[Pratique] La photographie animalière en vacances

11/06/2012 30 commentaires par Cédric G. +

Le photographe animalier, qu’il soit amateur ou professionnel, est avant tout un passionné. Incorrigible, il profite de toutes les occasions qui lui sont données pour s’adonner à son loisir préféré : photographier les animaux :)

Lorsque vient le temps des vacances, le dilemme se pose : comment concilier vie familiale et photographie, sans dégrader l’ambiance au sein de son couple ? Voici quelques « astuces » en guise de réponse !

La boîte à photoCet article s’inscrit dans le cadre de la seconde édition de la Boîte à Photo, concept réunissant plus d’une dizaine de photographes blogueurs autour d’une thématique unique à chaque édition, et sur laquelle chaque participant va présenter un point de vue différent :)

Cette seconde édition est consacrée aux vacances, dont vous retrouverez le récapitulatif sur le blog d’Alexandra, consacré aux cours photo : c’est avec quelques conseils pour concilier passion pour la photo nature et vie familiale que j’aborderai donc ce thème !

N’hésitez pas à suivre la Boîte à photo sur Twitter ou à vous abonner à la page Facebook pour être tenu informé des prochaines publications :)

Phase 1 : se documenter sur les opportunités photographiques

Bien que cela puisse paraître évident, le préalable à toute sortie « photo nature » est la recherche d’informations. Aujourd’hui, avec Internet, il n’a jamais été aussi facile de trouver les bons plans nature un peu partout en France ou ailleurs:  parcs de vision, sites classés, spots d’observations, etc.

Fauvette pitchou (Côtes d'Armor)
Fauvette pitchou (Côte d’Armor), photographiée sur un site connu pour sa présence
EOS 20D + Canon 300/4 L IS USM,  f/4.0, 1/160ème, 200 ISO

Côtoyer les milieux naturalistes est également une excellente source d’infos, dans la mesure où bien souvent le partage est de rigueur. Attention cependant à ne pas se montrer exclusivement opportuniste et attentiste, les échanges doivent être à double sens et le photographe doit apporter sa pierre à l’édifice ! Vos contacts photographes seront parfois également de bons alliés, notamment lorsque vous avez la chance d’avoir des amis « locaux » sur le lieu de vos vacances (ndlr : si vous fixez rendez-vous à l’un de vos amis pour qu’il vous fasse profiter de ses spots, n’hésitez pas à lui amener quelques spécialités locales bien de chez vous !)

Jeune Chamois (Honeck, Vosges)
Jeune chamois broutant un bourgeon, photographié grâce à mon ami Jean-Jacques, sur le massif du Hohneck
EOS  5D Mark II + Sigma 500/4.5 EX HSM, f/5.6, 1/640ème, 500 ISO

Une fois arrivé sur place, un petit passage à l’office de tourisme locale vous permettra éventuellement de découvrir des sorties à la richesse insoupçonnée, et dont vous pourrez faire profiter votre famille !

Phase 2 : profiter des sorties familiales pour faire son petit repérage

Sans sournoiserie aucune, vous pouvez profiter d’une sortie en famille dans un parc de vision ou sur un site protégé ou balisé pour évaluer le potentiel d’un spot photographique, et le cas échéant réaliser quelques photos sympathiques si l’occasion se présente.

Flamants roses (Camargue)
Flamants roses, photographiés dans le Parc de Pont-de-Gau (Camargue)
EOS 5D + Sigma 500/4.5 EX HSM, f/5.6, 1/2000ème, 100 ISO, -0.6 IL en correction d’exposition

Cigogne blanche (Alsace)De manière générale, votre compagne et vos enfants ne rechigneront pas à une sortie dans un Parc de vision (comme celui de Pont-de-Gau en Camargue, un excellent « spot ») ou sur un sentier montagneux traversant un site classé, du moment que la sortie s’avère agréable, qu’elle apporte son petit lot d’observations ou de jolis paysages. Pour vous, ce sera une occasion rêvée pour évaluer le potentiel photographique, repérer l’orientation des lieux par rapport au soleil, mesurer la nécessité de camouflage et voir quel matériel sera nécessaire pour réaliser vos photos ;)

Écureuil roux (Tarn)Au terme de la sortie, montrez les photos que vous avez réalisées, encensez (modérément) l’intérêt de l’endroit et tâchez d’amener progressivement sur le tapis votre envie d’y refaire un tour… éventuellement en solitaire !

