HOME, le film…

06/06/2009 36 commentaires par Cédric G. +

Suite à la diffusion mondiale du film HOME, de Yann Arthus-Bertrand, de nombreuses réactions émergent sur un web toujours plus surprenant… Je suis pour ma part SIDÉRÉ de voir tant de négativisme et de critiques gratuites, peut-être vraies quant à la nature du documentaire (utilisation d’un hélico, financement par de grands groupes très certainement pollueurs, j’en passe et des meilleures) !

L’important est-il de se demander comment le film a été produit et par qui ? ON S’EN FOUT !!! Tous les photographes animaliers, amateurs ou professionnels, sont parmi les mieux placés pour voir que ce film, malheureusement, ne révèle que de tristes vérités et que le minimum que puisse faire un photographe comme YAB, est de dénoncer et démontrer que nous sommes tous en train de détruire ce qui nous fait vivre. Une heure quarante minutes pour se souvenir de ce dont l’homme est capable…

Ce film, magnifique, ne doit pas être la source de critiques acerbes envers un homme ou un groupe financier : ce film est quelque part une propagande, les message y sont quelque peu simplifiés, et il a été financé par d’immondes capitalistes. On le sait et… on s’en fout car ce n’est pas le fond du problème ! Non, HOME dénonce simplement une réalité dramatique et annonce un futur que j’aimerais personnellement éviter, au travers d’images somptueuses et d’un monologue on ne peut plus clair et parfaitement documenté…

Pour ma part, depuis 2008 j’ai fait le choix de « compenser carbone » tous les déplacements liés à mon activité photographe, toute la consommation électrique de mon foyer, et l’entreprise que j’ai créé fin 2008 suit également la même voie. Une goutte d’eau dans un océan, qui n’excuse en rien la pollution inévitable que je produis chaque jour en allant travailler, victime d’un système économique que j’espère un jour voir changer…

PS : inutile de me poster le lien vers l’article de Libération écrit par un certain Monsieur Gran, qui n’a de grand que la connerie éloquente de ses propos, d’un dogme programmé et dépassé et que l’on sent issu d’une nauséabonde élite littéraire néo réactionnaire de second rang : un « écrit vain », comme tant d’autres !

,

L'auteur : Cédric G.

Auteur photographe animalier, informaticien et passionné d'animaux et de nature. Administrateur du blog Aube Nature

36 réponses sur HOME, le film…

  1. Fabien a écrit

    Cela était prévisible, un événement d’une telle ampleur réalisé par un YAB très médiatique depuis de nombreuses années maintenant. Il y aura toujours des esprits négatifs se croyant au dessus de tout pour critiquer. Ils oublient qu’avant tout, HOME est un film montrant des images, la beauté de notre planète (dans beaucoup de sens – même très sauvages – du terme) et il faut le voir d’un côté esthétique, comme YAB sait le faire à merveille. Ensuite, si les gens veulent penser plus loin et prendre le message de préservation, c’est encore mieux. Mais c’est le film d’un grand de l’image avant tout et là, rien à dire, c’est du top, du must-see.
    Les critiques seront du même acabit avec le film de Nicolas Hulot.

    Moi je dis ça, je ne l’ai même pas encore vu ;} J’attends le DVD dans ma boîte aux lettres.

  2. AlainG a écrit

    Je trouve qu’on ne peut pas balayer d’un revers de main le "comment" ce film a été fait. C’est même une question centrale à l’image des conséquences de nos actes quotidiens sur l’environnement. On ne peut pas dire qu’importe les conséquences seul le résultat compte. Certes, ce film est très beau visuellement mais :
    1) va t-il avoir un impact positif sur nous tous qui pouvons chacun à notre niveau changer les choses ?
    2) peut-on faire un film pour dénoncer les excès humains ayant un impact sur l’environnement en faisant je ne sais combien de centaines d’heures en hélico ? Personnellement je trouve que la compensation carbone est une erreur, cela donne l’impression que l’on peut consommer à l’infini si on a les moyens de "payer" et c’est à mon sens anti-pédagogique, une façon de ne pas se poser les bonnes questions, à savoir que puis-je faire dans mes gestes quotidiens pour limiter mon empreinte écologique (et pour qui voter pour nous représenter afin que les changements viennent aussi du haut).

