[Astuces] Protection des mains et grand froid

05/11/2008 39 commentaires par Cédric G. +
Chevreuil dans le givre

La saison froide approche, et il n’est pas rare pour le photographe animalier d’être confronté à un problème récurrent : la protection de ses mains contre le froid !

Bien difficile alors d’allier protection efficace et maniabilité de l’appareil tout en offrant un camouflage et un silence décent pour notre passion…. Je vous propose une petite astuce très simple et ô combien efficace, puisque testée sur terre et dans les airs (en ULM) par votre serviteur : l’utilisation de gants en néoprène :-)

Gants et contraintes de la photographie animalière

La photographie de nature impose des règles à son pratiquant à divers niveaux, règles qui ne sont pas toujours en adéquation avec les caractéristiques techniques des vêtements que l’on trouve dans le commerce :

  • le silence : les vêtements et donc les gants doivent être pour le moins silencieux (éviter les gants en nylon, offrant peu de tenue et de maniabilité au matériel et surtout, étant très bruyants au frotter !)
  • la maniabilité : peut-être la caractéristique la plus difficile à obtenir en photographie, car les gants doivent permettre de manipuler cartes mémoires et petits boutons du boîtier sans trop d’efforts (élimine tous les modèles sans zone d’accroche spécifique !)
  • la protection contre le froid : évidence s’il en est, les gants doivent permettre d’éviter l’engourdissement des mains pour en préserver la dextérité
  • la protection contre le vent : de paire avec la protection contre les températures glaciales, celle contre les courants d’air permettra de préserver son confort durant les longues heures d’affût ou de billebaude dans le froid hivernal
  • le camouflage : un peu moins important selon les spécialités, mais indispensable dans certaines pratiques (approche notamment), le camouflage des mains pourra s’avérer décisif dans la réussite de vos photographies
Feuilles gelées

J’avais déjà abordé dans l’an passé dans un article sur la protection contre le froid, les différentes techniques relatives à la protection des extrémités et notamment les mains, mais je n’étais pas rentré dans les détails concernant la protection des extrémités et plus particulièrement des doigts…

Matériels testés et protocole de test

Sans aller jusqu’à réaliser un comparatif multi-marques et multi-modèles, je vous propose simplement de comparer diverses combinaisons à prix tout doux, dont les composantes se trouveront très simplement dans votre magasin Décathlon le plus proche :

Je n’irai pas plus loin dans mes choix, n’ayant pas acquis toutes les références disponibles en magasin mais ayant expérimenté sur le terrain, depuis quelques hivers, diverses combinaisons basées sur les équipements cités ci-dessus. Au niveau protocole de test, pas de mesures scientifiques, mais… du ressenti et des impressions de terrain, avec utilisation en billebaude, à l’affût et surtout en photographie aérienne (ULM), ce qui permet de parfaitement évaluer la protection aux courants d’air !

Pic épeiche sous la neige, depuis affût

Seront donc notés les éléments suivants (notations de 0 à 5 où 0 = Nul et 5 = Excellent) :

  • Protection contre le froid : efficacité contre des températures sous 0°C, jusqu’à -10°C environ durant mes sorties hivernales, et sur des durées de plus de 45 minutes
  • Protection contre le vent : résistance aux courants d’air, généralement constatée en photographie aérienne avec des températures proches de 0°C (et des vitesses de 80 km/h ou plus en ULM multi-axe)
  • Camouflage : visibilité des matériels utilisés dans l’environnement (nb : aucun de ces matériels n’est bruyant, le critère « silence » ne sera donc pas noté)…
  • Maniabilité du matériel : performances en matière de dextérité et de maintient du matériel (accès aux boutons, aux cartes mémoires, accroche du matériel au toucher pour éviter de l’échapper…)
  • Confort : tout est dans le titre !

Résultats et commentaires

Configuration 1 : gants en laine à picots

Le B-A-BA de la protection des mains, que j’utilise essentiellement… en été pour me camoufler ! La maniabilité de l’appareil est excellente avec un peu d’habitude, mais en matière de protection contre le froid, pas grand chose à espérer dès lors que la température passe sous les 0°C… En outre, la laine laisse passer les courants d’airs ce qui n’est pas forcément le plus agréable !

