de faire disparaître les photos de qualité et les photographes en qui sont les auteurs, et j’espère ne pas avoir laissé penser que je cautionnais ces microstocks. Mais il ne faut pas confondre "image" et "photo": Internet permet de faire partager au plus grand nombre des images libres de droit ou tombées dans le domaine public: certaines reproductions d’oeuvres d’art, enluminures… Un très bel outil pour propager la culture. Mais les photographies et oeuvres contemporaines méritent d’être respectées par leur auteur tout d’abord (1€… c’est attribuer bien peu de valeur à sa photo!) et par ceux qui les convoitent.
    Bonne journée

  38. jean-luc a écrit

    bonjour, je découvre cette page aujourd’hui…
    pégagogique et instructif…. merci.
    une petite question, une connaissance me disait il y a quelques mois, qu’il lui semblait qu’il y avait une possibilité de glisser dans nos photos (nos fichiers) une sorte de tag, une signature qui ne se voit pas à la visualisation mais qui apparaitrait à l’impression.
    elle ne pouvait pas être plus précise sur le procédé, ni le nom du procédé.
    connaissez-vous cela? existe-t-il vraiment? ou est-ce une rumeur…?

    merci d’avance

    jean-luc

  39. Cédric Girard a écrit

    Bonsoir Jean-Luc

    Effectivement, cette technologie existe, c’est un marquage électronique appelé Digimark (il doit en exister d’autres)… mais a de grosses limites !

    – elle n’empêche aucunement l’utilisation des images pour un usage autre que le web (à l’impression par ex. aucune protection !)
    – en cas de conversion de format de fichier (avec redimensionnement, recompression ou autre), elle disparait

    En bref : sorti du bon gros vieux filigrane, point de salut :-(

  40. Val2.0 a écrit

    Bonjour,

    Ca y est j’ai mis en ligne mon blog et je reviens sur ces questions de protection des images

    Pourriez vous m’éclairer sur le commentaire n°19 et comment celui ci impacte le code html que vous avez mis à notre disposition ? j’ai essayé de faire du htaccess mais je crois que je manque encore de connaissances !!

    En vous remerciant.

  41. Cédric Girard a écrit

    Bonjour Val

    Je ne suis pas un hyper spécialiste du htaccess, mais normalement il suffit de positionner un fichier nommé .htaccess dans le répertoire contenant vos photos, dans lequel on retrouve la ligne indiquée par Albert.

    Evidemment, votre hébergeur doit prendre en charge les fichiers htaccess (ce qui n’est pas exemple pas le cas de Free…)

  42. Lys a écrit

    très interessant. Mais des sites comme facebook sont loin d’appliquer de tels conseils…
    on choppe tout ce qu’on veut sur qui on veut la dessus.

  43. Fabien Pineau a écrit

    Bonjour à tous,

    tout d’abord un grand merci à Cédric Girard pour cet article très enrichissant.
    Devant réaliser un site pour une photographe professionnelle, je me devais de me soucier du problème de vol d’images. Les informations fournies ici même m’ont été très utiles. Malheureusement il y a tant de possibilités pour contrer nos manoeuvres anti-voleurs de photos.

    Par contre je me permets d’évoquer le sujet du langage php, dont je n’ai pas vu la moindre ligne ici.
    Une des solutions consiste à utiliser le php pour mettre avec la librairie GD une image par dessus votre photo originale. Comme ça celui qui voudra voler votre photo prendra votre photo avec l’autre image par dessus. Donc il ne pourra pas dire que c’est la sienne. Sinon il est impossible de ne pas se faire voler ses photos, la seule solution efficace, reste de ne pas les mettre en ligne. Vous pouvez déposer un copyright (payant) sur vos photos pour faire valoir votre droit en cas de vol…

    Je retiens donc les solutions du php pour les photos et du .htaccess pour empêcher l’accès aux répertoires.