    Cela dit, je suis d’accord avec toi, j’ai l’impression que ceux qui critiquent le film sont les premiers à se foutre de l’écologie et continuent de fermer les yeux sur ce qui se passe…

  3. Z. a écrit

    Dire qu’on ne DOIT PAS critiquer le film relève de la sacralisation. Franchement, l’on peut avoir des réserves (comme celle d’AlainG que je partage), tout en s’émerveillant devant le film et son message sans pour autant le descendre en flèche. Les réactions suscitées par ceux qui ne partagent pas la méthode ont déclenché une véritable chasse aux sorcières et c’est regrettable. OUI c’est un film splendide, OUI il faut changer notre comportement, NON, pas en occultant la manière dont passe le message. Le raisonnement du "peu importe la méthode, ce qui compte c’est le résultat" nous a mené dans de trop nombreuses erreurs, c’est aujourd’hui qu’il faut s’en souvenir plus que jamais.

  4. Kilroy a écrit

    Passons sur le financement du film et les moyens mis en oeuvre pour le réaliser et intéressons nous au message.

    Personnellement, je trouve YAB à la fois trop gentil et trop optimiste. Il reste largement dans le "politiquement correct", peut être à cause de ses sponsors ou pour que son public ne se barre pas au bout d’1/2 heure, catastrophé.
    Mais au final qu’est-ce que ledit public en aura retenu ? Les belles images ou le message ?

    Il y avait à mon avis, des moyens de rendre la première partie bien plus flippante, de mettre aux spectateurs occidentaux le nez dans le caca et de les mettre devant des équations implacables comme :
    agriculture intensive + fin du pétrole = 9 milliards en 2050 ?

    Au lieu de cela, il énonce de sa voix douce des chiffres inquiétants sans pour autant les relier formellement.

    Dans le début qui a suivi YAB m’a semblé avoir les idées bien plus claires et être bien plus hargneux, même s’il semblait un peu pris dans l’événement de la diffusion sur le champ de Mars. Alors pourquoi est-ce que ça ne passe pas dans le film bon sang ?

    J’ajoute que le timing de la diffusion de ce film est excellent : juste avant les élections Européennes et au moment où on a enfin une liste "écolo" (ahem) capable de faire autre chose que la figuration. Par contre, il aurait été intéressant d’avoir un message du type : pour faire avancer les choses, il faut des décisions politiques.

    YAB, comme Bulot avant lui ont peur de perdre leurs sponsors s’ils se mouillent en politique, mais ils commencent à modifier leurs discours. Ils se rendent compte que bassiner le grand public avec des écogestes sans grande portée n’est qu’un début et qu’il faudra bien un jour aller emmerder les plus grands pollueurs qui ne sont autre que leurs sponsors les industriels (et accessoirement les agriculteurs).

    Je ne sais pas si vous avez regardé le débat qui suivait le film, mais j’ai trouvé certaines interventions de Sylvie Brunel complètement surréalistes. Si Yves Calvi avait invité des gens comme Yves Cochet ou Jean Marc Jancovici, ils auraient été un peu plus secs que le "gentil" et parfois peu clair Serge Orru.

