DPP 3.0, le test

02/04/2007 Aucun commentaire par Cédric G. +

Canon a profité de la sortie de son nouveau boîtier pro, l’EOS 1D mark III, pour améliorer l’outil gratuit de dématriçage de la marque, Digital Photo Professional, qui passe en version 3.0. Disponible depuis quelques jours sur le site Canon Canada (les européens sont toujours les derniers servis 😉 c’est connu !), je vous propose une petite exploration des nouveautés de ce logiciel qui malgré ses performances et ses résultats excellents, a bien du mal à évoluer face à la concurrence en terme de fonctionnalités !

DPP 3.0 : premières impressions

Après une rapide installation qui nécessite la présence d’une ancienne version de l’outil ou de Zoom Browser (l’astuce pour l’installation « libre » pour la version 2.2 dont j’avais parlé ici ne fonctionne plus !), l’ouverture de l’outil n’apporte au premier abord que très peu de changements.

L'interface de DPP 3.0
Cliquez pour agrandir l’image
L’interface générale ne change quasiment pas…

Il faut aller chercher dans les petits détails pour voir que oui : il y a eu des modifications ! Tout d’abord au niveau de l’explorateur de répertoires, il est désormais possible de copier/coller des fichiers, de créer des répertoires, et glisser-déplacer les fichiers : cela n’était pas possible dans les précédentes versions, alors que c’était une fonction « minimaliste » pour un outil censé permettre le traitement par lots et le visionnage d’images numériques 😉 . Il est par ailleurs possible de réorganiser les images dans un même répertoire, en les déplaçant à la souris pour les classer selon ses propres désiratas (peut être utile pour regrouper les photos par types, en vue de traitements par lots).

Autre petit détail fort intéressant pour les personnes travaillant en RAW+JPEG, il y a maintenant la possibilité de masquer le JPEG quand un même fichier existe dans les deux formats dans le répertoire en cours !

Option permettant de masquer les JPEG pour les images RAW+JPEG
Cliquez pour agrandir l’image
Aller dans le menu Outils / Préférences pour accéder à cette option

Parmi les autres nouveautés, l’apparition d’un onglet « NR » (pour Noise reduction) dédié au traitement du bruit image par image, qui vient supplémenter les deux existants (onglets RAW et RVB) qui eux aussi ont subit de légères améliorations (abordées en détail plus loin)

Onglet de paramétrage RAW
Onglet RAW pour le réglage du dématriçage

Onglet de paramétrage RVB

Onglet RVB, pour le peaufinage des images ou le réglage des fichier JPEG et TIF

Onglet dédié à la réduction du bruit numérique

Onglet « NR » dédié à la réduction du bruit numérique

Cliquez pour agrandir les images

On peut noter l’uniformisation des onglets (les boutons de réinitialisation ont désormais tous la même forme), et l’apparition de « mesures » (en IL ?…) sur l’outil de gestion de la gamme dynamique (onglet RAW – courbe au niveau du réglage du contraste, permettant de gérer le nombre de valeurs entre ombres et lumières), qui permet désormais aussi de régler les points d’entrée et de sortie (pour le contraste des hautes et basses lumières).

Enfin, on notera deux améliorations au niveau du traitement par lot (que je n’aborderai ici pas en détail), avec la possibilité de générer simultanément les fichiers JPEG et TIF en un seul processus, et d’ouvrir les images générées avec l’application de son choix, et donc plus seulement Photoshop !

Options du traitement par lot permettant de générer TIF + JPEG et d'exécuter l'outil de son choix en sortie
Cliquez pour agrandir l’image
Possibilité de générer TIF + JPEG, et possibilité d’ouvrir les images générées en sortie, avec l’outil de son choix (ici Photofiltre !)

Trier et comparer les images

DPP troisième du nom offre toujours la possibilité de « trier » (en réalité classer par qualité en leur attribuant une note, pour ultérieurement les traiter comme l’on veut par groupes) rapidement les fichiers en leur attribuant des notes (de 1 à 3, ou aucune note), grâce à son Outil de vérification rapide, mais sans amélioration pour cette fois. On y accède toujours par ALT+Q (après avoir sélectionné les fichiers que l’on veut traiter) ou en allant dans le menu Outils / Démarrer l’outil vérification rapide.

L'outil de vérification rapide dans DPP
Cliquez pour agrandir l’image
L’outil de vérification rapide, sans amélioration

Petite piqure de rappel sur les raccourcis de ce petit outil sympa :

  • Pour passer d’une image à l’autre, utiliser les flèches de direction Gauche / Droite
  • Pour aggrandir l’image ou la réduire, double-cliquer dessus (attention, aggrandie elle ne s’affiche qu’à 50% de sa taille réelle !)
  • Pour attriber une note de 1 à 3, appuyer sur CTRL+1 (ou CTRL+2 ou CTRL+3)
  • Pour redresser une photo (de 90°) vers la gauche ou la droite, utiliser respectivement CTRL+L ou CTRL+R
  • Pour effacer la note, faire CTRL+Z

On peut bien évidemment utiliser les boutons à droite de l’écran, qui remplissent ces fonctions ! Toujours un regret me concernant : l’impossibilité de supprimer directement des fichiers, ce qui éviterait de devoir utiliser un classement pour marquer ces derniers et les supprimer ensuite !