    note : la libraire GD n’est pas forcément installée sur votre serveur (chez votre hébergeur). Pour savoir si la librairie GD est installée sur votre serveur, vous devez faire un phpinfo. Pour cela, créer un fichier, par exemple phpinfo.php, dans lequel vous insérez ce code:
    <?php
    phpinfo();
    ?>
    Il faut ensuite placer ce fichier sur votre serveur. Puis dans votre navigateur favori, affichez la page ainsi créée. Faites défiler cette page jusqu’au moment où vous voyez quelque chose qui ressemble à ceci :
    GD Support enabled (la librairie GD est installée) ou
    GD Support disabled (la librairie GD n’est pas installée).
    Pour ceux qui n’ont pas la librairie installée, la seule solution est de demander gentiment à leur hébergeur de l’installer.
    Sachez également, que depuis la version 2.0 de la librairie, le format GIF n’est plus supporté, et il a été avantageusement remplacé par le format PNG.

    Certes ces informations s’adressent plus aux concepteurs de sites mais, me semble-t-il, se devaient d’être abordées ici pour que chacun sache quelles sont les possibilités de protéger ses photos.

    PS : Le captcha est fort sympathique. J’ai mis plus de temps à résoudre l’équation qu’à rédiger ce commentaire… ;-)

  44. Cédric Girard a écrit

    Bonjour Fabien

    (mode joke)
    Le captcha permet de filtrer un peu mon public : seuls les meilleurs restent !
    (/mode joke)

    La seule protection valable reste à mes yeux le bon vieux filigrane. Générable en PHP d’ailleurs ;-)

    Je suis en train de travailler sur un futur concept pour les photographes, et cela intégrera tout cela… Rendez-vous fin 2009 !

  45. Fabien Pineau a écrit

    Bonjour Cédric,

    En effet, après avoir dormi un peu, je suis revenu sur terre et c’est vrai que c’est le filigrane qui l’emporte.

    Bon courage pour ton projet, j’ai hâte d’en savoir plus.

  46. noname a écrit

    Voila un article vraiment trés intéressant, cela me sera trés utile.

    Les pseudos « SEO » ne sont pas les bienvenus, merci !

  47. noname a écrit

    Juste un rappel sur l’utilisation des images libres de droits. “Libres de droits” ne signifie pas gratuit ni sans droit. La majorité des banques de photos libres de droit sont payantes. "Libres de droits" est une licence d’exploitation des images qui signifie que l’on peut utiliser une même photo dans plusieurs projets sans limite de temps et d’espace géographique contre un paiement forfaitaire. Je reconnais que l’expression "Libres de droits" est bien malheureusement en soi et porte à totale confusion.

    Pas de pseudo SEO, MERCI (deux fois)

  48. Cédric Girard a écrit

    Oui

    Sauf que la cession de droits d’usage sans limite de temps et/ou sans limite d’espace et/ou sans limite sur le type d’utilisation est contraire au Code de la Propriété Intellectuelle.

    Le fait que beaucoup passent outre n’implique pas que tout est permis en la matière ! C’est hors la loi, point barre. Et je crois savoir que ça ne devrait plus durer, des bruits courant sur des actions de la part de l’UPC (entre autres !)

  49. J-Paul Génin a écrit

    Bonjour Cédric,
    Recherchant comment protéger mes photos d’amateur qui ont l’air de plaire à beaucoup de monde, c’est tout à fait par hasard que je suis tombé sur ton exposé qui m’a surpris par sa multitude de conseils bien avisés.
    c’est pourquoi je viens te demander quel est, d’après toi, le meilleur site pour exposer ses photos d’une manière simple, élégante et sécurisée (au mieux).
    un grand merci pour tout ce que tu fais J-Paul

  50. Cédric Girard a écrit

    Bonjour Jean-Paul

    Malheureusement, il n’y en a pas l’un pour rattraper l’autre comme on dit… L’une des méthodes est de diffuser ses photos protégées par un filigrane si possible difficile à enlever mais ne dénaturant pas pour autant la photo.

