Concours photo : avec ou sans vaseline ?

14/04/2011 41 commentaires par Cédric G. +

Le temps des concours photo nature est revenu, et les grands classiques se répètent : GTD, Wildlife photographer of the year, Montier-en-Der, Festival de l’Oiseau…

Et parmi tous ces concours photo, quelques alléchantes propositions qui promettent monts et merveilles mais cachent, dans les petites lignes de leur règlement, des fourberies dignes de ces sites vous promettant la bonne fortune pour quelques euros : c’est le cas du concours Terre Sauvage 2011 !

Photographes, vaches à lait pour le groupe Bayard Presse ?Le dernier concours Terre Sauvage est bien de ceux-là : comme si les clauses des précédentes éditions ne suffisaient pas (clauses stipulant que les photographies nominées étaient librement utilisables par le groupe Bayard Presse durant deux années), la nouvelle mouture 2011 remet le couvert, avec la mise en place de nouvelles catégories dans le concours, destinées aux reportages !

Comprendre par là la mise à disposition de séries de 6 à 12 photographies sur des sujets précis, soit plus de 1500 photos au total, que le groupe de presse et ses partenaires pourront  utiliser durant deux années pour leurs besoins !!!

De ce fait, j’invite à refuser fermement, avec mes amis et partenaires photographes, tout participation au concours du magazine Terre Sauvage, tant que ces clauses abusives ne seront pas purement et simplement supprimées de leur règlement : information à relayer très largement à vos contacts !

[.

Et à lire également :

,

L'auteur : Cédric G.

Auteur photographe animalier, informaticien et passionné d'animaux et de nature. Administrateur du blog Aube Nature

41 réponses sur Concours photo : avec ou sans vaseline ?

  1. Seb F. a écrit

    Hello,
    Je ne fais pas partie de BeneluxNaturePhoto, mais aimerais quand même apporter mon soutien (c’est le minimum !)
    Voilà donc mon commentaire 😉

  2. manu a écrit

    Perso

  3. manu a écrit

    Oups ! Je disais donc que personnellement je boycotte désormais Terre Sauvage mais aussi tout le groupe Bayard-Milan ( voir ici : http://www.upp-auteurs.fr/actualites.php?actualite=469 )
    Cordialement.

  4. josh a écrit

    J’ai écrit un post similaire sur mon blog en anglais (http://joshfassbind.com/blog/2011/rant-photography-contests/) il y a deux semaines. Le problème majeur c’est que des photographes (pro ou amateurs) en quête de gloire vont y voir un opportunité d’être publié.

    Malheureusement je ne vois pas d’issue à cette problématique car les organisateurs (magazines, marques, etc) y voient un moyen pas cher d’avoir une ribambelle de photos parmi lesquelles choisir pour leur(s) future(s) campagne(s) ou publication(s) et les photographes aveuglés par l’ambition, eux, trouvent leur bonheur dans l’opportunité citée ci-dessus.

    C’est bien dommage!

    Je ne suis pas non plus membre de BeneluxNaturePhoto mais j’apporte évidemment mon soutien à cette initiative.

  5. pyrros a écrit

    JE ne suis pas (…encore) sur BeneluxNaturePhoto mais tu peux m’y ajouter 😉

    Perso je ne participe plus aux concours, sans avoir lu, relu et rerelu le règlement … donc je ne participe que rarement 😉

    J’avais un articles sur le meme genre de pratique lors des concours des OT et SI : http://pyrros.fr/coup-de-gueule/coup-de-gueule-comment-ne-pas-payer-un-photographe-professionnel/

  6. Fred a écrit

    J’apporte également mon soutiens …. mais je ne suis PLUS sur BeneluxNaturePhoto (vous ne perdez rien à ne pas y être d’ailleurs …)

    Donc j’apporte mon soutien ici … et j’ai déjà vu plusieurs site relayer l’info… donc c’est en bonne voie 🙂

  7. Jacques Auger a écrit

    Bonjour Cédric,

    Je ne suis plus sur Bénélux (marre des modos), ni aucun autre forum d’ailleurs, mais tu peut m’ajouter à la liste.

    Jacques Auger, photographe amateur

    Amicalement,

    Jacques

  8. ... a écrit

    Tu peux bien sûr ajouter sur la liste Bertrand Girard photographe amateur – ex lecteur de Terre Sauvage.