Toutefois, une nouvelle possibilité est apparue en marge de l’outil de vérification rapide : la possibilité de synchroniser l’affichage de plusieurs images ! Cela permet, en clair, de pouvoir choisir simplement par exemple sur une série d’images similaires affichées côtes à côtes, la meilleure du lot, en laissant à DPP la gestion de la position de la zone à visualiser et l’aggrandissement utilisé (identiques pour toutes les versions affichées !) ; voici le mode opératoire en images :

Ouvrir tout d’abord les images à comparer (ici deux images semblables) en double-cliquant dessus :

Ouvrir les images à comparer
Cliquez pour agrandir l’image
Ouvrir les images à comparer (double-clic sur chaque image)

Puis aller dans la fenêtre principale, dans le menu Fenêtres, puis sélectionner (selon votre préférence) réorganisation verticale ou horizontale :

Réorganiser les fenêtres à votre convenance

Les images s’affichent maintenant dans des fenêtres côtes à côtes et de même dimensions ; par contre la position de visualisation et l’aggrandissement de chaque image peut être différent :

Images ouvertes dans des fenêtres réorganisées
Cliquez pour agrandir l’image
Les images sont ouvertes dans des fenêtres réorganisées

Dans l’une des images ouvertes, aller dans le menu Fenêtres puis cliquer sur Synchroniser :

Réorganiser les fenêtres à votre convenance

Magique ! Désormais les images sont affichées avec le même aggrandissement et à la même position, et si vous bougez dans l’une des fenêtres, la position et le zoom seront synchronisés dans toutes les autres 😉 :

Zoom et position correspondent
Cliquez pour agrandir l’image
Les aggrandissements et positions de toutes les images correspondent et se suivent !

Bien entendu, par le menu Fenêtre de n’importe quelle image vous pouvez réorganiser à volonté vos fenêtres (horizontalement ou verticalement) et annuler la synchronisation. Et une fois votre choix effectué et l’image choisie (à garder ou à supprimer) marquée grâce aux numéros (CTRL+1, 2 ou 3), il est aisé de refermer toutes les fenêtres en choisissant Tout fermer dans le menu Fenêtres !

Réglage des images RAW : une grande amélioration !

Soyons clairs dès le départ : ce n’est pas au niveau des résultats que se jouent les améliorations de cette nouvelle version, mais bel et bien au niveau de l’ergonomie et des possibilités de traitement par lots !

En effet, DPP 3.0 permet ENFIN la modification de certains paramètres d’images (au choix) sur un ensemble d’images, sans interférer sur les autres réglages ! Cette fonctionnalité est possible grâce à un nouveau bouton dans la barre d’outils, le bouton « Outils » (justement !), qui permet de faire apparaître la fenêtre « Outils » (de réglages RAW/RVB/NR) directement dans le navigateur d’images, et de l’utiliser directement sur les vignettes de ce dernier !

Bouton Outils, permettant de faire apparaître la palette d'outils au niveau du navigateur

Lorsque l’on sélectionne plusieurs images ayant des réglages différents, la palette Outils permet de voir simplement quelles sont les réglages identiques ou non sur les images sélectionnées. Sur l’exemple suivant, l’une des images a une balance des blancs personnalisée (symbole « K » en bas à gauche de la vignette de l’image), du fait la zone de réglage de balance des blancs est vide car comporte plusieurs valeurs pour les images sélectionnées :

Balances des blancs différentes
Cliquez pour agrandir l’image
Une des images sélectionnée porte le symbole « K » à côté de sa vignette, indiquant que l’image a une balance des blancs personnalisée (« K » pour degrés Kelvins)

Bien évidemment, on peut modifier toutes les zones de la palette outil, et si l’on règle à 5600K la balance des blancs sur notre sélection d’images, toutes se verront affectées ce réglage, sans nécessité de les ouvrir ou de passer en mode « Modification » !

Balances des blancs identique !
Cliquez pour agrandir l’image
On a affecté une balance des blancs à 5600K à toutes les images sans les ouvrir : ça marche !

En fait, il est simplement possible de régler les images, unes à unes ou ensembles, depuis la fenêtre de navigation ! Dernier exemple, la correction de l’exposition d’une image sélectionnée :

Réglage de l'exposition d'une image
Cliquez pour agrandir l’image
Réglage de l’exposition d’une unique image, sans passer en mode Modification !