    C’est malheureusement le seul moyen à moyen/long terme… Je regrette pour ma part de ne pas l’avoir fait de manière plus visible, car plusieurs de mes photos sont désormais quasi invendables tellement elles ont été pillées et éparpillées sur le web :-(

  51. J-Paul Génin a écrit

    Re Bonjour Cédric
    Suite à ma demande dont tu as gentiment répondu, quelqu’un vient de me parler du site "joomeo.com" avec, soit disant, une interface séduisante,simple à travailler et avec option de choisir ses contacts
    Connais-tu ce site et, si oui, qu’en penses-tu ??

  52. Cédric Girard a écrit

    Je ne connais pas ce site… Mais dès que j’ai 5mn j’irai voir (là je vais me coucher :-( )

  53. J-Paul Génin a écrit

    Bonjour Cédric,
    j’espère que tu as bien dormi.
    J’ai fouillé sur "Joomeo" et j’ai même trouvé quelqu’un qui m’a laissé un login et mot de passe pour pour accéder à ses photos.
    Cela n’a pas l’air mal du tout.
    Je te les donne pour que tu puisses voir et me donner ton avis.
    Bonne journée J-Paul

    http//joomeo.com/Franck.ISERABLE
    login: autocross mot de passe: 0000

  54. Meagh7 a écrit

    Bonjour, une fois de plus merci pour ces précieuses informations. Cédric, que pensent tu de faire enregistrer le copyright de ses photos auprès de notaire comme le propose des sites comme http://www.copyrightfrance.com ou encore http://www.copyright.be?

    Merci pour ton avis

  55. Cédric Girard a écrit

    Bonjour

    Pour Joomeo : personnellement je trouve cela assez peu utilisable… Lent, et en Flash (donc tributaire du navigateur et ne permettant aucun référencement des photos)

    Je n’accroche pas ;-)

    Pour les sites comme Copyrightleft et compagnie, le problème est que cela n’empêche strictement en RIEN le vol des photos. Si un chinois ou un iranien te chipe ta photo et la mets sur Flickr, et bien tu es marron… Définitivement !

    Le seul moyen réel et universel est le bon gros filigrane…

  56. J-Paul Génin a écrit

    Merci Cédric pour ta réponse bien précise.
    Tu me parles de bon gros filigrane à mettre sur les photos pour bien les sécuriser.
    Existe t-il un logiciel ou une manière de faire cela?
    Merci à l’avance de ta réponse
    Amitiés J-Paul

  57. Cédric Girard a écrit

    Je pense qu’à peu près tous les logiciels permettent de le faire (Photoshop, Photofiltre, etc…)

    Il doit exister des outils spécifiques pour cela mais utilisant essentiellement Photoshop, je ne m’y suis jamais réellement intéressé (pour le moment !)

  58. doane a écrit

    les conseils que tu formules sont fort intéressants, mais… il m’a fallu moins d’une demi seconde pour te "voler" l’image du hérisson présentée aujourd’hui en une.
    Tu as oublié la fonctionnalité "enregistrer sous", qui rapatrie sur le disque dur la page entière, ainsi que ses dépendances…
    Le filigrane en coin est le plus simple à supprimer.

    • stevec a écrit

      Bonjour,

      j’ai aussi fait la commande du « enregistrer-sous », mais sur le site que je suis en train de créer, ça fait effectivement un rapatriement de la page sur mon disque dur, avec tout ce qu’elle contient dans un dossier (images…), mais quand je le fais sur la page du hérisson, par exemple, ça n’enregistre qu’un fichier htm de la page et non le dossier avec toutes les images.

      Comment on fait pour faire ça?

  59. Cédric Girard a écrit

    Bonjour Doane

    Il n’existe AUCUN moyen de copier une photo sur le web… AUCUN. Ces techniques sont justes des astuces pour limiter le phénomène au niveau des utilisateurs lambda du web.

    Une simple copie d’écran permet de capturer n’importe quelle source d’image sur un PC ou un Mac. Même du Flash, ou tout ce que tu veux…

    Maintenant, tant que je ne retrouve pas ma photo de hérisson en une d’un magazine et que son utilisation est strictement privée (un blog n’est pas privé mais public, je précise), aucun problème pour moi !

