SEMAINE 35 : Tarier des prés

10/09/2008 8 commentaires par Cédric G. +

18h30… Je dois aller photographier une jeune pouliche lorsque je croise ce petit oiseau, un tarier des prés (Saxicola rubetra), ici un jeune de l’année reconnaissable par les tâches rousses sur son poitrail, qui me surplombe du haut de sa branche, peu farouche…

Tarier des prés
Tarier des prés (juvénile)
EOS 40D + Sigma 500/4.5 EX HSM,
f/5.6, 1/800ème, 200 ISO (photo recadrée à 6 MPixels environ)

Aussi étonnant que cela puisse paraître, je n’avais jamais photographié cette espèce… Son cousin le tarier pâtre (Saxicola torquatus) est plus courant et donc un peu plus connu, mais tous les deux ont un chant qui n’est pas sans rappeler – je trouve – le « tac tac » matinal du rouge-queue noir, entrecoupé pour les tariers de sifflements, histoire de ne pas être confondus sans doute 😉

Merci à Fabrice Croset pour l’identification, car je ne suis pas doué pour les tariers, pipits et autres insectivores ; dans l’éventualité où vous visiteriez le site web de ce très sympathique ornithologue chevronné, n’allez surtout pas visiter sa « petite » galerie sur les cigognes noires ^_^ – personnellement je pleure à chaque visite !)

L'auteur : Cédric G.

Auteur photographe animalier, informaticien et passionné d'animaux et de nature. Administrateur du blog Aube Nature

8 réponses sur SEMAINE 35 : Tarier des prés

  1. Quinze a écrit

    Salut 🙂
    Juste une question pratique … Quand tu sais que tu vas shooter une pouliche, tu visses le 500/4 en partant ?? Ou bien là, tu l’as mis en chemin sur le 40D et t’as eu le temps de faire ta photo. Il est vrai que je n’ai jamais vraiment pris le temps de photographier des oiseaux, aussi peu farouches soient-ils, mais je reste surpris par toutes les photos que tu rapportes de tes ballades !!
    Bon, bref … félicitations tout de même et merci de nous faire partager tout cela au travers de ce superbe blog !

  2. Cédric Girard a écrit

    Hé hé

    Très bonne remarque !!! En fait oui, quand je sais que je vais passer dans des endroits potentiellement intéressants, j’embarque systématiquement mon 500mm…

    En l’occurrence j’avais donc mon 5D avec le 70-200/2.8 IS pour les chevaux, et "au cas où" ^_^ le 500 sur mon 40D…

  3. Quinze a écrit

    Haaaa !
    Avec deux boitiers c’est forcément plus facile pour switcher d’une focale à l’autre … je comprends mieux 🙂

  4. Lilipop a écrit

    En tout cas merci pour la photo et le lien sur les cigognes noires, une découverte pour moi( à pleurer, sans doute, mais de bonheur).
    Lilipop

  5. Anthony a écrit

    Bonjour Cédric,

    Moi aussi j’ai une question pratique : Comment faut-il faire pour faire une photo d’oiseau avec le ciel comme fond et le tout bien exposé ? Moi j’ai soit un oiseau noir, soit un ciel cramé quand je surexpose.

  6. Rako a écrit

    chouette image et chouette blog 🙂 !

  7. Meloblues a écrit

    Joli petit oiseau. Belle photo.
    Moi qui avait entendu que du mal du sigma 500mm, je trouve que tu fais de belle photo avec.

    C’est vrai que 2 boitiers avec 2 focales differentes de montés ca doit etre le pied…malheureusement c’est loin d’etre dans mon budget.

    Bon courage pour la suite.

  8. Cédric Girard a écrit

    Le 500/4.5 Sigma n’est pas aussi incisif qu’un 500/4 IS, c’est clair, mais de là à en dire du mal, il ne faut pas pousser…

    Je t’invite à lire mon ressenti à propos de cet objectif 😉

    blog.aube-nature.com/?200…

Laisser un commentaire