  9. Sarrazin a écrit

    Comment ne pas soutenir cette cause !! Une honte.

    Franck Sarrazin . PHOTOGRAPHE

  10. Cédric G. a écrit

    Merci pour votre participation : n’hésitez pas à utiliser le FORMULAIRE prévu à cet effet pour vous inscrire !

    Ici => http://www.revuephoto.com/2011/04/boycott-de-concours-pour-clauses-abusives/

  11. ... a écrit

    C’est très étonnant ces gestionnaires de groupes de presse qui scient la branche sur laquelle leur business repose.
    Ils ne semblent pas avoir conscience que sans photographes ils ne vendrons plus de papier.

    • Cédric G. a écrit

      Pour ma part il y a au moins un an ou deux que je n’ai plus acheté Terre Sauvage.

      Je le feuillette chaque mois en kiosque, mais je n’y retrouve plus la qualité de ce qu’on avait il y a quelques années.

      Moins de contenu, moins de reportages, moins d’images. Où sont les super reportages de Louis-Marie Préau (et de bien d’autres) qu’on a connu il y a quelques années ? Cela devient « insipide » à la longue, les reportages sont de plus en plus courts, les images moins bonnes.

      Les gros groupes de presse voient leur qualité tirée vers le bas, tandis que les « petits » magazines œuvrent pour la qualité : c’est indéniable aujourd’hui !

  12. Animode a écrit

    Bonjour Cédric,
    J’adore le titre de ton article. Édifiant le texte de l’UPP.
    Je crois que la coupe est pleine cette fois.
    Il y a vraiment de l’Abus. Et après, il s’étonne que les mag ne se vendent plus!
    J’ai relu hier ton article sur une Photographie dite Équitable. A médite Messieurs les Groupes de Presse!
    Cordialement du Costa Rica
    Franck

  13. elmer a écrit

    Je passe le message autour de moi. Bonne initiative.

  14. Olivier Esnault a écrit

    A tous les photographes ayant pignon sur rue, faites le ramdam nécessaire pour que cela se répande comme de l’huile sur une nappe en papier…! En profondeur !

    • Cédric G. a écrit

      Merci pour ton soutien Olivier 😉

      Personnellement je ne vois pas comment le magazine pourrait ne pas réagir. Et d’ailleurs, s’ils réagissent dans le bon sens, il ne fait nul doute que la participation sera massive à leur concours (que je serai le premier à relayer… quand le règlement sera remis « en ordre » !)

  15. Pierre-Yves a écrit

    On marche vraiment sur la tête!
    Je suis pour le boycott et je diffuse l’info. Comment devenir photographe si la presse néglige notre travail!

    Cordialement

  16. Serge a écrit

    Salut et merci pour cette info…..quelle honte ! , malheureusement ce n’est pas le seul concours visant à escroquer les photographes.
    Encore merci pour ton blog sans langue de bois !
    salutations

  17. Cedric Jacquet a écrit

    Salut Cédric,

    Cela fait des années que TS incorpore des clauses totalement abusives dans le règlement de son concours. Espérons que l’indignation générée cette année suffise à les faire fléchir. En tout état de cause, il faut aussi ECRIRE AUX « PARTENAIRES » comme Delachaux et Niestlé, car ils sont impliqués et peuvent directement profiter des photos ainsi ‘obtenues’ par TS … –> il faut attirer leur attention sur l’impact négatif que cette association a sur leur image … http://www.delachauxetniestle.com/ –> tout en bas de la page : ‘Contacts’

  18. ... a écrit

    L’appel au boycott du magazine Terre Sauvage se répand sur le Net à une vitesse incroyable, c’est très impressionnant et tellement justifié. Personnellement, j’avais déjà modérément apprécié l’astuce de ce magazine qui avait utilisé le prétexte d’une pétition en faveur d’une cause environnementale pour en fait récupérer nos adresses de courriels et nous spammer ensuite pour promouvoir chaque nouveau numéro sorti.
    Une chose est sûre, suite à cette affaire, il leur faudra des années pour redorer leur image…

  19. ... a écrit

    Je viens de lire le droit de réponse du rédac chef de ce canard, quel foutage de gueule, ils nous prennent vraiment pour des neuneus.