    ;-)

  60. juridique a écrit

    peut être tous les logiciels peuvent faire ça

  61. Cat a écrit

    Bonjour,
    Je suis en train de créer mon premier blog dans le but d’afficher des photos de mes tableaux et ainsi me faire connaître sur internet. Avant de me lancer, je fais des recherches sur la protection et les droits d’auteur.
    Bien que je ne parle ni le Javascript ni le html ni toutes ces langues bizarres et donc que je n’aie pas compris tout ce que vous dites, je vous remercie pour votre article car c’est le plus complet et le plus intéressant que j’aie lu jusqu’à présent. Avec votre permission, je vais conseiller à ceux qui s’occupent de blog4ever de le lire:)
    Merci

  62. Cédric Girard a écrit

    Pas de soucis, s’ils pouvaient prendre un peu plus en considération les demandes des photographes ;-)

  63. trizome a écrit

    salut, je viens de mettre en ligne un outil gratuit qui pourrait vous aider, il permet de marquer vos photos avec un watermark (filigrane) ou une signature .
    il y a 3 type de marquages et pas mal d’option (taille, couleur, transparence, angle …)
    visible ici > http://www.markmyimage.com

  64. Cathy B a écrit

    Je recherchais à nouveau ce message: je me suis lancée dans une série de billets (moins pointus) sur le vol et je remettrai ton billet en lien dans mon prochain article si tu veux bien.
    J’ai d’ailleurs été confrontée à un problème qui a tendance à se démultiplier en ce moment: l’utilisation d’une interface "google-images" pour créer de petits moteurs de recherche ou des illustrations gratuites de sites commerciaux "sous couvert google". (champagne-balade.blogspot… J’espère que tu ne m’en voudras pas de mettre ce lien, mais je sais que tu suis tout ça beaucoup mieux que moi (et un grand merci au passage pour le partage). Et si tu avais un avis sur la question, je serai preneuse. (Je suis actuellement en pourparlers avec un webmestre d’un de ces moteurs pour mon autre blog, et la discussion n’est pas très facile.)
    Merci à l’avance si tu trouves le temps de me répondre, et bonne fin de journée

  65. PascalD. a écrit

    Très intéressant. Mais pour que ce soit complet je tiens à préciser qu’il vous faut également protéger vos photos auprès d’organismes comme http://www.depotnumerique.com
    Cela protège à vie vos photos et contenus. Dans le cas de copie cela vous permet de faire valoir vos droits. C’est simple et pas trop onéreux.

  66. Cédric Girard a écrit

    Mmmmhhh pourquoi utiliser ce genre d’organisme alors que la loi (en France en tout cas) propose tout ce dont nous avons besoin pour protéger nos images ?…

    Pour les textes je ne dis pas, mais pour les images, c’est inutile tant que l’auteur garde ses RAW pour lui :-)

  67. Stef a écrit

    Salut,

    Étant donné que les visiteurs arrivent sur mon blog pratiquement uniquement via Google Image, et téléchargent l’image "full résolution" à partir de GoolgeImage, j’ai mis en place une redirection au niveau du serveur qui redirige non pas vers la home page mais une page explicative : Vous passez peut être à côté de photo plus intéressantes, c’est bien de consulter celle – ci dans son environnement complet, et je termine par un blabla sur ce que j’autorise, la réglementation, … Histoire d’être un peu pédagogue. Bon, toujours pas de contact direct …

    Et merci à l’auteur de ce blog pour ces pré-lectures des textes de loi !

    Stef

  68. Jihane a écrit

    Salut!
    J’ai lu votre article et je vous remercie pour ces astuces.
    Il y a bien une autre astuce, c’est celle de la création d’une "couche" (c’est comme ça que je la nomme) sur la photo. Comme ça celui qui voudrait enregistrer la photo ne va capter que la "couche" et non pas la photo.

    Je n’ai pas trop de détail malheureusement. J’espère bien trouver quelqu’un qui connait cette astuce.

    Merci.

  69. Cédric Girard a écrit

    Bonsoir

    C’est ce que l’on appelle la technique du GIF transparent :-) (que l’on étire par-dessus l’image originale)

    L’inconvénient de cette méthode si j’ose dire est qu’elle n’empêche en rien la copie d’écran… mais elle est assez largement utilisée c’est vrai !