Vous l’aurez compris, cette nouvelle fonction de réglages par lots ouvre de nouvelles possibilités au niveau du flux de production, puisque l’on pourra (par exemple) régler la balance des blancs sur un ensemble d’images sans interférer sur les autres réglages (exposition, courbes ou netteté), ou rectifier le réglage de netteté selon la sensibilité, etc… Que de temps gagné en perspective !!!

Au titre de l’anecdote, on remarquera que le format des fichiers de styles d’images a évolué et n’est plus compatible avec les versions précédentes (styles complémentaires que l’on peut télécharger sur le web… Ils ne m’ont pas convaincu, personnellement : je regrette par contre de ne pouvoir créer et enregistrer les miens !) : du format .pse, ils passent au format .pf2.

Réduction du bruit

Pas réellement nouvelle puisqu’elle existait dans la précédente version, la fonction de réduction du bruit numérique est désormais possible image par image dans DPP 3.0. Une grande avancée au niveau de la gestion du flux de production, mais qu’en est-il de son efficacité ?

J’ai voulu comparer la qualité d’image finale avec et sans filtrage, sur une image « étalon » (en l’occurrence une photo de sanglier, réalisée en sous-bois avec l’EOS 20D à 800 ISO) dont le détail recadré ci-après permet de se faire une idée à la fois sur le traitement de fond (dans les applats) mais aussi sur les textures haute fréquence comme les poils des animaux, trop souvent « gommés » car assimilés eux-mêmes à du bruit ! Pour le test, j’ai procédé à deux types de réduction (avec le traitement poussé à fond) :

  • réduction totale (luminance et chrominance)
  • réduction uniquement du bruit de chrominance (celui générant les vilaines tâches colorées, le bruit de luminance étant un grain « neutre » au niveau colorimétrique)

Le résultat est éloquent (passez la souris sur les images et attendre quelques secondes, selon votre vitesse de connexion, pour voir la version originale non filtrée) :

Filtrage bruit de chrominance + luminance / aucun filtrage
Réduction élevée bruit de chrominance + bruit de luminance
Filtrage bruit de chrominance / aucun filtrage
Réduction élevée bruit de chrominance uniquement

Ma conclusion : éviter absolument le filtrage du bruit de luminance (qui lisse drastiquement l’image !!!) On pourra conserver le filtrage du bruit de chrominance, toutefois avec réserve car j’ai observé, durant mes nombreux tests, l’apparition d’artefacts (totalement inexistants sur le RAW original !) sur certaines images, produisant le même effet qu’une poussière sur le capteur !

J’ai pris l’habitude depuis mon passage (à l’époque) à l’EOS 20D, de ne plus du tout filtrer le bruit sur mes images, même à très haute sensibilité. En effet, deux utilisations sont possibles pour nos images numériques : soit la diffusion sur le web (donc en formats fortement réduits, donc rééchantillonnés ce qui a pour effet de lisser naturellement le grain, qui devient quasi invisible), soit l’impression (et dans ce cas, le bruit n’apparaît quasiment pas, ou au pire donne de la matière et une impression de détail visuel à l’image !!!)

Performances

Au premier abord, on constate de visu une amélioration sensible de la vitesse d’affichage des images (en navigation avec les vignettes, aussi bien qu’au niveau de l’outil de vérification rapide ou que l’affichage dans la fenêtre de réglage des images). En fait cela tient à un nouvel algorithme d’affichage, qui procède en 3 passes (visibles sur les machines modestement puissantes 😉 )

Toutefois, on peut « aussi » noter qu’il n’y a AUCUNE amélioration avec les anciens formats RAW (fichiers .CRW issus de mon antique 300D, notamment), certainement parce que l’algorithme utilisé pour leur affichage n’a subit aucune amélioration !!! Pire, j’ai le sentiment qu’au dématriçage, on a perdu en performances sur ces anciens fichiers !

Concernant le dématriçage : je n’ai très sincèrement pas constaté d’améliorations palpables, je vais donc procéder à des tests chronométrés !

(mesures à venir !!!)

Conclusion

Voici une amélioration plutôt sympathique de DPP, avec des nouveautés vraiment intéressantes, même si l’on regrette encore et toujours l’absence d’avertissement sur les zones crâmées/bouchées, une fonction de rotation fine permettant de redresser les horizons penchés, et une fonction de réglage des niveaux comme dans Photoshop qui pourrait venir prendre place dans l’onglet RVB (puisque le réglage des courbes y ressemble fortement, sans la précision !)

À retenir :

  • les améliorations globale sur la gestion des images (outil de comparaison, gestion des fichiers, classification…)
  • les améliorations sur les possibilités de réglages par lot pour les images RAW (très utile !!!)
  • la fonction de réduction du bruit enfin réglable image par image (on reste très loin d’un Neat Image)
  • les performances en hausse

Mise à jour à suivre sur les mesures de performances !

,

L'auteur : Cédric G.

Auteur photographe animalier, informaticien et passionné d'animaux et de nature. Administrateur du blog Aube Nature
Les commentaires sont fermés.