Notation des gants picot

Points forts : maniabilité du matériel, camouflage très correct
Points faibles : faible protection contre le froid (dès 5°C) et surtout le vent

Configuration 2 : gants en laine à picots + sous-gants en soie

Légère amélioration avec les sous-gants, qui permettent de supporter un froid sec jusqu’à -2/3°C sans vent, dans de bonnes conditions. Utilisable à l’approche sur de courtes durées (maximum 1 heure), déconseillé à l’affût car les déperditions thermiques sont sensibles…

Notation des gants picot avec sous-gants en soie

Points forts : maniabilité du matériel, camouflage très correct
Points faibles : faible protection contre le vent et par temps froid humide

Configuration 3 : gants polaires camo

Offrant un camouflage « parfait » des extrémités (évidemment couplés avec une veste de motif équivalent !), les gants polaire offrent aussi une meilleure protection contre le froid (surtout par temps un peu humide mais sans pluie évidemment) et une résistance au vent très légèrement supérieure aux gants en laine (la sensation est différente !). Néanmoins, le principal défaut est plus lié à la maniabilité relative du matériel avec ce type d’accessoire, car ils n’offrent pas un port « près des doigts » et n’ont pas de systèmes probants d’accroche sur les extrémités (gants prévus d’abord pour le tir au fusil !) ; ils seront donc utilisables essentiellement à l’approche par temps froid (pas trop) et sans vent.

Notation des gants polaires camo

Points forts : camouflage très efficace, protection contre le froid et le vent un peu supérieures aux gants laine
Points faibles : maniabilité du matériel médiocre, très limites par grand froid et/ou grand vent

Configuration 4 : gants polaires camo + sous-gants en soie

Configuration un peu meilleure qu’avec les gants seuls, offre toujours cet excellent camouflage des mains mais avec un confort par temps froid légèrement supérieur, le polaire jouant bien son rôle. Idéal pour l’approche par temps froid sans trop de vent, et pour les sorties ou le matériel sera préréglé (à cause de la maniabilité modeste qu’offrent les gants en matière de dextérité).

Notation des gants polaires avec sous-gants

Points forts : camouflage très efficace, bonne protection contre le froid et le vent malgré tout
Points faibles : maniabilité du matériel médiocre, protection en cas de grand froid dans la durée

Configuration 5 : gants néoprène + sous-gants en soie

Configuration inhabituelle chez le photographe « terrestre » s’il en est, l’utilisation de gants en néoprène implique une « seconde couche à l’intérieur » car l’intérêt est justement d’avoir une pellicule qui va garder la chaleur des mains, et les sous-gants en soie jouent ce rôle. L’efficacité est redoutable, avec une protection extraordinaire contre le froid (testé jusqu’à -9°C à l’affût) et surtout contre le vent (testé en photo aérienne en ULM, avec 1°C au sol !) ; en matière de maniabilité, on perd la sensation de toucher et de ce fait, les utiliser demande un peu d’habitude. Je suis arrivé à changer des cartes mémoires sans trop de soucis en vol ULM, mais ce n’est pas simple tout de même !… Second effet « Kisscool » : ne JAMAIS enlever ses gants en milieu froid et venté, car la chaleur provient… de la sueur des mains ! Donc efficacité extrême sur le terrain mais à enlever dans un endroit si possible sec, abrité et chaud ;-)

Notation des gants en néoprène avec sous-gants en soie

Points forts : protection absolue contre le froid et contre le vent !
Points faibles : maniabilité moyenne du matériel, camouflage moyen à découvert (trop foncés !), retour de froid après coup si on ne fait pas attention

Petit résumé

Comme vous le voyez, il n’existe pas (en tout cas dans les configurations que j’ai essayé à ce jour) de solution universelle pour les mains offrant à la fois protection extrême contre le froid et le vent, camouflage parfait et maniabilité satisfaisante du matériel… On pourrait rêver de gants néoprène ultra-fins (1mm ?) de couleur camo (souvent malheureusement quasi inutilisable en photographie), que l’on couplerait avec des sous-gants en soie mais il ne semble pas que cela existe actuellement sur le marché ;-)