  70. Jihane a écrit

    Ah voilà :)

    Je vous remercie bien pour votre réponse ^^

  71. Paul a écrit

    merci bien pour ces conseils très intéressantes

  72. PascalD. a écrit

    La possession du fichier RAW peut en effet, dans certains cas, faire présumer la qualité d’auteur. Toutefois, contrairement au dépôt, le fichier RAW ne présente pas de date certaine, permettant de prouver la date de création. Le RAW peut également être perdu, copié ou volé, si bien que le créateur de la photo peut être amené – et c’est souvent le cas en pratique, en particulier pour les auteurs-salariés – à ne plus être le seul en possession du fichier RAW.

  73. Cédric Girard a écrit

    Tes remarques sont fort judicieuses PascalD, il est vrai que j’ai une vision très "photo nature" (ou plutôt "photo de stock") des choses, ce qui rend la datation finalement peu significative.

    Dans le cadre d’oeuvres en commande ou sur certaines thématiques où la chronologie peut importer (photo d’actualité par exemple), là ça peut jouer effectivement.

    Quoi qu’il en soit, la règle n°1 concernant les RAW, c’est "seulement pour le photographe" (en plus de "je triple mes sauvegardes" !)

  74. andreas a écrit

    Bravo pour cet article qui est très complet. Tu as réussi a simplifier au maximum l’aspect juridique (souvent indigeste) en en disant l’essentiel. Tes techniques sont ma foi bien pratique et détaillés.
    Je viens de finir de traduire en Français le site http://www.myows.com qui est justement un application pour gestion des droits d’auteurs.
    Tout commentaire est le bienvenu!

  75. GIYOMU a écrit

    MERCI pour cet article très intéressant et très bien rédigé.

  76. est a écrit

    Bonjour, Merci pour cet article tres interessant.
    Je me trouve confrontee a un autre probleme…

    Je fais de la photo de puis un moment, et je collecte enormement d images dans le but bien sur d en faire quelque chose plus tard, etant graphiste et ne manquant pas d idees.

    Il se trouve, que, lors de balades j ai pris des photos que des amis presents lors de la balade m ont demande. Je leur ai gentiment donne, en leur demandant d en faire usage personnel… vu que je compte les exploiter un jour.

    Quelle ne fut pas ma surprise de retrouver ces photos dans leurs albums facebook, signees de leur nom…

    A votre avis est on dans un cas de violation de la propriete intellectuelle sachant que je ne les ai jamais autorise a les publier… ?

    • Cédric G. a écrit

      Ahhh voilà un cas « délicat » dans le sens où… ce sont des amis !

      Par contre je suis extraordinaire qu’ils signent les photos !!! Sur FB on peut en principe « dénoncer » les usages illicites (me semble-t-il), il faudrait voir de ce côté…

  77. Cécile B. a écrit

    Votre article est vraiment très intéressant, je fais quelques photos en tant qu’amatrice et je les publie sur un blog où j’ai réussi à bloquer le clic droit sur les images. Mais je me rends compte en lisant votre article que ça ne suffit pas du tout ! Je ne savais pas que sur Firefox on pouvait les faire glisser…
    Je n’avais pas vraiment conscience qu’on pouvait s’approprier les photos des autres, je trouve ça vraiment insensé ! Je ne vois pas ce que ça peut apporter, enfin j’essaierai d’appliquer vos conseils !

  78. Caligula a écrit

    Hello,

    Je lis beaucoup d’ignorance mais surtout de naïveté dans ces commentaires…

    Le web est à l’origine un espace d’échange libre et gratuit ! Même si les choses ont beaucoup changé depuis cette origine, même si le législateur a pris en considération ce « médium » pour ce qui concerne la propriété intellectuelle…

    Quelques remarques en vrac sur le sujet :

    - la loi française s’applique… en France. Si un internaute paraguayen vous pique une photo, vous n’avez plus qu’ à aller vous colleter avec la justice paraguayenne pour tenter d’y faire valoir la législation française !

