[Photo nature] Les 10 commandements du photographe animalier

27/09/2012 46 commentaires par Cédric G. +

S’il est une spécialité photographique qui laisse une très (trop !) grande place au hasard dans la notion de réussite de ses clichés, c’est bien la photographie animalière !

Voici une checklist des principales choses à vérifier avant de déclencher, dès lors que vous entreprenez une sortie sur le terrain, afin de maximiser vos chances de réaliser « la » photo que vous aviez en tête… ou pas ;)

La boîte à photoCet article s’inscrit dans le cadre de la troisième édition de la Boîte à Photo : un concept qui réunit une douzaine de blogueurs photographes autour d’une thématique unique à chaque édition, et sur laquelle chaque participant va présenter son point de vue :)

Le thème de cette nouvelle édition est Avant de déclencher : une fois encore, c’est au travers de la photographie de nature que j’ai choisi de m’exprimer, et plus particulièrement sur les points à vérifier impérativement avant de s’immiscer dans la vie privée des animaux sauvages !

N’hésitez pas à suivre la Boîte à photo sur Twitter ou à vous abonner à la page Facebook pour être tenu informé des prochaines publications :) ; et un grand merci à Laurent Vaissade pour le logo sur mesure.

Organiser sa sortie…

Ce qui précède l’instant fugace où le miroir, se relevant, immortalisera l’image que vous avez devant les yeux ne se limite pas aux quelques secondes ou minutes préalables à la réalisation de votre cliché. Bien au-delà, bien avant, il vous faut définir ce que vous ferez de votre sortie photo : c’est d’autant plus vrai en photographie animalière, si vous n’optez pas de facto pour une billebaude au fil de l’eau (ou du chemin suivi !) en quête d’un heureux hasard !

Commandement n°1 : un sujet à photographier, tu te fixeras

Quoi de plus improductif que de faire une sortie sans objectif particulier ! Il m’est souvent arrivé de partir sans vraiment savoir ce que je voulais faire en matière de photographier, et bien souvent cela s’est soldé… par le néant ! Il est aujourd’hui à mes yeux impératif de se fixer à minima un milieu dans lequel évoluer (par exemple une lisière de bois bien fréquentée, avec des idées claires sur les possibilités photographiques qui en découleront), et si la saison et les possibilités nous le permettent, un sujet précis à approcher : chevreuil, sanglier, grenouille, oiseau…

Partir avec un objectif précis et clair permet de se focaliser sur ce dernier, et augmente d’autant ses chances de réussite une fois sur le terrain !

Commandement n°2 : la bonne heure et le bon endroit, tu choisiras

Son objectif défini, encore faut-il arriver au bon moment et au bon endroit… Si vous vous rendez en lisière de bois en début d’après-midi pour photographier vos chevreuils, vous diviserez d’autant vos chances de le faire par rapport à une sortie en fin d’après-midi. Une sortie batraciens très tôt le matin dans la fraîcheur sera également vouée à l’échec !

Prévoyez les meilleures horaires pour vos sorties, et choisissez drastiquement l’endroit précis où vous installerez votre affût : un moyen très simple d’optimiser au mieux ses chances de succès !

Commandement n°3 : de t’éparpiller, tu éviteras !

L’une des grandes erreurs du néophyte en photo nature, est de vouloir tout faire dans la même sortie de terrain… Je conseille donc, pour les affûts de courte durée ou les approches, de ne se munir que d’un objectif photo : ceci évitera (au hasard) de monter un objectif macro pour photographier un hypothétique papillon de passage, et de rater « le » sujet pour lequel on était venu à l’origine (ndlr : expérience vécue…)

Aller photographier les sangliers demande typiquement une préparation très spécifique !
Aller photographier les sangliers demande typiquement une préparation très spécifique de sa sortie !

Avant de partir

Quand l’heure du départ approche, il est indispensable de checker une dernier fois les petits détails susceptibles de transformer une sortie photo naturaliste en simple promenade… Dites-vous bien que cela vous arrivera au moins une fois dans votre vie de photographe !