  5. lili a écrit

    La critique que je ferais au film, la seule, c’est qu’une fois encore, mais moins que dans des films précédents, on met l’accent sur ce que le citoyen peut faire, comme s’il était le seul à pouvoir changer les choses, et qu’on occulte complètement le rôle essentiel et déterminant des politiques en la matière: à quoi ça sert que chacun d’entre nous fasse des efforts financiers dans le sens des économies d’énergie et change son comportement, si un gouvernement continue de construire des autoroutes à tout va,de favoriser le transport routier au lieu de développer le ferroutage qu’il est en train de démolir,par exemple.( voir la politique de la Suisse …)
    Une info amusante: aux USA, les lobbies de l’agro alimentaire, dont Monsanto, ont écrit à Michèle Obama pour lui reprocher son jardin bio à la Maison Blanche,au motif que cela pourrait inciter les citoyens à faire pareil et qu’au lieu de ça elle ferait miuex de promouvoir l’agriculture intensive qui a fait les beaux jours ( d’un certain point de vue :-) )) de l’agriculture américaine.
    On ignore encore la réponse de la First Lady.
    Lili

  6. broubrou a écrit

    Bonjour,

    j’ai regardé les 20 dernieres minutes de ce "film" et j’ai trouvé ça lénifiant , une voix off désagréable, pleine de bons sentiments .C’est un bon film pour que les réalisateurs et les spectateurs qui vont le trouver joli et se donner bonne conscience.
    Mais les derniers mots sont presque justes ils restent 10 ans pour faire quelque chose ,cependant la conclusion est fausse : rien ne se fera ..
    La terre est foutue et franchement je vois pas en quoi c’est grave nous sommes une espece animale comme les autres , on se croit juste plus intelligent et c’est cela le pire.

    Car avant que quelque chose soit décidé il sera trop tard , franchement je vois pas qui va vouloir quitter le confort que nous avons actuellement , il faudrait déjà arrêter d’acheter nos appareils photos et nos PCs remplis de métaux rares en voie de disparition et même arrêter d’être sur internet .
    Franchement vous croyez les traders et autres libéraux et meme nous arreter la consommation effrénée pour faire plaisir à la nature ??
    On va le faire quand il sera vraiment trop tard

    Donc encore une "bonne" action qui va servir à rien juste à avoir quelques commentaires demain au café et ensuite on continue comme avant …

    signé un réaliste pessimiste ou un pessimiste réaliste

  7. Une Image au Hasard, photos, affiches d'art et de qualité a écrit

    Home sweet home

    L’événement du week end, c’est bien sûr la projection hier soir de HOME, le film du photographe (avant-tout) et réalisateur Yan…

  8. aplouviez a écrit

    Bonjour,
    et merci pour ce billet, que je partage absolument.
    Chef d’entreprise également, photographe également (mais plus modestement), j’ai fait les mêmes choix que vous.
    Et moi aussi, je veux voir dans ce film quelque chose de positif, comme un pas de plus dans une prise de conscience ACTIVE pour faire changer les choses.
    Trop ceci, pas assez cela ? on ne peut pas plaire à tout le monde. Cela reste un beau film, avec de belles images, qui n’est pas si culpabilisant que cela : l’homme, l’humanité, n’y sont jamais montrés sous un mauvais jour.
    Bravo à lui donc pour cette oeuvre courageuse… et BELLE !

  9. Lilo a écrit

    Même avis que toi, ce film a le mérite d’exister et les critiques violentes comme celle du journaliste de Libé me sidèrent. C’est tellement plus facile de critiquer. Moi aussi j’ai des remarques à faire sur ce film, plus sur la forme, sur l’usage excessif de chiffres statistiques, la rythmique trop lente, trop linéaire, comme les pages d’un livre que l’on tourne lentement, l’impression d’absence de mouvements. Mais bon, au final, le message passe très bien et il faut plutôt saluer ce genre d’initiatives plutôt que de les critiquer. Faire un film non polluant ? Comment ? On ne s’insurge pas à ce point de l’impact écologique des grosses productions américaines. Que chacun balaie devant sa porte (je pense à Libé dont l’actionnaire principal est Rothschild !). En tout cas, toutes ses critiques permettent de bien médiatiser le film.