    - comme l’a expliqué Cédric, les « méthodes de protection » ne peuvent , au mieux, que compliquer un peu les choses pour un internaute débutant,

    - pour des raisons d’accessibilité, on ne modifie pas la configuration du navigateur de ses visiteurs ! L’interdiction du « clic droit » interdit bien d’autres options du navigateur que l’enregistrement de l’image… (il suffit d’ailleurs que l’utilisateur désactive le javascript pour faire tomber cette interdiction),

    - on ne publie pas sur le web des images, documents… que l’on ne voudrait pas voir « pillés »,

    - on fuit comme la peste les réseaux sociaux (Facebook, Flickr, Picasa…) surtout lorsqu’on n’a pas pris le soin de lire attentivement les conditions d’utilisation où l’on apprend en général que le simple fait d’utiliser le service concède les droits d’utilisation des photos, textes… au service en question,

    -enfin, si la législation accorde au photographe la propriété intellectuelle de ses images, y compris sur le web, elle accorde aussi aux personnes le droit à l’image et interdit donc la publication de photos représentant des personnes sans leur autorisation (écrite).

    Le sujet est vaste, très vaste.

    Bravo Cédric pour tes images que je suis régulièrement.

  79. Sam_Sallung a écrit

    Bonjour,
    Tout d’abord un très grand merci à l’auteur des lignes plus haut; je ne comprends pas tout car vraiment pas expert en informatique…
    Caligula, je me suis permis de copier une partie de ton texte; à partir de « on ne publie pas sur…jusqu’à « autorisation écrite) »

    J’ai l’intention de le mettre, ce texte, en réponse avec le lien vers cette page, bien sûr! sur un sujet ouvert sur un site qui s’appelle:
    http://www.photosdecamions.com/t8055p60-grand-nettoyage-de-printemps-preparez-vous
    J’ai moi même un site de photos, http://www.bababobo.net
    amateur, je suis et je resterai toute ma vie!! y a des horizons pas droits et des photos mal cadrées…
    Photos que j’ai prises et que je continue à prendre en Asie puisque j’habite dans un de ses pays: la Thaïlande.
    Ma façon de protéger mes photos est fort simple,
    J’utilise une des méthodes décrite plus haut: le manque évident de pixels; toutes les photos de mon site font au grand maximum 250 ko..
    Quiconque me les fauche en sera pour ses pieds, impubliables, intirables sur papier…..
    Jusqu’à présent je ne voyais pas l’utilité de signer mes oeuvres, je vais, je crois, me mettre à le faire avec le logiciel http://www.markmyimage.com/ dont un internaute parle plus haut.

    PS, c’est quoi un pseudo « SEO » ?

    • Cédric G. a écrit

      Bonjour

      Un pseudo « SEO » est un pseudo contenant des mots-clés et sur lequel on place un lien vers un site en rapport avec ces mots-clés : il est généralement utilisé par le « spammeur » qui recherche non pas à apporter un commentaire constructif au blog qu’il lit, mais à obtenir un lien utile pour son référencement.

      D’où le terme « SEO » (qui signifie « Search Engine Optimization »)

      Voilà :)

  80. Demain on décolle a écrit

    Bonjour,

    dans un premier temps merci Cedric pour cet article et les réponses qui vont avec. Photographe amateur et depuis peu créateur d’une page web je me pose pas mal de questions sur la protection des photos. Pourrais tu expliquer le plaquage d’une photo GIF transparente pour éviter l’enregistrement de la photo.

    Vous parlez également de sites qui gardent les données. Il m’est arrivé de prendre des photos qui ne sont pas en RAW peut on quand même faire valoir des droits dessus ?

    Autre chose et petite astuce intéressante et pas trop onéreuse. Etant également compositeur, la sacem conseille de s’envoyer à soi même en Recommandé avec AR les textes ou photos ou musique créée et de ne pas les ouvrir. Cela donne une date officielle aux oeuvres .

    Voilà j’attends avec impatience vos réponses etj’espère avoir un peu contribué à la protection des Oeuvres intélectuelles.