  20. Anonymous user a écrit

    Bonjour,

    Alerté par quelques amis, je découvre avec une pointe d’effarement les propos qui sont déversés ici, sur le Concours Nature Images Awards organisé, entre autres, par Terre sauvage, dont je suis le rédacteur en chef.
    La virulence de votre texte, et surtout l’ampleur des inexactitudes et des omissions qu’il contient, me conduisent à vous apporter quelques précisions utiles à la sérénité du débat et à la libre détermination de chacun.
    1- Le concours Terre sauvage existe depuis 7 ans. Il semble que ses clauses aient suscité parmi vous quelques griefs (c’est du moins ce qu’indique votre texte). Quel dommage que personne ne nous en ait jamais informé ! Parmi les milliers de photographes qui, depuis 2004, nous ont soumis leurs images, pas un seul ne s’est plaint du traitement qui leur était infligé.
    A la faveur de cette « nouvelle formule » du concours, nous en avons réécrit le règlement, dans un sens infiniment plus restrictif, et protecteur des droits des photographes. Alors que précédemment, en effet, le fait de soumettre une image impliquait une cession de droits pour tous les magazines du groupe, dans le nouveau règlement, cette cession ne concerne plus que Terre sauvage, et ne porte que sur les photos nominées. La norme des concours internationaux de même nature, c’est la cession des droits pour toutes les images soumises. Il est donc très étonnant que ce qui n’avait posé de problème à personne jusqu’ici en pose maintenant, alors que nous avons strictement limité les usages. De plus, jusqu’ici nous avons utilisé les images reçues avec beaucoup de mesure, et nous ne les avons pas proposées aux titres du groupe comme nous aurions pu le faire ! Ce que vous écrivez sur ce point n’a donc qu’un rapport très lointain avec la réalité.
    2- Le calcul auquel vous vous livrez sur le nombre d’images sur lequel nous pourrions détenir des droits est tout à fait intéressant, nous n’avions même pas songé à l’effectuer nous-mêmes. En effet, qui peut penser un seul instant que nous fondons notre politique éditoriale sur le résultat d’un concours, par nature très aléatoire ? De même que nous avons utilisé avec mesure les images des années précédentes, nous utiliserons avec mesure les images de cette édition et des suivantes, uniquement pour porter les sujets et les thématiques liées aux axes et aux catégories des Nature Images Awards.
    3- Le fait que l’inscription au concours soit payante vous apparaît comme une circonstance aggravante. Là encore, les concours internationaux de même nature sont payants, et cela ne semble pas vous choquer ? Une précision : précédemment notre concours était gratuit, mais nous exigions l’envoi de tirages. Nous avons calculé le coût des tirages, celui de l’envoi, etc, et nous avons déduit un coût moyen de 15 €. C’est le prix que nous avons fixé. Là encore, donc, rien de très nouveau…
    4- Outre les prix affectés aux lauréats, les Nature Images Awards prévoient l’octroi de plusieurs bourses visant à financer la production de sujets futurs. C’est à nos yeux une caractéristique essentielle de l’opération. Dommage que vous n’en fassiez pas mention. Vous avez sans doute raison, au fond : il serait dommage qu’un détail aussi trivial vienne ternir la pureté de votre vibrante indignation !
    5- Vous évoquez les partenaires du concours. Sur ce point, j’admets que la formulation du règlement peut prêter à confusion. Clarifions donc les choses : les partenaires attachés à une catégorie (Natureparif pour « Espèces en ville », l’UICN pour « Peuples et territoires ») auront accès aux images nominées dans cette catégorie. L’éditeur partenaire de l’opération aura seulement la possibilité d’éditer le livre-palmarès annuel. Il n’est pas prévu d’accès aux images pour d’autres productions. Cela nous paraissait aller sans dire, mais cela va sans doute mieux en le disant, et nous pourrons apporter cette précision dans le règlement !
    6- Concernant les droits multimédias, nous avons là encore reproduit les clauses usuelles dans les manifestations de ce type, nationales ou internationales, et simplement précisé les dispositions existantes dans la version précédente de notre concours.