  10. strati02 a écrit

    bonjour,
    tres beau film, meme les images les plus marquantes de polution etaient visuellement esthetique.comme la reconnue yab lors d’une interview. personnellement je pense que le film aurait pu etre un poil plus agressif.
    je pense que l’espece humaine se comporte comme une gale qui affecterait la planete, il est peut etre encore temps de la soigner ou alors il est trop tard, je ne sais pas, par contre on finira par en mesurer les concequences.

  11. djeko a écrit

    Bonjour,
    Je n’ai pas regardé le film Home, simplement écouté distraitement depuis une pièce voisine. L’observation des belles choses n’a jamais changé le monde, cela, on le sait : le beau ne peut pas grand’chose contre le mal.

    L’histoire humaine est faite de cycles, et il est difficile de se soustraire à celui qui est en cours.
    Il appartenait aux démocraties – qui ont favorisé un modèle de développement occidental – d’anticiper il y a cinquante ans les conséquences de ce qui est observé aujourd’hui.

    Euh, c’est loin, Mars ?

  12. strati02 a écrit

    mars ?
    trop tard on la deja polluée d’une bonne vingtaine de sonde d’exploration.

  13. Guiguys a écrit

    Jetez un oeil à cette tribune assassine parue dans libé:
    http://www.liberation.fr/tribune...

  14. Cédric Girard a écrit

    Bon, j’avais demandé à ce qu’on ne mette pas de lien vers Libé.

    Pas de politique please, même si ça me démange de dire ce que je pense de celles et ceux qui "accusent" YAB d’avoir orienté les votes de ce WE (qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre comme conneries !!!)

  15. Cédric Girard a écrit

    En tout cas une chose est sûre : suis pas prêt d’acheter Libé !!!

  16. Benoit a écrit

    J’ai trouvé le film beaucoup moins intéressant/concret/pédagogique que sa série documentaire "Vue du ciel". Mais si ça permet de le rendre accessible à plus de monde, tant mieux !

  17. Guiguys a écrit

    La Tribune n’est pas politique à mon sens, quant à insinuer qu’un film puisse influencer un vote, il faut vraiment pas quoi savoir raconter.
    Le vote "vert" des européennes est tout à fait explicable, PS explosé, Bayrou qui se torpille en direct face à Cohn Bendit avec des arguments de droite voir d’extreme droite (manipulation des sondages, attaques sous la ceinture etc…).
    Les électeurs ont a mon sens voté juste, à savoir donner de la voix aux partis écologistes pour peser dans les débats (OGM, pesticides…) je suis pour ma part satisfait du score des verts, pour les autres, no comment.

  18. francis a écrit

    Quel dommage mon tvix s’est planté au milieu et m’a fait perdre l’enregistrement HD je vais devoir me rabattre sur le blu-ray à 9,9 euros mais plus tard car je n’ai pas encore ce genre de lecteur. En tous les cas je partage largement l’avis de Cedric et ce qui me plait justement dans YAB c’est sa modération dans ses interventions il pourrait être plus virulent, ou alors donneur essayer de donner des leçons ce qui est loin d’être le cas quand à broubrou il ne dit qu’il reste 10 ans pour sauver la terre mais pour la stabiliser en tous les cas c’est bien ce que j’ai compris de ses interview peut-être que c’est différent dans le film mais cela me paraît bizarre.

  19. Olivier a écrit

    bonjour,

    je poste ici pour la 2eme fois, et tenais à souligner la qualité de votre blog.

    En temps que photographe pro, je ne peux que reconnaître la beauté des images du film de YAB. Une excellente réalisation.

    Par rapport au contenu, par contre j’ai été très déçu. Le discours est très (trop) moralisateur, et malheureusement je pense qu’aborder ce sujet sous cet angle est vraiment une terrible erreur en terme de communication. Les gens sont sous pression en ces temps de crises, et jouer sur la culpabilité ne peut qu’engendrer le rejet.