    Tchô !!

    • Cédric G. a écrit

      Bonsoir

      Le plaquage d’un fichier GIF transparent consiste, via HTML/CSS, à superposer deux photos : l’originale (en-dessous) et le GIF transparent, au-dessus.

      Ainsi, quand un utilisateur fait un « clic de droite » sur la photo qu’il voit, il télécharge… le GIF ;)

      Bien évidemment les navigateurs modernes permettent de parer très facilement cette méthode : c’est comme tout !

      Il est parfaitement possible de faire valoir ses droits depuis un JPEG, mais disons que le RAW permet d’assurer de manière irréfutable la paternité de la photographie.

      Enfin, pour le recommandé avec AR, peut-être utile pour les écrits, mais pour la photo, quand on en fait très régulièrement : ce n’est pas jouable !

  81. VikOo'' a écrit

    Merci pour les tuyeaux ! Je suis en train de concevoir un site web de photos de modèles pour une amie et ça me dérangerais énormément de retrouver ces photos sur des sites… comment dire ? Peu recommendables parceque j’ai mal effectué la protection des donéees

  82. Minh Chau a écrit

    Merci pour ce billet riche en enseignement. Personnellement je me contentais d’un filigrane sur l’image !

  83. Sylvain a écrit

    Bonjour, merci pour cette article, j’ai par contre une question..
    dans la plus par des site que je vois, comme par exemple celui la, les mentions legales referent a un numero de SIRET.

    sachant que celui ci est assez facil a obtenir, en etant autoentrepreneur ou bien photographe auteur. et ce que c’est nécessaire ?

    par exemple si un site vole une photo, et qu’on envoi une facture en réponse ? es ce que ca ne protège pas d’avantage le site ?

    sinon je voulais savoir si je pouvais copier en partie les mention legal de ce site pour le mien :D ? merci !

    sylvain

    • Cédric G. a écrit

      Bonsoir

      Il est clair qu’afficher des coordonnées de professionnel permet de passer beaucoup moins de temps en « négociations » en cas de contrefaçon (image ou contenu).

      Pour les mentions légales, pourquoi pas mais pensez à rendre la page non indexable (ce qui est le cas sur mes sites) car son contenu est inutile pour les moteurs de recherche ;)

  84. Sylvain a écrit

    et aussi, par rapport a la cnil, c’est plus nécessaire de s’enregistrer un site photo ?

  85. (noname) a écrit

    Le plus gros voleur d’images reste Google Image lui même ^^

  86. Jetelle76 a écrit

    Bonjour.
    Un grand MERCI pour toutes vos informations.
    J’ai trouvé les réponses à mes questions, et j’ai appliqué les mentions légales sur mon blog.
    Où est-il plus judicieux de les mettre: Dans la colonne de droite en haut de page, ou en bas du blog ??
    Bonne fin de journée.
    Jetelle 76

  87. sandra a écrit

    merci pour toutes ces infos!
    j’ai deja marque toutes mes photos et de plus ecrit un copyright sur chaque lien…. on verra bien ! merci encore

    Sandra .C

  88. a écrit

    Tout simplement : merci de laisser ici de belles astuces.
    J’ai écrit les codes en les lisant, sur un papier ; Le seul « truc » encore dommage est que les filigranes sont expliqués pour les utilisateurs de Windows, me semble-t-il ; je suis personnellement avec Mac et sans photoshop pourtant j’aurais bien aimé faire un genre de calque transparent pour les « curieux » n’enregistrent qu’une image blanche …
    Une idée ? au cas où, je prends.
    Re- Merci

  89. Plagiat: vol de contenu web article ou photo | Solutions et recours a écrit

    [...] sur un excellent article qui résume parfaitement tous les points possibles à envisager pour protéger ses photos contre la copie. Je vous invite à en prendre connaissance, il n’est guère possible de faire un article plus [...]

  90. Frosties a écrit

    Je m’en fous, je pourra toujours tipiak avec firebug :) .