Commandement n°4 : la batterie de ton boîtier, tu rechargeras

Quoi de pire que d’arriver sur le terrain et de s’apercevoir qu’il nous reste 10 minutes d’autonomie ?… Les optiques actuelles, souvent stabilisées, sont grandes consommatrices d’énergie : il est toujours nécessaire au pire d’avoir une batterie dûment rechargée, au mieux de se munir d’une batterie de secours !

Commandement n°5 : la présence de ta carte mémoire, tu vérifieras

Situation ô combien stupide que de ne pas avoir de carte mémoire dans son boîtier… Et quand vous vous en apercevez une fois bien installé dans votre affût, et que l’orage commence à gronder (expérience vécue), autant vous dire qu’il y a de quoi rager !

Commandement n°6 : les accessoires adéquats, tu prépareras

Une paire de gants manquante, et vos mains seront visibles dans le sous-bois comme le nez au milieu de la figure… Une attache rapide oubliée, et votre lourd trépied ne vous servira à rien… Un filet de camouflage laissé dans la voiture, et vous voilà comme « nu » en bordure de lisière, à la vue de tous ! Chaque détail compte, et il est donc nécessaire de bien vérifier que rien ne vous manque, au-delà du matériel photographique stricto sensus :)

Un camouflage adéquat pour une séance photo réussie !
Un camouflage adéquat pour une séance photo réussie !

Une fois sur place, avant de déclencher

C’est sur le terrain que se produisent les pires erreurs, de celles qui vous font parfois regretter d’être sorti, alors que toutes les conditions étaient réunies pour réussir « la » photo de vos rêves ! Ces derniers conseils sont à prendre avec le plus grand sérieux : je parle d’expérience !

Commandement n°7 : les paramètres de prise de vue, tu contrôleras !

Rien de pire que de commencer à shooter alors qu’on est en mode manuel (par exemple après une séance en studio ou plus simplement de photo au flash…), ou à très hauts ISO, ou encore avec une correction d’exposition démentielle et fort mal venue ! Ce sont les bases même de la prise de vue, mais lorsque dans le feu de l’action on est pris de court, il n’est pas rare que les premières photos soient… ratées !

Commandement n°8 : de la stabilité, tu rechercheras

Il n’y a rien de pire que d’avoir un sujet, un cadre merveilleux, une lumière extraordinaire, des réglages boîtier à priori excellents… et de foirer ses clichés à cause d’un manque de stabilité lors de la prise de vue ! N’hésitez pas à opter pour un bon trépied, à vous appuyer contre un arbre ou un rocher, et surtout à maîtriser vos émotions et votre souffle, afin de garder une respiration calme et régulière, gage de netteté dans vos images.

Commandement n°9 :  le format RAW, tu vérifieras le choix !

Il n’y a rien de plus stupide que de photographier une espèce emblématique et de n’avoir, par mégarde, pas opté pour un format d’image superlatif en terme de qualité… Mes seules photographies de pygargue à queue blanche en sont les tristes témoins de mon passé :-(  (réalisées en mode JPEG basse qualité !)

Bergeronnette des ruisseaux
Des conditions de prise de vue difficiles nécessitent souvent un contrôle rigoureux de ses paramètres boîtier, et parfois un post-traitement adapté : prise de vue en RAW obligatoire !

Et en toutes circonstances…

Le dixième et dernier commandement du photographe animalier est, de loin, le plus important qui soit.

Commandement n°10 : les animaux et la nature, tu respecteras !

Inutile de s’étendre sur la question : il est hors de question d’envisager même la réalisation d’une photographie qui mette en danger un animal, quel qu’il soit, ou qui occasionne un dérangement manifeste ou une destruction même légère d’un milieu délicat ! C’est une question de morale, d’éthique mais surtout de respect. Ce respect s’étend également dans celui de la propriété des terres où nous sommes amenés à évoluer pour réaliser nos clichés…

Ces 10 commandements ne sont pas gravés dans le marbre, mais devraient être imprimés dans la tête de tout photographe de nature, indéniablement !

Mésange à longue queueLe respect des animaux et du milieux, règle absolue de la photographie animalière !

Articles relatifs à [Photo nature] Les 10 commandements du photographe animalier

L'auteur : Cédric G.

