SEMAINE 6 : Plein cadre… sur la mésange charbonnière

12/02/2011 12 commentaires par Cédric G. +

S’il y a un « style » de photo que je n’affectionne pas franchement, c’est bien la photo « plein pot »… À l’image de cette belle mésange charbonnière (Parus major), photographiée sur les mangeoires fraîchement installées dans les bois voisins, à des endroits stratégiques, avec mon ami Cris.

Mésange charbonnière (Parus major)

Mésange charbonnière

EOS 7D + Sigma 500/4.5 EX HSM, affût en voiture
f/5.6, 1/2000ème, 400 ISO

Prochainement, je diffuserai un long article sur le débat des longues focales, du recadrage et des histoires de petits et grands capteurs… Dans la droite lignée des débats « photo serrée / photo aérée » et du style photographique en vogue actuellement !

L'auteur : Cédric G.

Auteur photographe animalier, informaticien et passionné d'animaux et de nature. Administrateur du blog Aube Nature

12 réponses sur SEMAINE 6 : Plein cadre… sur la mésange charbonnière

  1. Darth a écrit

    J’aime aussi la phot plein pot, mais parfois j’aime la photo où l’animal trouve sa place dans son décor naturel.

    J’ai déjà fait plusieurs article sur les sujets que tu vas traité prochainement, j’avoue que je suis donc très curieux de voir ton point de vu!

  2. Cédric G. a écrit

    Salut Darth

    Effectivement, j’ai prévu de linker tes articles (par ailleurs intéressant) car ils ont été en partie à la base de ma réflexion (même si l’article en question est commencé depuis plus d’un an maintenant !)

  3. Darth a écrit

    Je commencerais par dire merci.

    Ensuite, je ne doute pas une seconde que tu avais pensé à ça il y a fort longtemps.

    En effet, étant comme toi un amoureux de la photo nature, c’est le genre de réflexion qui forcément nous taraude depuis un bon moment.

    😉

  4. Cédric G. a écrit

    D’autant plus quand on voit les débats qui animent les forums photo à ce sujet 😉

    À chaque fois que j’ai l’occasion de discuter avec certains amis, on aborde le sujet 😀

    Et puis bon, j’suis p’têt pas le seul à avoir acheté un 500mm pour son rendu, et non pour le fait qu’il rapproche (accessoirement) du sujet 🙂

  5. Julien Dorol a écrit

    C’est marrant, j’ai l’impression que c’est un peu la même chose dans l’image de sport.

    Je shoot un peu d’image de ski, et tout le monde me demande si j’ai un 70-200 ou autre truc blanc qui coûte un oeil. Et là, stupéfaction quand je dis que je ne travail qu’au 50 ou 24mm.

    Je préfère donner de l’espace, intégrer le sujet dans son environnement…

  6. Ducry Michèle a écrit

    Sympa la mésange…
    Pas eu beaucoup d’amateurs cette année. qq mesanges bleues et charbonnières, mais pas de vol passager de mésanges à longues queues. Je me dis que peut etre ils s’alimentent aux maisons voisines, ou alors il y en a moins d’oiseaux et c’est bien dommage. Pas vu de verdiers , de gros bec, bref c’etait un peu restreint cet hiver.
    Mais vous êtes là pour nous en faire voir de « toutes les couleurs ».
    A+ michèle

  7. Christophe55 a écrit

    Salut,

    j’attends avec impatience ton article sur les longues focales !!
    Avec le sigma 120-400 et un 450d, je suis souvent trop court (sic) -les animaux se sauvent avant mon arrivé – !
    Heureusement que j’ai acheté ton livre qui me donne de bons conseil sur ce point !

    PS: comment vous faites pour mettre l’avatar ?

  8. Lena a écrit

    Cette photo est plutôt réussi. Comme Michèle, j’ai vu beaucoup moins d’oiseau cet hiver.

  9. Zipanu a écrit

    La photo plein pot c’est parfois la seule manière d’avoir un cliché d’un beau rendu avec un 210mm et encore pour un oiseau de cette taille il faut être idéalement situé à moins de quatre mètres avec une forte luminosité.
    (Ne me jeter pas de pierres évidemment c’est une considération d’amateur pas forcément éclairé à petit budget puisque mon 210mm il coûte 80€.)

  10. Raf a écrit

    Si je devais faire le choix d’une unique photo, j’aurais tendance à conserver celle qui replace le sujet dans son contexte, mais…

    Dans une otique d’écrire un livre qui raconte l’histoire d’un animal, il faudrait alterner les plans larges et les plans rapprochés. D’une part, une série de gros plans enfilés les uns derrière les autres finissent par lasser, même si ils sont techniquement irréprochables. D’autre part, en photo animalière, on cherche à montrer ce que l’œil humain penne à voir. Or, une belle posture de près en fait partie, si c’est un animal difficilement approchable par le « promeneur du dimanche ».

    Ceci est valable pour une galerie photo. Il me semble, pour réussir un galerie, qu’il ne faut pas aligner 15 images proches d’un même sujet dont la posture a à peine changé. Il me semble, au contraire, qu’il vaudrait mieux varier un peu les sujets ainsi que les plans. Pour exemple : j’ai beau raffoler des renards ; je ne me verrais pas proposer une galerie dédiée au goupil, à moins de varier à fond les ambiances et faire intervenir quelques éléments perturbateurs comme un corbeau qui vient se percher sur une branche à sa rencontre ; un brocard qui paisse tranquillement à proximité ; un lièvre qui vient à attirer l’attention du renard, etc. Comme sait le faire Fabrice Cahez. Encore faut il avoir son talent…

    Ces propos ne sont pas innocents ; je sais que tu t’apprêtes à nous dévoiler tes futures galeries Cédric et je brûle d’impatience de voir tant le fond que la forme 🙂 D’autant que je m’apprête à écrire un site pour un ami et j’ai pour contrainte le fait qu’il ne soit pas féru d’informatique (alors que j’ai pour habitude d’écrire chaque page sous un éditeur de texte).

    Bref, ton prochain article sera lui aussi très attendu.

    Amitiés,
    Raf.

  11. Franck a écrit

    Votre photo mériterait sa place ici :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9sange_charbonni%C3%A8re

    • Cédric G. a écrit

      Bonjour Franck

      J’ai depuis bien longtemps cessé de « collaborer » avec Wikipedia (j’y ai écrit quelques lignes), et encore moins concernant les photographies, repompées et utilisées à des fins non contrôlables de part le monde.

      Pour ce qui est de Wikipedia, j’ai cessé d’y apporter mes textes au jour où j’ai pris conscience où, comme c’est le cas sur certains forums, il faut systématiquement DONNER sans rien recevoir (pas même être cité dans les liens de référence : ça troue le c.. à certains visiblement)

Laisser un commentaire