Photoshop : conversion d’image en noir et blanc

07/12/2016 Aucun commentaire par Cédric G. +

Aujourd’hui, de moins en moins nombreux sont les photographes à utiliser Adobe Photoshop pour traiter leurs images, avec l’avènement d’outils comme Adobe Lightroom, Capture One et consort, qui permettent la mise en oeuvre de flux de production numérique franchement extraordinaires en terme de productivité…

Le noir et blanc n’échappe pas à la règle, à l’époque où les appareils numériques produisent des images de plus en plus riches en informations, avec des dynamiques extraordinaires, et une richesse de détails qui demeurait inimaginable il n’y a pas si longtemps. Pour autant, le célèbre logiciel Adobe Photoshop a encore ses adeptes, et j’en fais parti, notamment pour les conversions fines en noir et blanc !

Un peu de théorie : la synthèse additive

Lorsque l’on regarde de près un capteur numérique, la disparité du nombre de photosites  captant le vert par rapport aux deux autres composantes n’est pas innocente : l’œil humain est deux fois plus sensible au vert (longueur d’onde 546nm) qu’au rouge (700nm) et cinq fois plus qu’au bleu (436nm)

Image de départ

L’image de départ en couleur

Si l’on attribue une valeur arbitraire de 1 à la sensibilité de l’œil pour le vert, on obtiendra donc la valeur de 0.5 pour le rouge et de 0.2 pour le bleu. La sensibilité globale de l’oeil pour ces trois couleurs atteint donc une valeur de 1.7, avec une proportion de 29.9% pour le rouge, 58.7% pour le vert et 11.4% pour le bleu…

Comme vous devez le savoir, dans une image électronique, on appelle luminance (notée Y) l’intensité lumineuse de chaque point formant l’image sur un capteur composé de photosites. La chrominance (notée C) correspond à ce qui appartient à chaque composante de couleur primaire. Si l’on reprend les proportions issues de la sensibilité de l’œil, on obtient donc l’équation fondamentale de la synthèse additive :

Y = 0.299R + 0.587V + 0.114B

Les éléments 0.299R, 0.587V et 0.114B étant les coefficients de chrominance de chaque composante respective, et leur somme étant donc égale à la luminance. Si les trois composantes R, V et B sont de valeurs identiques, on obtiendra nécessairement un gris neutre, puisque la valeur résultante Y leur sera égale ! Ce qui explique qu’une image en noir et blanc ne reproduise que les luminances de la scène photographiée.

Une valeur de luminance de zéro désignera un noir pur, et une valeur maximale (par ex. 255 si chaque composante est encodée sur 8 bits) un blanc pur.

Image désaturée

L’image test simplement désaturée (résultat très moyen…)

Bien entendu, la synthèse additive, dans Adobe Photoshop, revient à réaliser simplement une désaturation de l’image (en d’autres termes une égalisation de chaque composante colorimétrique) via MAJ + CTRL + U (CTRL = Command sous Mac). Comme vous pouvez le constater ci-dessus sur l’image test : cette simpliste transformation des couleurs n’est pas satisfaisante ! Il convient donc de moduler chaque composante de couleur, selon les tonalités dominantes de chaque image, ce qui explique qu’il n’y a pas « une » méthode pour faire de belles images en noir et blanc, mais « des » méthodes qu’il convient d’explorer puis de sélectionner…

Pour les matheux, voici la formule matricielle de transformation des composantes en valeur de gris (α représentant la couche alpha de transparence) :

Équation de la synthèse additive

Voici trois méthodes de conversion de photo en noir et blanc sous Adobe Photoshop, que je vous expliciterai en détail dans la vidéo en fin d’article !

Conversion en noir et blanc : la méthode des calques de réglage teinte / saturation

Une méthode que j’ai parfois utilisé sous Photoshop (dans d’anciennes versions ne disposant pas des outils actuels), utilise les calques de réglages de type Teinte / Saturation. Cette méthode consiste à appliquer à l’image (préalablement convertie sous forme de calque) deux calques de réglages de teinte / saturation :

  • le premier servant à désaturer l’image
  • le second à régler la luminosité pour chaque famille colorimétrique (ce qui permet d’aller assez loin, même si l’ergonomie n’est pas fabuleuse)

Photoshop et calque de réglage teinte saturation pour la conversion en noir et blanc

Globalement c’est une méthode fonctionnelle, mais qui ne vaut pas les deux méthodes suivantes en termes de productivité 😉

Conversion en noir et blanc : la méthode du mélangeur de couches

Assez connue, cette méthode n’utilise qu’un seul et unique outil dans Photoshop : le mélangeur de couches. Bien que « simpliste » dans son approche, cette méthode permet d’obtenir d’excellents résultats puisqu’il s’agit d’un simple équilibrage (ou déséquilibrage en l’occurrence !) entre les valeurs de rouge, de vert et de bleu dans l’image.

Conversion en noir et blanc avec Photoshop avec le mélangeur de couches

Le gros avantage du mélangeur de couches et qu’historiquement, des photographes se sont amusés à rapprocher les différents réglages autorisés par ce dernier, avec le rendu de célèbres gammes de pellicules monochromes… Voici un petit aperçu des correspondances, avec les valeurs pour le rouge / vert / bleu (dans cet ordre) :

Agfa 200X : 18,41,41
Agfapan 25 : 25,39,36
Agfapan 100 : 21,40,39
Agfapan 400 : 20,41,39

Ilford Delta 100 : 21,42,37
Ilford Delta 400 : 22,42,36
Ilford Delta 400 Pro : 31,36,33
3200 Ilford FP4 : 28,41,31
Ilford HP5 : 23,37,40
Ilford Pan F : 33,36,31
Ilford SFX : 36,31,33
Ilford XP2 Super : 21,42,37

Kodak Tmax 100 : 24,37,39
Kodak Tmax 400 : 27,36,37
Kodak Tri-X : 25,35,40

Conversion en noir et blanc : l’outil… noir et blanc !

Méthode plus récente et que (je l’avoue !) je n’ai découvert que très récemment, l’utilisation de l’outil dédié « Noir et blanc » offre au final le meilleur des deux précédentes méthodes, en un seul et unique écran. J’avoue avoir été bluffé par cette méthode (même si aujourd’hui je génère mes images noir et blanc bien souvent directement depuis Adobe Lightroom, ce qui fera l’objet d’un tutoriel prochainement…) car elle englobe le meilleur des deux précédentes, en un seul et unique écran et procure une facilité d’utilisation assez bluffante 🙂

Conversion d'image en noir et blanc avec Photoshop, avec l'outil noir et blanc

Le tutoriel vidéo !

Pour finir et conclure ce petit article (qui est une mise à jour d’un de mes tous premiers articles historiques, datant de… 2005 !) voici un petit tutoriel en vidéo de quelques minutes, expliquant les manipulations à réaliser pour convertir une image en noir et blanc sous Photoshop (ici la version Photoshop CC, dernière en date)

N’hésitez pas à partager vous aussi vos astuces et méthodologies pour obtenir de beaux noirs et blancs dans l’outil phare d’Adobe !

, ,

L'auteur : Cédric G.

Auteur photographe animalier, informaticien et passionné d'animaux et de nature. Administrateur du blog Aube Nature
Aucune réponse sur Photoshop : conversion d’image en noir et blanc

Laisser un commentaire