Auteur photographe animalier, informaticien et passionné d'animaux et de nature. Administrateur du blog Aube Nature

46 réponses sur [Photo nature] Les 10 commandements du photographe animalier

  1. Jean-Paul a écrit

    Hello Cédric, j’en vois un onzième (sûr que Moïse ne va pas apprécier) le vent tu vérifieras ;-)
    merci pour ton article.
    Jipé de http://photonaturefontainebleau.over-blog.net/

    • Cédric G. a écrit

      Ahhhh oui !!! La météo, et tout particulièrement le vent !!!

      Non seulement pour ne pas se faire éventer, mais également parce que par grand vent, les animaux sortent beaucoup moins…

      Exact :)

  2. Coq a écrit

    Au-delà de l’animalier, tous ces conseils s’appliquent pour la photo nature. Quand je pars chasser un lever de soleil sur la Sainte Victoire par exemple, je suis tout ça de la même façon :-)

    Le onzième commandement se vérifie également, mais pas forcément pour les même raisons. Il m’arrive de chercher le vent…  Par contre, de là à le rendre sur une image, le pas à franchir est important.

  3. Damien a écrit

    De très bon conseils

    Le onzième commandement vaut aussi pour éviter de se faire repérer bêtement.

  4. Fabien a écrit

    Un article très complet.
    C’est la check-list que tout photographe animalier devrait consulter avant une sortie terrain.

  5. Guillaume a écrit

    Il faut un sacré courage pour faire ce métier de photographe animalier. Surtout en voyant l’image de ce photographe obligé de se déguiser pour se fondre dans la nature il craignait sans doute un animal dangereux!

  6. Killim a écrit

    Salut,

    A mon avis le commandement n°10 est le plus important et le plus « oublié » en même temps. Il n’y a qu’a voir pendant cette période de brame.

    Sinon le commandement que je respecte le moins c’est le n°3, l’an dernier j’ai photographier mon premier cerf au 90mm macro…

    A+

  7. David a écrit

    Salut,
    Très bel article avec des conseils basiques, mais utiles, « c’est dans l’erreur que nous apprenons ». Un autre conseil, enlever le bip de confirmation de MAP sur le boitier qui pourrait trahir votre position. « Enfin, sur mon boitier, je le vire via le menu systématiquement ».

  8. Anthony a écrit

    Impressionnant le camouflage du photographe ! Si vous sortez comme ça pour chaque photo, on comprend qu’il y a du boulot et du matos !

  9. Florent a écrit

    Merci pour ces informations, je ne pensais vraiment pas que la prise de photos « nature » nécessitaient autant de matériel. Le camouflage du photographe est limite effrayant !

  10. Yann a écrit

    On sent l’expérience de terrain. J’ajouterai également qu’il faut apprendre a rentrer bredouille, sans faire la tete…c’est dur !

  11. Antoine a écrit

    J’ai bien aimé tes « commandements » (ouh là, quel terme « chargé » (i.e. connoté) quand même !) mais les premiers sont tout de même amplement contestables, à ta disposition donc pour les contester ;-)
    Amicalement, Antoine.

  12. Guyalfort a écrit

    Bonsoir Cédric: j’ai un conseil à te demander: pour l’animalier, quelle optimisation tu conseilles (j’ai un Nikon D4): standard, neutre ou saturé? Il semblerait qu’il y ait plusieurs écoles à ce sujet…
    Merci par avance pour ta réponse.

  13. Sébastien Ratel a écrit

    Salut Cedric,

    ça rappel de nombreuses erreurs des débuts, en général ça vaccine un bon coup, autant le partager pour éviter ça aux autres.

    Sinon je rejoins Killim sur le fait que le 10ème commandement est malheureusement trop souvent oublié, la photographie animalière devient malheureusement un loisir dérangeant pour la faune dans certains endroits. Souvent par manque de connaissances et parfois par manque de respect (pour ramener une photo à tout prix pour épater les proches).

    Donc une autre piste qui relie les commandements 1 et 10 : « une culture naturaliste tu auras », ça implique de la lecture, de bonnes jumelles et du temps sur le terrain (sans faire de photo), en bref un réel intérêt pour son sujet et non juste pour cet outil qu’est l’appareil photo (et qui restera toujours secondaire pour moi)

    • Cédric G. a écrit

      Salut Sébastien

      Effectivement, la culture naturaliste reste indispensable (on va dire « un minimum ! ») pour répondre ne serait-ce qu’à ce 10ème commandement !