En conclusion :

  • Pour la pratique par météo tempérée (sans nécessité de se protéger du froid) : gants laine picots seuls (meilleur compromis camouflage / maniabilité)
  • Pour l’approche par temps froid : gants laine picots + sous-gants (si courte durée et/ou nécessité d’accéder très souvent aux réglages du boîtier) ou gants polaires camo + sous-gants en soie (temps plus froid ou plus humide)
  • Pour l’affût : gants néoprène + sous-gants en soie (on considèrera qu’à l’affût le camouflage des mains est moins important, dans l’éventualité où l’on utilisera soit un affût fermé, soit des filets)
  • Pour la photographie par grand vent et/ou dans le froid extrême (températures à -5°C ou pire) : gants néoprène + sous-gants en soie
Rouge-gorge au petit matin par -9°C

On pensera évidemment, dans le cas de l’utilisation des gants néoprène, à les enlever une fois à l’abris et au sec, sous peine de ressentir très vite le second « effet Kisscool » : une sensation de mains gelées quasi instantanée (je l’ai vécu !) ^_^

Articles relatifs à [Astuces] Protection des mains et grand froid

,

L'auteur : Cédric G.

Auteur photographe animalier, informaticien et passionné d'animaux et de nature. Administrateur du blog Aube Nature

39 réponses sur [Astuces] Protection des mains et grand froid

  1. Nico a écrit

    Salut Cédric,
    Ton article tombe a pic, je me suis chopé des onglets aux doigts aujourd’hui a vouloir faire des photos de lagopèdes en montagne…par contre ici au Yukon, c’est du -10 a -40 degrés qui traine par ici. On a plutôt intérêt a surveiller les doigts et toutes les autres parties sensibles au froid.

    Pour les mains, ici certaines personnes utilisent également des gants en latex entre les sous gants et les gros gants pour stopper le vent.

    En tout cas, bel article, bravo !

  2. Cédric Girard a écrit

    Salut Nico

    Heureux de te lire ici ;-)

    Rémy est revenu d’Alaska et il m’a aussi dit qu’il avait surtout souffert des mains, malgré un équipement spécifique… J’ai testé encore dernièrement les gants néoprène en ULM (avec 1°C au sol), en vol plein pot je pouvais passer la main dans le vent relatif sans aucune sensation de froid : incroyable !

    -40°C, ça doit commencer à picoter ^_^ ; expo à Montier l’an prochain alors ?

  3. Laurent du Béarn a écrit

    Le néoprène représente aussi un grand désavantage en matière de gestion du froid, ils ne sont pas vraiment "respirants". L’intérêt est de pouvoir isoler des couches d’air et laisser la transpiration partir vers l’extérieur.
    En montagne, j’opte surtout pour sous gants fibre technique ou soie avec des gants techniques en Polartec (brevet déposé pour les vrais "polaires") et windstopper pour stoper le vent http://www.windstopper.fr/remote...
    Il ne faut pas hésiter à prendre dans des marques référence de montagne : Millet, etc., et se faire conseiller par des spécialistes de l’outdoor (euh souvent chez Dec…on , les vendeurs ont une incompétence folle !)
    On ne trouve guère mieux pour la gestion du froid et de l’humidité car la respirabilité est l’atout numéro 1 que l’on soit à Mouthe, au Yukon, autour de l’Ossau ou ailleurs.

  4. fouinix a écrit

    Bonjour,
    Tu devrais essayer de voir au rayon équitation il existe des gants assez fin mais qui restent chaud. Je m’en sers pour monter à cheval ;)

  5. Cédric Girard a écrit

    Merci pour vos contribs

    Laurent, j’ai effectivement déjà testé des gants techniques (pas en situ réelle je précise, uniquement en matière de maniabilité du matériel) et c’est généralement la cata, car ils ne permettent littéralement pas l’utilisation "réelle" du matériel (à mon goût en tout cas !)