Drosera, une plante carnivore (Vosges)
Droseras (plantes carnivores) photographiées lors d’une randonnée familiale (Vosges)
EOS  5D Mark II + Canon 70-200/2.8 L IS USM à 200mm + bonnette 500D, f/8.0, 1/125ème, 400 ISO

Phase 3 : tenter une sortie seul !

Partie la plus délicate, la sortie en solitaire – point nécessaire pour maximiser vos chances de réussite – devra absolument concilier votre intérêt et celui de votre petite famille. Typiquement, on pourra tenter une expédition très tôt le matin au moment où tout le monde dort, ce qui dérangera le moins possible femme et enfants. N’oubliez pas cependant qu’en vacances, si vous êtes hébergé sur un lieu nécessitant un véhicule pour se déplacer, absence de voiture signifie emprisonnement ! Vous devrez impérativement être de retour au domicile temporaire en temps et en heure pour ne pas pénaliser le programme familial des sorties :)

Bécasseau sanderling (Côtes d'Armor)
Bécasseau sanderling, à l’approche à marée montante (Côtes d’Armor)
EOS 20D + 300/4 L IS USM, f/5.6, 1/1000ème, 100 ISO, -0.3 IL en correction d’exposition

Une autre solution consiste à réaliser ses sorties photo parallèlement aux activités sportives ou ludiques pratiquées par les membres de votre famille : Madame emmène les enfants pour une randonnée à cheval de 2 heures ? Soit, vous disposez de tout ce temps pour tenter quelques clichés ! Si vous êtes en bordure de mer, il y a tout à parier que non loin du centre équestre, se trouve un endroit sympathique où les oiseaux côtiers et autres limicoles seront présents :)

Colonie de gravelots à collier interrompu (Morbihan)
Colonie de gravelots à collier interrompu (Morbihan)
EOS 5D + Sigma 500/4.5 EX HSM, f/5.6, 1/500ème, 160 ISO, -0.3 IL en correction d’exposition

Vous pourrez, si vous êtes à la plage, profiter de la séance de farniente de madame et des enfants pour aller fureter alentour, équipé de votre petit téléobjectif (ou de votre caisson étanche !) ; en montagne il vous sera plus difficile de trouver du temps parallèle, et les sorties matinales seront votre seul espoir. Mais il ne fait aucun doute, qu’au détour de sentiers ou de chemins alpestres, vous puissiez croiser quelque insecte étonnant ou animaux endémiques : ouvrez l’oeil !

Quelques conseils de bonne conduite

La photographie animalière en vacances est parfois l’occasion de réaliser des clichés réellement inespérés. Mais il ne faut jamais insister au risque de pourrir l’ambiance familiale pour un sujet potentiel dont vous n’aurez peut-être jamais de photos. Respectez toujours les règles de bienséance avec Madame et avec vos enfants, et surtout les horaires de sortie, ils ne vous en seront que plus reconnaissants.

Sur le terrain, le respect sera également de mise : ne tentez pas le diable pour une approche dont l’issue sera incertaine ! Documentez-vous si les animaux approchés ne vous sont pas familiers, et ne leur faites sous aucun prétexte prendre de risques pour une simple photographie.

Jeune loutre d'Europe (Cantal)
Jeune loutre photographiée lors d’une randonnée sur un sentier balisé (Cantal) : une photo rarissime, que l’on ne fait qu’une fois dans sa vie, surtout à cette focale !
EOS 5D Mark II +  Canon 70-200/2.8 L IS USM à 200mm, f/3.5, 1/250ème, 1250 ISO, -0.3 IL en correction d’exposition

Si vous êtes en bordure d’océan, faites attention aux horaires des marées et attention si vous vous rendez dans les rochers côtiers à marée montant : vous pourriez très vite avoir à travers ses « bras » de plus d’un mètre de profondeur avec votre matériel si vous vous faites surprendre (vécu… On dira que j’ai sacrifié un pantalon et un peu de ma fierté pour en ressortir sans faire prendre un bain de mer à mon 500mm ;) )

En montagne, ne prenez pas de risques inconsidérés pour approcher les animaux : une chute peut être fatale en haute altitude !