    C’est vraiment dommage, tant les images sont sublime. Un véritable narrateur professionnel aurait aussi été plus judicieux. (A chacun son métier… et vu le budget du film ça n’aurait pas coûté plus cher..)

    Si l’intention est louable, 9 millions de télé-specteurs ne pouvaient évidement que faire émerger les critiques de jaloux frustrés, ou de sans opinion voulant se démarquer de la "masse" pour se faire remarquer en société. "Une grande réussite se quantifie à la virulence de ces détracteurs ©"

  20. snake a écrit

    Et bien, beaucoup de réactions suite au documentaire très médiatique de YAB! Je suis moi-même assez mitigé sur ce dernier bien qu’étant un écolo de la première heure.Ce documentaire didactique est néanmoins une réussite, et pour cause les moyens mis en oeuvre (contestables par ailleurs) sont énormes: malgré tout je reste dubitatif sur l’impact qu’il peut avoir sur des pays sous-développés: comment expliquer et faire comprendre à ces peuples qui n’ont rien qu’ils ne doivent surtout pas accéder au confort pour ne pas répéter notre demi-siècle d’erreurs! Que cela n’empêche pas les occidentaux de modifier leur comportement, surtout vis à vis du pétrole, en développant de nouvelles énergies non polluantes. Je reste néanmoins pessimiste sur la nature humaine qui ne changera son comportement que lorsqu’elle sera dos au mur.Il est aussi dommage de ne pas avoir abordé le coût qu’auront sur les générations futures les catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes, car soyons certains que ce que nous infligeons à la planète nous sera rendu au centuple.

  21. pometerre a écrit

    d’accord avec les deux derniers commentaires.
    Autrement je me suis endormi, tellement Yab à un discours monotone…
    Quand au fait de compenser carbone, c’est du bidon. c’est juste pour se donner bonne conscience, mais tout le monde dans notre bon vieux monde occidentale continue à consommer à prendre la voiture pour aller acheter son pain, prendre l’avion pour passer une semaine en vacance… etc…
    Personne ne veut pas changer de vie, trop habituer à son petit confort, alors aller dire au pays du tiers-monde de ne rien changer dans leur mode de vie pour ne pas dégrader la planète… c’est quand même un peu pousser.
    Surtout que Yab, doit quand meme vivre assez bien…. Lui… il ne doit pas trop avoir besoin avec son copain Pinault de se poser une question essentielle pour une bonne partie de la population de notre planete :
    Comment vont ils nourrir leur famille ? ?

  22. Cédric Girard a écrit

    Bonsoir

    Pour moi le plus gros effort ne doit pas forcément venir de nous, "petits pollueurs" (même si nos efforts conjugués sont de toute façon bénéfiques pour notre planète et… pour notre portefeuille !!!)

    Ces efforts, ils doivent venir des gouvernements et des grosses entreprises pollueuses : c’est à mon avis là le point névralgique de notre pauvre monde capitaliste.

    La pollution relative de réalisation du film est franchement une goutte d’eau dans l’océan comparé à ce que produisent les plus gros pollueurs de la planète…

    Faire prendre conscience à tout un chacun que tout le monde peut faire quelque chose pour réduire sa propre pollution n’est qu’une partie du message. Montrer au monde entier qui pollue et dénoncer les abus manifestes de quelques sociétés dans le monde est l’autre partie.

    Les histoires de coût de réalisation ou de pollution, c’est Peanuts.

  23. alx a écrit

    Involontairement, YAB a orienté les votes et même lui ne le nie pas. Dire que le documentaire a été fait pour est un raccourci un peu trop rapide :)

    Sans être au point des déclarations douteuses de Libé, on peut se demander quand même si ce n’est tout de même pas un gros paradoxe que de dénoncer la pollution de l’Homme, tout en étant soi-même un pollueur.

    Alerter nécessite des moyens, mais ce magnifique livre "la terre vue du ciel" a été de la même manière, fait à partir de photos prises en hélico, mais celui-ci n’avait pas le même but.