    Mon article s’inscrit plus dans une utilisation sur des sorties occasionnelles et non des sorties sur plusieurs jours. Le problème du néoprène est effectivement la respirabilité… nulle (!) mais en pratique, sur une sortie de 1 à 3 heures c’est une solution très pérenne.

    Les gants techniques de cheval sont bien aussi (bien que noirs généralement – ma cavalière de femme en possède) mais l’activité de photographie ne nécessite pas autant de mouvements au niveau des doigts et des mains, et de ce fait l’efficacité est moindre (je trouve).

  6. Nico a écrit

    Pour le moment, je n’ai rien prévu de concret.
    On verra après l’hiver :)

  7. Benoit a écrit

    Je confirme, j’ai acheté mes gants à picots au rayon équitation de Décat.

  8. Cédric Girard a écrit

    Hé hé Nico, je sens qu’on va pleurer quand on va voir tes photos (je suppute que tu te sois éclaté méchamment en paysage, notamment !)

  9. sebastien a écrit

    un article très intérressant qui me servira inevitablement car je suis un grand frileux, du coup je me prend a rever de trouver des chaussette en soie et de mettre des chaussons en neoprene!!! le desavantage bien sur sera d’avoir des pieds 2 pointure au dessus et donc chaussures adapté prevue juste pour cela!!!

    en tout cas merci

    A+

    seb

  10. Jean-Loup a écrit

    Si je comprend bien, si j’envisage de faire un peu d’affut cet hiver, il faudra que je passe avant par le rayon plongée sous marine de décathlon.
    Merci pour tous ces renseignements.

  11. Laurent du Béarn a écrit

    il faut prendre de vrais gants techniques au rayon alpinisme, mais pas ceux de Decathlon mais marques de référence : millet, Northface… Les gants d’alpi sont justement prévus pour assurer une excellente préhension, etc…

  12. sljphotos a écrit

    Salut,

    L’année dernière, pour mes courtes ballades hivernales, j’utilisais des mitaines sur lesquelles ont pouvait remettre une sorte de "capuche" pour les transformer en moufles (acheté chez Go Sport).
    Trés bien au niveau maniabilité : le bout des doigts n’est pas recouvert en position mitaines et pas mal niveau chaleur en position moufles (tous les doigts étant réunis, on limite les déperditions).
    Par contre, çe n’est pas idéal au niveau réactivité.

    Je viens d’acheter des gants laines à picots plastique (3€50 chez Decathlon au rayon chasse). Pas encore utilisé en conditions réelles.

  13. francis a écrit

    Tu peux aussi utiliser en complément des chaufferettes quand tu es vraiment loin de tout il vaut mieux en prendre qui fonctionnent avec de l’essence de briquet enfin s’il fait vraiment froid bien en dessous de zéro les chimiques doivent peut-être fonctionner. Chez Décathlon il y en a à l’essence et à la limite tu peux même ainsi te passer de gants, car comme tu es à l’affut ou relativement statique tu dois avoir moyen de te mettre la chauferettes quasi contre l’appareil sous une petite capuche par exemple.

  14. francis a écrit

    Mince je voulais mettre un exemple d’une que j’ai utilisé il y a fort longtemps http://www.generalarmystore.fr/c... (attention je ne cautionne pas ce site je n’ai jamais acheté là bas c’est juste pour donner un exemple).

  15. Cédric Girard a écrit

    Laurent, tu aurais des références exactes à nous donner (quitte à mettre un lien vers une boutique en ligne) ?

    Je dois avouer qu’hormis aller dans certains magasins très spécialisés sur Paris, je n’ai jamais vu ce genre d’accessoire :-(

  16. Legweak a écrit

    On n’a pas forcément tous la même sensibilité au froid aussi. Pour ma part je ne porte que des sous-gants en soie (j’ai une paire de gants en plus au fond du sac on ne sait jamais). Mais même par des froids très intenses plusieurs jours de suite je n’ai jamais eu à m’en plaindre.