    Sinon, je hais les sites qui désactive le clic droit, tellement relou d’avoir des pop up qui s’affiche toutes les 3 secondes. (Parce que le clique droit ne sers pas qu’a enregistrer l’image sous)
    Je me barre même si les photo sont belle.

    (le coup de leffacement du presse papier, j’aime beaucoup pour faire la pute :p )

  91. nicolas a écrit

    Bonjour,
    Étant très ami avec un photographe j’ai conçu un système de vente d’images en ligne basé sur prestashop qui par un simple appui sur un bouton prend les images sur un FTP, les redimensionne, les tagues, crée les produits et les met en rayon automatiquement…

    Bon je suis « developpeur » a mes heures et il lui faillais un moyen d’entrer plusieurs centaines de photos d’un seul coup, avant ça lui prenais des week ends entier et la c’est direct…

    Le seul hic ?? c’est payant, faut bien que je mange a la fin du mois !! la on est en train de mettre en place un site pour photographes pro ou amateurs qui inclura ce système :)

    Les tarifs seront libres et je prend un pourcentage sur les ventes ^^

    pour me contacter allez sur http://zonephotos.net et choisissez webmaster dans la rubrique contact

    PS zonephotos.net c’est le site en question on vois les tags et redim des images et surtout leur nombre !!

    bon week end a tous

    Nicolas

  92. Stevec a écrit

    Bonjour,

    Déjà, merci pour cette page d’information, je suis en train de créer mon site et s’il est impossible d’empêcher tout vol, on peut déjà retarder les voleurs et ne céder qu’aux plus acharnés.

    Je suis en train de mettre en application ces mesures et j’en suis à la n°4 que je ne comprends pas très bien.

    En fait, ce que j’ai compris, c’est qu’il faut créer une page index avec le code indiqué et y mettre un lien vers la page d’accueil?
    Où est-ce qu’index sera la page d’accueil?

    Et le lien qu’il faut mettre, doit-il être un lien http://... ou un lien C:\Users… ?

    Sinon, c’est vraiment bien expliqué, même pour un vrai débutant comme moi.

    Merci d’avance.

  93. pelloin a écrit

    Bonjour,
    Pour moi je vais signer mes photos comme le fait un peintre, mais je trouve lamentable que un de mes collègues me voles une photo sur mon site professionnel pour mettre sur le sien et en plus faire passez une photo de cuisse de bœuf de 75 kg pour un jambon à la broche ! Il me vole et en plus trompe c’est clients.
    Cordialement
    William Pelloin

  94. Denis Briand a écrit

    Merci beaucoup pour cet excellent article !

    Pour empêcher la copie d’images ou la récupération de l’URL par glissé déposé dans mozilla firefox, une solution plus propre existe.
    Tu place tout simplement ceci dans ta balise ‘body’:

    [..]

  95. Denis Briand a écrit
    <body ondragstart="return false">
    

    oups :)

    • Cédric G. a écrit

      Oui, cela fonctionne… quand le javascript est activé ;-)

      Toutes les mesures sont malheureusement contournables, ne serait-ce que par une simple copie d’écran…

  96. Guido a écrit

    Très bon article, certaines méthodes étant bien sûr plus efficaces que d’autres.
    Petite question, comment peut on désactiver la possibilité d’enregistrer les images que propose FireFox quand on va dans le menu « Informations de la page » et onglet « Média »?
    J’ai un peu cherché mais je n’ai pas trouvé…..
    Merci en tous les cas pour cet article.

  97. Vincent a écrit

    De bonne idée , Merci
    Mais la zone gauche de l’article est rongé de quelque pixel.

    Cdt. Vincent

  98. Annino a écrit

    Très bon article dans son contenu et qui plus est, très bien rédigé … j’ai aussi regardé quelques photos, très joliment prises :-)
    cdt

  99. Hervé Zarka a écrit

    merci pour l’article.

  100. hendrik-jan a écrit

    Bonjour.

    C’est exactement ce que j’ai besoin, une article pour protéger les répertoires. Et en plus clair et efficace. Merci pour l’article.

    hj

Laisser un commentaire

Notify me of followup comments via e-mail. You can also subscribe without commenting.