Dernière chose : rappelez-vous que, quelles que soient les circonstances, les petites bêtes ne mangent jamais les grosses ;)

Les petites bêtes ne mangent pas les grosses (Cantal)
Le photographe photographié par surprise !

Articles relatifs à [Pratique] La photographie animalière en vacances

,

L'auteur : Cédric G.

Auteur photographe animalier, informaticien et passionné d'animaux et de nature. Administrateur du blog Aube Nature

30 réponses sur [Pratique] La photographie animalière en vacances

  1. Darth a écrit

    Très bon article!

    Perso, quand je pars en vacances, ce n’est pas tant mes arrêts pour la photo animalière qui sont difficiles à faire passer, mais le fait que j’emporte avec moi mes téléobjectifs.

    Quand tu transportes deux supertélés et que tu demandes un peu d’aide…. Je t’explique pas le résultat ^^

    • Cédric G. a écrit

      Hé hé

      Non, tu ne m’expliques pas car je dois déjà négocier pour faire porter le pique-nique et la boisson :)

      Mais bon maintenant j’ai trouvé la solution : sac bi-compartiment, et absence de gros télé en rando « familiale » (faut savoir faire des concessions !)

      • Raf a écrit

        C’est du propre ! Rêve-je ou avons nous droit à un extrait des meilleurs moments du petit guide du fourbe déguisé ?!

        Enfin je dis ça, j’ai également quelques goujateries à mon palmarès… :)

  2. Guillaume a écrit

    Excellent, lol la dernière photo est à mourrir de rire !
    Très bon billet.

  3. SebJ a écrit

    Excellent !
    J’ai opté pour les sorties tôt le matin : en été, ça laisse trois bonnes heures sur le terrain pour un retour vers 9h00 et une journée famille à suivre. Il ne reste plus qu’à trouver le bon moment pour une petite sieste ;-)

    @+
    Sébastien

  4. France in Photos a écrit

    Très bon article largement applicable à la photo de paysage.
    Je pratique moi aussi les sorties tôt le matin quand tout le monde dort. Attention quand même à ne pas planter la voiture en prenant la route à moitié endormi.
    Petite contrainte : il faut repérer les sites en tenant compte de l’éclairage du matin et non du soir.
    Sinon pour faire accepter la chose à la famille : passer par une boulangerie au retour de la sortie et ramener des croissants ou du pain frais pour le petit déjeuner !

  5. Florent a écrit

    Il suffit de faire un safari au Kenya et la toute la famille sera d’accord pour allier vacances et photographie animalière ^^
    Sinon très bon article au passage.

  6. Fil a écrit

    Ça donne envie de devenir reporter animalier, voyager et prendre des photos de la faune et de la flore, quel beau métier.

  7. Aurélien a écrit

    C’est vrai que c’est top mais ça demande un temps fou! Sans être un incroyable photographe je suis parti 2 semaines en Tanzanie l’année dernière… Et là une seule chose à dire: le rêve. Même sans être un grand photographe on en ressort avec des photos dignes d’un livre animalier. Mention spéciale pour les paysages du Serengeti… Et le nombre d’animaux qu’on y voit!

  8. Pyrros a écrit

    Plutôt que faire des concessions je propose d’avoir une famille de photographes … ça aide dans les déplacements mais après il faut aussi s’accorder sur le sujet.

    C’est vrai qu’en animalier les parc de vision et les parcs naturels sont de bons endroits pour conduire toute la famille et faire des photos.

  9. Pierrot a écrit

    Ah merci pour ces précieux conseils qui vont me permettre d’éviter de mettre la zizanie à la maison, parce que mes excuses du genre « je vais chercher le pain » et le retour 3 heures après ça passe plus! :)

  10. Seb F. a écrit

    Je suis d’accord avec la proposition de Pyrros : faudrait même voire à monter un meetic spécial pour les photographes célibataires du coup ;-)
    Parce que moi j’ai pas trop de contraintes de ce type à gérer pendant mes vacances ^^
    Je note pour plus tard en tout cas (du moins j’espère :twisted: )

  11. Armand a écrit

    Sans vouloir être désagréable ni remettre en cause l’intérêt de l’article, je le trouve pour ma part assez sexiste.

    Pardon de casser l’ambiance et je tiens à préciser au passage que je suis un lecteur régulier de ce blog que j’apprécie.