    Je crois que l’on est sur un terrain glissant, sans être dans la critique pure et simple, moi je me pose des questions sur le principe.

  24. Cédric Girard a écrit

    Bof

    Le simple fait de dénoncer, sur quelque média que ce soit, fait de nous des pollueurs en puissance. Rien que le fonctionnement du web dans sa globalité engendre à priori une quantité considérable de consommation énergétique… Éditer un livre use du papier (fut-il recyclé), de l’encre, des moyens d’acheminement, etc.

    RIEN ne pollue pas. Sauf fermer sa gu… et rester dans son coin en subissant ^_^

  25. GSCF a écrit

    Communiqué de presse du GSCF
    Villeneuve d’Ascq, le 8 juin 2009

    Adhérer, c’est agir.

    Le film de Yann Arthus-Bertrand : Home est un succès. Des millions de téléspectateurs ont découvert à la télé, sur internet, les magnifiques paysages de notre planète mais ce film avait également pour objectif de sensibiliser le monde aux risques à venir sur notre environnement.

    Nous ne pouvons que féliciter ce film visant à la prise de conscience des actions dévastatrices des hommes sur l’environnement. Toutefois, une simple prise de conscience ne suffira pas à réparer les dégâts. Les phénomènes climatiques cataclysmiques, la pollution, l’élévation de la température, la disparation d’espèces animales et végétales vont se poursuivre…

    Le non accès à l’eau potable engendre chaque jour la mort de 6000 enfants. Pourtant, nous disposons dores et déjà de tous les moyens matériels pour y remédier… Prendre conscience, c’est bien… Agir, c’est mieux!

    Le GSCF fête ses 10 ans cette année. Depuis 10 ans, le GSCF n’oeuvre pas dans les discours mais dans des actions concrètes, des projets, du soutien,…

    Vous souhaitez vous aussi changer les choses, alors rejoignez nous !

    Thierry VELU
    Président-Fondateur
    du GSCF
    http://www.gscf.eu

  26. pauline a écrit

    pourtant déjà sensibilisée, j’avoue avoir pris une grande claque en regardant ce film… Claque psycho bien sur (et cela reste la plus importante sans doute) mais aussi claque visuelle, des images magnifiques, belles à en pleurer…

  27. akh2020 a écrit

    L’écologie est une lutte mais pas celle qu’on croit…

    Je pense pour ma part qu’il est serait bon que chacun fasse des petits efforts dans les gestes du quotidien et qu’il ne faut pas s’en dédouaner à bon compte. Mais qu’après, les plus grosses économies d’énergies demeurent inaccessible financièrement au commun des mortels (cf le cout des installations dans un logement, sachant qu’en plus tout le monde n’est pas propriétaire de son domicile). Si existait un choix entre les véhicules existants et d’autres (hypothétiques) totalement non polluant (fut-il un peu plus cher), les gens prendrais la bonne décision. Il en va de même pour d’autres secteurs, mais d’après ce que j’avais vu, si on parvient à solutionner le problème des transports et de l’habitat, l’économie énergique serait énorme. Même si je pense que les gens sont près à agir notamment ceux qui espèrent pour les générations futures (enfin surtout leurs propres enfants faut pas croire, "l’homme n’est point cet être déboinnaire") nous sommes clairement pas près à renoncer à notre confort occidental. Je suis convaincu que tout en sollicitant la participation de tous dans la construction de l’avenir, il ne faut pas non plus abuser de la culpabilisation.

    Cependant comme le souligne Cedric, il ne faut pas oublier les entreprises (pas que les grosses d’ailleurs) ainsi que le gouvernement, l’état et les administrations. Combien de fois, je passe devant des bâtiments de bureau où je vois des lumières ou devant des magasins avec moult spots et parfois des ordis + écran allumés en demandant où se trouve le disjoncteur ?