      Toutefois, je peux concevoir que l’on puisse être avant tout photographe et en second lieu naturaliste : c’est le cas de beaucoup de mes amis, qui sont devenus d’ailleurs, par le biais de la photo nature, de bons naturalistes ;)

  14. Guyalfort a écrit

    Bonsoir Cédric
    Est-ce que tu peux me conseiller suite à ma question du 02/10 concernant le règlage d’optimisation pour l’animalier. Encore merci.

  15. Kristof a écrit

    Je préfère tellement les chasseurs d’image, que les chasseurs tout court, même si à voir la photo de la tenue de camouflage on pourrait s’y méprendre. Je pratique du parapente et sur certains sites, les chasseurs vont même jusqu’à interdire la pratique du vol libre pendant la saison de la chasse. Bref ce ne sont pas mes amis, alors que les photographes…

  16. pHIL a écrit

    Article intéréssant, en effet, la photo peut induire à ce genre de pratique, la nature et l’extérieur est propice.

    Merci à vous

  17. Sandra a écrit

    j’adore le photographe camouflé, quel drôle d’animal celui là !

  18. Pierre-Alexandre Pheulpin a écrit

    Bravo pour votre travail de photo animalière ! Superbes instants décisifs ;)

  19. Paulin a écrit

    Combien coûte un appareil comme celui qu’on peut apercevoir sur la photo ? et un tel camouflage ?

  20. Julien a écrit

    Très sympa cette façon de présenter ces conseils ! Beaucoup de bon sens que tu viens rappelé mais c’est parfois sur les choses évidentes que l’on fait des erreurs, donc merci pour ce rappel !

  21. Florent a écrit

    Article très sympa. Comme beaucoup de commentateurs, je reste impressionné par le courage de ces photographes de l’extrême. Et puis quel camouflage sur la photo !

  22. Antoine a écrit

    Voila des règles à suivre pour des photographes amateurs comme moi. Eh ben, à voir le camouflage de ce cher collègue je me dis-bien si le commandement 6 pourra être respecté par beaucoup :)

  23. Valérie a écrit

    La façon de présenter ces conseils est très originale. On peut pas oublier ces dix commandements !! Très utile comme article si un jour je pense à devenir photographe :)

  24. Maxime a écrit

    Merci de partager ton expérience avec des débutants comme nous :)

  25. Véro a écrit

    Je rejoins les nombreux autres commentaires en disant que cet article est bien structuré, il est concis et clair, il donne de bons conseils. Bref une pépite pour les photographes amateurs !

  26. Pierrick a écrit

    Vous en avez oublié un, « un gilet pare balle tu porteras en cette période de chasse » :)

  27. romain a écrit

    parfois des heure et des heures d’attente pour un seul cliché, c’est ingrat mais le résultat est là ;) .tout est dit ici merci

  28. Guillaume a écrit

    Je crois que tout est dis, voici la liste parfaite !
    Une préparation digne d’une sortie militaire !

  29. Laura a écrit

    Génial, on se reconnait assez dans pas mal de commandements ;)

  30. Annette a écrit

    Je ne pensais pas que cette activité demandais autant de préparation ! Chapeau les artistes dans l’herbe ;-)

  31. Sarah a écrit

    Merci pour la liste, même s’il y a des conseils relativement logique, il est vrai qu’on peut en oublier certain bêtement. Pour ma part le commandement 9 n’est pas souvent respecté. J’y veillerai la prochaine foi pour la qualité de ma photo ;)

  32. Adrien a écrit

    Pour ma part, l’objectif le plus difficile est de me focaliser sur un objectif précis !
    En effet j’ai à chaque fois peu de chances de trouver des sujets qui veulent bien poser pour moi que du coup je m’adapte en conséquence à l’élu qui voudra bien me montrer sa frimousse :-)
    De l’oiseau, au sanglier jusqu’au moindre insecte, ce qui me nécessite d’être bien équipé.
    Sinon merci pour les autres points, il y en a un que je n’oublierais plus jamais pour ma part également, c’est le fait de ne pas oublier de paramétrer la qualité au maximum !!
    J’ai déjà vécu aussi une frustration immense lorsque j’ai remarqué que mes beaux clichés du jour étaient en 800×600….