    • Cédric G. a écrit

      Bonjour Arnaud

      Je ne le pense pas, car si effectivement je l’ai écrit sous la plume de l’homme, il est tout-à-fait applicable pour une femme pratiquant la photographie de nature (et j’en connais :) )

      Je prône au contraire pour plus de respect de nos compagnes, surtout en vacances, ce qui n’est pas toujours le cas avec la gente masculine (soyons honnêtes…) ;)

      • Noémie a écrit

        bonjour , je confirme je suis une femme faisant de

        la photographie de nature ;) Et justement j’ai une

        question a ce sujet, sommes nous nombreuses

        en tant que femme à pratiquer la photographie

        animaliere ?

  12. Niko a écrit

    un bon article ! je choisis toujours mes vacances à proximité de spot potentiellement intéressants. Et comme tu dis, tôt le matin, ou l’après midi pendant la sieste de tout le monde, sont des bons moments ;)

  13. herve a écrit

    tu doit te régaler à prendre toutes ces photos, la photo de la loutre elle est trop mignonne et celle du chamois aussi, c’est comme les biquettes on a qu’une envie leur faire un petit calin

  14. Eric a écrit

    C’est génial, vous en avez de la chance, j’ai toujours aimé faire des photos et je ne rate pas une seule occasion pour en prendre, j’ai beaucoup aimé les photos, surtout la colonie de gravelots, merci pour cet article et de partager vos photos avec nous.

  15. Yves a écrit

    Bonjour Cédric,

    Je te remercie pour tes précieux conseils et les superbes photos qui l’accompagnent. En effet, j’ai contracté le « virus de la photographie » depuis que j’ai acheté une Nikon Coolpix S2550 suite à l’arrivée de mon petit garçon. Je reviendrais lire tes prochains billets.

    Bonne soirée.

  16. Camille a écrit

    Tu fais vraiment de très jolies photos ! Tu as vraiment le coup d’oeil je trouve.

    Etant photographe amateur tu pourras me donner quelques conseils ? Voici mon blog :
    http://clphotographies.overblog.com/

    Merci d’avance,
    Camille

  17. Martin Blisson a écrit

    Se rapprocher de la nature déjà cela fait du bien mais ensuite pouvoir en plus combiner sa passion et découvrir la faune c super.

    Mon rêve c’est de faire un safari et de faire un book de folies.

  18. Patrick a écrit

    Merci pour ces conseils de prudence indispensables ! La première fois que j’ai pu photographier une compétition moto, c’était pour les 24h00 moto au Castelet. Je n’avais aucune expérience des circuits.
    Comme j’étais arrivé un peu en retard, pour le départ, les meilleures places étaient occupées.
    Nous étions tous en file indienne, œil au viseur, le long du muret qui nous séparait de la piste.
    Pour n’être pas gêné par le précédent, chacun se penchait un peu plus que le précédent.
    Quand les machines ont démarré, le passage du peloton a créé un souffle incroyable. J’avais ma photo !
    Puis j’ai réalisé ce qui se serait passé si une poignée de guidon avait touché mon télé !
    Quand on a l’œil au viseur, on est déconnecté du monde réel, et effectivement, il faut bien réaliser qu’une photo ne vaut pas de mettre sa vie en danger… ni celle des autres, dont celle des animaux, en photo animalière.
    Cordialement,
    Patrick.
    Merci de remplacer le commentaire précédent, un peu de fatigue sans doute et je me suis trompé de case pour l’adresse du site !

  19. Marie a écrit

    En même temps, à chacun sa passion, il faut respecter les désirs de son ou sa compagne.
    Ton petit plan est tout a fait adapté pour cela. :)

  20. Guillaume a écrit

    J’ai ma copine qui s’adonne à ce genre de pratique. Bon j’avoue je fais quelquefois de la photo moi même mais jamais pour photographier des animaux, je ne sais pas je trouve ça bizarre et puis c’est un peu du vu et revu non ? ^^

  21. yassingraph a écrit

    Très beau photo merci pour les conseils

  22. AC a écrit

    Très belles photos et très admirative, j’avais essayé la photo animalière il y a quelques années, pas assez patiente ;-)

Laisser un commentaire

Notifiez-moi des commentaires à venir via email.
Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.