    Bref de ce que je vois, ce qu’il y a faire :
    _ chercher et trouver un moyen de générer de l’énergie non polluant (réellement, pas comme ce qui est dispo actuellement) et surtout le rendre accessible ET obligatoire
    _ imposer la rénovation et des nouvelles constructions sans déperdition d’énergie et rendre ces techniques abordables.
    _ imposer des règles bien plus drastique pour économiser l’énergie dans les administrations et dans les entreprises.
    _ continuer à faire des efforts simples au quotidien

    C’est simple à écrire, mais comme on le voit, beaucoup de décision finalement ne sont pas de notre ressort (ou du moins, leurs réalisation dépend de facteur que l’on ne maîtrise pas). On a beau vouloir, les moyens ne suivent pas forcement.
    Voila donc le premier choc entre Economie et Ecologie.

    Par ailleurs, quelqu’un parlait plus haut des pays peu ou pas développés et de cette injuste pression qu’on leur fait. Et il a raison. Comment dire au Brésil de ne pas ravager sa luxuriante foret quand il a des bouches à nourrir et que la concurrence mondiale tend à étouffer tous les pays ? Comment dire à la chine que USA, France, UK et autres ont eu droit de polluer pendant de décennies et que eux, ben non parce que la planète est danger. Certes elle l’est, mais l’est aussi la position dominante des USA & co (et c’est la le deuxiçme affrontement Economie vs Ecologie). Alors il faut appliquer les "règles" (que j’ai mise plus haut) mondialement et compenser financièrement vis à vis des autres pays. En gros, il s’agit racheter la pollution qu’on a commise impunément (du moins, le pensait-on) par le passé. Alors bien sur, après on peut rever qu’on en profite pour faire des coopérations mondiales (une dimension à la hauteur de l’enjeu) pour développer de nouvelles techniques non polluante, mais le rêve reste ce qu’il est …

    Pour résumer, l’écologie est clairement un combat qu’il faut mettre encore plus sur la scène politique et ne pas le laisser ce qu’il tend à devenir (comme le bio, le commerce équitable, …) : une marque. C’est principalement dans les hautes sphères que le destin de l’humanité sera scellé. Car c’est de ca qu’il s’agit. On dit "sauvons la planète", mais en fait, ce n’est "que" la fin de nous (enfin on aura emmené/emmène/emmènera beaucoup d’autres espèces avec nous dans le trépas) mais nul doute que la vie et le gros caillou sur lequel on vit demeureront.

  28. Raphael D. a écrit

    Bonjour à tous,

    Prenant le sujet à coeur, j’ai pris le temps de de répondre à cet écrivan de liberation.fr.
    Ne sachant pas si mon post sera conservé, en voici le contenu histoire de se détendre un peu…

    Que le monde se mette à tourner rond tout à coup et il n’y aurait plus grand-chose à dire sur Libération.fr !

    Monsieur IEGOR GRAN, vous avez choisi votre camp. Ainsi décidez-vous de rejoindre la colossale armée des amuseurs de foules, des faussement sceptiques, des moustiques agacés et agaçants.
    Par je ne sais quelle cuisine, vous tentez d’attirer les regards dans votre direction, espérant quelque éloge des lecteurs en vous appuyant sur un art que vous ne maîtrisez pas : dénigrer subtilement un personnage de premier plan, le tourner en ridicule afin de vous faire passer pour le grand accoucheur des âmes, le gourou des lucides observant et frappant en temps voulu, le Socrate des temps modernes.
    Expliquez-nous comment vous vous y prendriez, de nos jours, pour faire passer un message d’une telle envergure à un peuple de « bien nourris et forts occupés » sans casser d’œufs ? Comment concilier production d’un message destiné à la masse sans faire aucune concession ? La finalité n’en vaut-elle pas la chandelle à la veille des élections Européennes ?! Un peu plus de « verts », même mal représentés ne vaudraient-ils pas mieux que nos éternels partis traditionnels, incapables de changer la donne ? (fin de parenthèse).