  17. PassionNature78 a écrit

    Merci pour les infos…
    Amitiés…
    Bonne soirée…

    Mon blog Nature
    passionnature78.canalblog…

    Notre blog Photos "Arielle & Gilbert"
    passionphotos78.canalblog…

  18. Max a écrit

    Salut, et merci pour l’article.. la plongée, ça a du bon! :p (un peu comme les chaussons de plongée pour l’approche en été)
    Sinon as-tu essayé les gants polaires coupés aux extrémités des doigts qui font mouffle (la partie mouffle se rabat) égelement?
    C’est ce que j’utilise pour l’instant pour faire des photos quand il fait froid, ça demande un peu d’habitude, et c’est pas trop mal..
    Tchu!

  19. Z. a écrit

    Aah, enfin un article "oldschool" à la Girard, ça faisait longtemps ! ;)

  20. Coralie a écrit

    Merci pour ces infos, qui vont beaucoup me servir avec le froid qui revient.

  21. Cédric Girard a écrit

    Hé hé

    J’ai une série d’articles "old school" qui arrive… Et quelques "new age" aussi (histoire de varier les plaisirs !)

    Avec (je l’espère) pour début 2009, un relooking intégral du blog (et p’têt un passage sous WordPress, que j’utilise par ailleurs professionnellement en développement : par contre ça représente un boulot colossal !!!)

  22. lpp a écrit

    super ta photos !!!!!!!!!!!!

  23. Anne-Laure a écrit

    Je ne rencontre pas, pour le moment, ce genre de problème, mais ton article ma parait super approfondi et intéressant !
    C’est bien de savoir qu’il est là … si j’ai l’occasion de faire des photos dans des conditions limites de froid, j’accourrai à nouveau par ici !

    Et puis franchement tes photos … pourtant Dieu sait que la photo nature c’est pas mon trip, y’a un trop fort rapport au sujet en comparaison avec l’oeil du photographe, la subjectivité, le souci de faire une vraiment bonne photo (pas seulement du point de vue purement technique).
    Mais là quand je vois, par exemple, tes feuilles givrées en contrejour ou ton rouge-gorge dans cette sorte de brouillard froid, je me dis "whaaaaa ! Quel oeil, quelle patience, quelle envie de rendre hommage à la nature ! pas juste à l’espère mais à toute la nature justement : au froid, aux saisons, aux lumières, aux silences …"

    Bonne journée Cédric !

  24. Cédric Girard a écrit

    Merci Anne-Laure ;-)

    Pour le brouillard : une (très) longue focale, pleine d’herbe gelée entre le sujet et le photographe, et le tour est joué (faudra que je fasse un article sur cette technique, tiens !)

  25. Isa a écrit

    C’est hors sujet, mais c’est tout de même fort intéressant :

    http://www.chassimages.com/forum...

    Est-ce l’une des raisons pour lesquelles Cédric n’a pas participé à Montier cette année ?

  26. Tristan a écrit

    Sinon il y a aussi la laine islandaise : c’est chaud, coupe-vent … j’ai acheté un pull et des gants cet été, et c’est un vrai bonheur.
    C’est une guide islandaise qui m’a parlé des "bienfaits" de la laine islandaise. Au début j’étais sceptique (la laine coupe-vent :-/ ) mais en fait c’est vraiment bluffant : le froid et le vent sont vraiment bien contenus. Peut-être pas au niveau de la néoprène mais le rapport chaleur/maniabilité est intéressant.