  33. Maxime a écrit

    Je débute dans la photographie, merci pour ces conseils qui me seront très utiles.
    Me conseillerais tu un appareil en particulier pour débuter? Je souhaite photographier des paysages côtier et des oiseaux.

  34. Loic Dex a écrit

    Des conseils intéressants, je pratique peu l’animalier, mais ca donne envie

  35. Julie a écrit

    Je fais pas mal de sorties en montagne l’été, et c’est la patience qui est pour moi le principe essentiel.
    Et ne pas se décourager après des journées « blanches ».

  36. Alvilda@Incomabord a écrit

    Génial l’article. Vous donnez de très on conseils pour les photographes débutant ,les petits newbie comme moi.

    Passionné par le monde animal , je commence à me lancer dans la photo mais c’est pas évident pour faire des bonnes prises de vues.

    Si vous avez des astuces et conseils, cela serait fantastique.

    Merci et au plaisir de vous lire.

  37. Didier a écrit

    Merci, je ne fais pas de photos animalières, mais ces conseils s’appliqueront aussi aux photos de bâtiments (avec des petites variantes : ils ne bougent pas !)

  38. Benoit a écrit

    De bons conseille sur ce blog tu liras si de la photo animalière tu veux faire ;)

    Un bon article et de bons conseils à suivre assurément.
    Merci
    Benoit

  39. Steph a écrit

    Je pratique plutôt la photo sous marine (niveau très amateur) mais les conseils restent valables.

  40. Anne a écrit

    Je découvre l’importance de se fixer un objectif avant de partir faire une sortie photo. Je n’y avais jamais pensé !!! Et de le voir écrit, cela me parait maintenant évident !
    Je fais de la plongée sous marine et vos recommandations s’appliquent tout à fait à la photo sous-marine, merci.

  41. alien280 a écrit

    je pratique les 2 (chasse et chasse photo), aussi passionnante l’une que l’autre
    en fonction du sujet cherché, il n’est pas nécessaire d’avoir une tenue camouflage.
    les mammifères ont une mauvaise vue souvent ils sont daltoniens mais ils sont sensibles au mouvement. l’utilisation d’une hutte ou d’un filet de camouflage qui gomment les formes est moins onéreux qu’un ensemble camouflage. ils ont part contre une excellente ouïe et un odorat supérieur a un chien de chasse d’ou des N ième commandements.
    de bruit tu ne feras
    d’odeur tu ne dégageras (cigarette,parfum, vetements propres et lavés avec Mir machin etc°
    ton gibier tu connaitras et respecteras (moeurs, allées et venues, respect des periodes d’amours et de mises bat)
    bon, je pourrai en parler encore et encore

  42. alien280 a écrit

    j’oubliais de dire
    faites « pipi » avant de partir car arrivé au poste terminé.
    chez beaucoup d’animaux l’urine sert a marquer un territoire. vous serez vite repéré

  43. josskitty a écrit

    Little star in the winter and air shaking, trembling as if cold.
    http://allrightrayban.com

  44. alien280 a écrit

    difficile de donner un conseil, car il faut connaitre ton budget et bien cibler ton sujet, d’autant qu’avec les numeriques tu as un choix deconcertant.
    un compact ou un bridge t’apporte la simplicité et une électronique « embarquée » qui te permette beaucoup de choses mais quand c’est bon a tout, c’est aussi bon a rien.
    un reflex est plus compliqué a utiliser, il faut déjà s’y connaitre en photo mais il pourra évoluer et tu pourras aller taquiner la technique et les prises de vues de fou mais aussi beaucoup de ratés et de deception.
    si ton budget est serre un G15 je crois de chez Canon ou un coolpix P7700 de chez nikon.
    si t’as des sous, un reflex de chez canon ou de chez nikon en gamme amateur, l’ideale est en gamme expert pour un photographe averti.
    perso j’ai un compact Canon et un reflex Nikon les deux en gamme semi pro. je n’ai jamais atteint leurs limites
    cordialement

Laisser un commentaire

Notifiez-moi des commentaires à venir via email.
Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.