    Comment peut-on nier, à ce jour, l’état d’urgence dans lequel nous nous trouvons ? En outre, il semble que le fait d’être comparé à un parasite vous bouscule au point de déverser votre bile sur un individu qui déploie sont énergie à faire en sorte que notre Biosphère ne devienne une poubelle stérile ; ce dans l’intérêt de tous (à long terme), y compris vous-même.
    Yann a essayé de recentré le débat, cherchant à toucher au public large. Mais cela vous déplait. Aussi bien sur la forme que sur le fond. Soit.
    Je note cependant qu’il est courageux de votre part d’étaler votre prose de mauvais esprit de derrière votre écran, assis confortablement sur votre siège, dont je suis certain porte les labels « recyclable » et « commerce équitable ». J’aurais préféré vous voir en face à cet homme que vous avez soigneusement diabolisé, histoire de lui donner l’opportunité de se justifier et vous expliquer à quel point vous vous méprenez.

    Pour conclure, cher Monsieur, veuillez accepter ce conseil d’un simple lecteur :
    Epargnez-nous, à l’avenir, votre analyse de collégien et focalisez-vous davantage sur le fond des problèmes que sur la forme ! Il me semble que vous aurez l’air moins pathétique et que votre rédaction ne s’en portera pas plus mal.

    P.S.
    Ayez l’amabilité de ne pas occulter mon message ; cela ira dans le sens de Liberation.fr dont l’étymologie du mot semble si chère à certains.

    le lien sur Liberation.fr :

    http://www.liberation.fr/tribune...

  29. Bidault Jean Francois a écrit

    Pourquoi dans les annonces Google sur votre blog y a t’il une annonce pour Fotolia alors que vous combattez fermement cette pratique de la photo low cost?
    Cordialement
    JFB

  30. Cédric Girard a écrit

    Bonjour

    La raison est très simple : ça leur coûte.

    Plus ils payent pour de la pub, moins ça leur rapporte. Combat mesquin je le conçois, mais toutes les armes sont bonnes pour contrer celles et ceux qui franchissent les limites de la légalité…

    Cédric

    PS : pas la peine de poser la question sur tous les billets de ce blog ;-)

  31. sebbri a écrit

    La critique sur la façon dont YAB réalise ses reportages ça commence à bien faire.

    Si il faut un hélico pour montrer ce qu’il y a montrer, et alors ??

    Vous, lorsque vous partez en vacances avec vos gosses, femmes et toutou à sa mémère vous prenez votre bagnole non ? vous y aller comment pour faire vos courses ? etc.

    Bref, c’est un peu gonflant cette attitude qui consiste à "casser" le discourt de ces gens là et ce, sur des critères à la con. D’autant que nous sommes loin d’être en mesure de donner des leçons en la matière.

    Allez quoi, un peu d’honnêteté d’esprit ça ne ferait pas de mal.

  32. Cédric Girard a écrit

    Je ne peux qu’acquiescer et plussoyer !

    (tiens, "plussoyer" n’est pas rentré dans le Larousse cette année…)

  33. Fred a écrit

    Bah, on pourra faire autant de reportages magnifiques que l’on veut … (beau coup marketing/popularité au passage), l’avenir de la planète, ou plutôt de l’espèce humaine, est tout tracé, tant la population augmente.
    Tant que l’intérêt individuel, le fric et le pouvoir auront le dessus sur l’altruisme et le respect, rien ne sera possible.

  34. hsppro a écrit

    Malgré toutes les critiques de ce film, il n’en reste pas moins qu’un magnifique rappel de la beauté de notre planète…

  35. Florian Keck a écrit

    Ce film est vraiment bluffant et il fais vraiment réfléchir ! Super blog ! Merci…

  36. Dominique MIGLIANI a écrit

    L’homme est souvent un incapable, capable de tout..

Laisser un commentaire

Notifiez-moi des commentaires à venir via email.
Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.