    Bravo pour les photos ;-)

  27. Cédric Girard a écrit

    Isa : rien à voir, je suis un "local" et je prends chaque année mon "Pass" (et j’achète même des entrées pour les offrir à des amis, c’est dire !!!) ; ma non participation cette année n’est qu’une décision personnelle due à mon emploi du temps fort chargé depuis quelques mois (le mot est faible… Je travaille très souvent 7 jours/7 ces temps ci)

    Bref

    Tristan, je ne connais pas la laine islandaise : vais me renseigner ! merci pour le tuyau ;-)

  28. Didier Vereeck a écrit

    Bon article pratique Cédric. Pour ma part, j’utilise deux autres trucs, mais j’ai moins de besoins…

    • des gants de jardin (j’en ai trouvé d’assez ajustés) qui ont l’avantage d’être en permanence dans ma voiture et me servir à plein d’autres choses (géologie) Bonne protection contre le froid mais ajustage moyen

    • des gants de ski de fond qui ont l’avantage de n’être pas trop chauds : si on marche, on ne transpire pas, donc on ne se refroidit pas ensuite. Ajustage excellent

  29. Eddy a écrit

    Il y a des gants avec picot à Decathlon, au rayon équitation.
    fr.decathlon.com/gants-tr…
    Pas très très chaud seuls, mais associé à des gans en soie ça pourrait peut etre aller encore mieux.
    Je les utilise seuls cela dit, n’ayant pas testé d’ajouter des gants en soie.

  30. Cédric Girard a écrit

    Bonjour Eddy

    Effectivement, je n’avais pas vu cette référence (je crois même qu’elle n’était pas en ligne lorsque j’ai écrit l’article, car j’ai vraiment fouillé !!!)

    Merci pour l’info vu les prix ;-)

  31. André a écrit

    Bravo pour ce commentaire.
    Pour ma part j’utilise des gants de soie sous des gants en laine.

  32. lynx67 a écrit

    il existe egalement des gants en thermolite et des gants en thermoline (ceramique qui fait une barriere thermique)

  33. laure a écrit

    salut
    Perso j’ai aussi essayé diverses combinaisons, et la dernière est gants et chaussettes thermiques ,(concus pour les astronautes par la Nasa d’après le déscriptif)+ gants laine avec picots et chaussettes normales.
    c’ est pas trop mal, mais ça reste une solution pour une ballade de quelques heures .
    ces gants je les ai trouvés chez Ducatillon et Décathlon.
    bonnes photos à tous!

  34. Cédric G. a écrit

    À noter que chez Décathlon, rayon chasse, on trouve désormais des gants néoprène relativement fins mais avec une prise très agréable (micro-picots sur la face intérieure) et permettant de mettre d’autres gants en-dessous (j’aimerais trouver des sous-gants en polaire fin, mais je ne sais pas si ça existe…)

  35. Rémi a écrit

    Article et comparatif très intéressant bien que me rendant relativement fréquemment en Russie et en Montagne je me suis toujours contenté d’une protection minimum (même en février en Russie). Je dois avouer que bien qu’étant peu sensible au froid c’est parfois difficile.

    Ces informations me seront donc utiles. Merci à toi.

  36. Laurie a écrit

    Et quand on est allergique au néoprène …
    Merci lynx67, je vais me renseigner pour les gants thermolite

  37. Olivier Delorieux a écrit

    J’adore cet article … et je suis ravi qu’un de mes produits soit testé dans ces conditions. Je suis en effet le concepteur du gant Glv 520 de chez Tribord.

    Disons que le soucis avec le néoprène est son côté ‘anti-respirant’. C’est malheureusement un défaut de son étanchéité !

    J’en utilise aussi moi-même mais … pour mes photos de plongée !

    Salutations,

    Olivier Delorieux.

  38. Stéphane Lemistre a écrit

    Hello,
    Bon article, j’avais pas pensé aux gants néoprènes alors que j’en ai.
    Je fais de la chasse sous-marine à l’occasion.
    Concernant les remarques sur la couleur des gants néoprènes, je précise que chez ceux destinés à la chasse sous-marine il existe de nombreux modèles camouflages et également en faible épaisseur (2mm) pour les eaux chaudes.
    En tapant gants chasse sous marine dans mon moteur de recherche favori, on trouve beaucoup de site de vente avec tout le choix necessaire.
    Bonne continuation.
    Stéphane de Troyes

  39. Sébastien a écrit

    Joli article pour se protéger les mains du grand froid, très complet et technique ! Je pourrais partir au pole nord équipé, merci !

Laisser un commentaire

Notifiez-moi des commentaires à venir via email.
Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.