    Une remarque de détail : parmi les signataires de votre libelle, plusieurs sont des collaborateurs de Terre sauvage, qui ont à ce titre mon numéro de portable ou celui du responsable photo, Erik Sampers. Il est regrettable qu’aucun d’entre eux n’ait eu l’idée de nous appeler pour nous demander ces éclaircissements qui paraissent nécessaires. Comme l’observait Pierre Desproges, c’est fou comme les gens courageux peuvent être distraits, parfois…

    Un mot pour conclure : à ce jour, la fréquentation du site Nature Images Awards excède toutes nos prévisions les plus optimistes. Les connexions enregistrées provenaient, 8 jours après le lancement, de 88 pays. J’espère très sincèrement que nous pourrons aplanir les incompréhensions que vous relayez, et que chacun pourra, en conscience, faire le choix de rejoindre ou non cette aventure !

  21. ... a écrit

    Monsieur, veuillez respecter les photographes en commençant par ne pas les prendre pour des pigeons. Vous n’avez aucune raison d’utiliser les photos du concours, autrement que pour sa promotion. Le texte de votre règlement de concours ne laisse aucun doute quant à votre volonté de récupérer du contenu gratuitement au bénéfice de votre groupe de presse. C’est écrit en toutes lettres, faut-il que l’on vous cite les articles ?

  22. Cédric G. a écrit

    Bonjour

    Merci Mr Fresko pour votre passage ici.

    Juste afin que les choses soient claires, je souhaiterais qu’à partir de maintenant les personnes se nomment, afin que nous puissions échanger sans nous adresser à des inconnus.

    Merci

    Pour ce qui est de votre concours : vous semblez considérer que les usages faits des photos des précédentes éditions sont réellement anecdotiques (c’est certainement le cas !)

    Pourquoi alors, ne pas limiter, comme le font tous les grands concours actuels (Montier-en-Der, WPY, GDT, AVES, Festival de l’Oiseau, j’en passe et des meilleurs) l’usage desdites photos à la promotion du concours sous toutes ses formes ?

    Pourquoi ajouter ce genre de clause à votre règlement qui, excusez-moi, ne limite pas telle ou telle catégorie à tel ou tel partenaire, comme vous semblez le sous-entendre, mais généralise les usages de l’ensemble des photos nominées ?

    Tous les « signataires » de notre mouvement ne sont pas photographes professionnels (je le suis disons à mi temps pour ma part), mais tous savent combien le marché de la photographie est dévalué. Il semble que les photographes, plus que jamais, soient les dindons de la grande farce de l’édition : les imprimeurs sont payés, les maquettistes, les rédacteurs, les distributeurs ont leur part du gâteau, mais ceux qui sont toujours en bout de chaîne, ce sont TOUJOURS les photographes.

    Et pourtant, le contenu de vos magazines, ce sont bien eux (nous) qui le font !

    J’ai souvent, très souvent acheté votre magazine, qui reste une référence encore aujourd’hui (j’en ai plein mes placards). Et croyez-moi, si j’ai participé au mouvement (on dira que j’ai une « certaine visibilité » sur la toile ce qui me place en première ligne, à mes dépends), ce n’est pas par plaisir ou par cruauté, car j’ai autre chose à faire que de devoir défendre sans cesse mes intérêts et ceux de mes collègues, mais avons-nous d’autres choix ?

  23. Photonum a écrit

    Signature effectuée sur Revue photo.
    De tout coeur avec vous les pros!!!
    Photonum = Patrice Julaud pour assurer clairement mon soutient

  24. PIO a écrit

    J’ai arrêté l’abonnement à TS
    Où va ce monde???

  25. Jestin Thierry a écrit

    Bonjour,

    Je n’ai jamais participé à des concours de ce type.
    Je ne sais pas si il faut jeter la pierre à TS, mais peut être que c’est une pratique qui s’est mise en place au fur et a mesure et que personne n’avait pas vraiment penser à mal au départ ?
    Le principe même d’un concours est de mettre en avant une personne, une technique, un savoir faire. Après le gagnant, doit il signer un contrat d’exclusivité et de fournir du  » matériel » ?, c’est le cas des émissions tv crochet et autres concours miss truc muche. Mais pour moi, la photos c’est de l’art. Il y a un salon de peinture dans ma commune chaque année, croyez vous que le lauréat doivent mettre à disposition « gratuite » ses œuvres ? Que l’organisateur puissent revendre à son profit les droits d’image ou reproduction ? Et bien non, c’est juste un « tremplin » pour se faire connaitre et faire apprécier la peinture au plus grand nombre. Après les différents partenaire font un peu de pub en tant que mécénat , c’est de bonne guerre.
    Maintenant, il suffit que les choses soient bien claire au départ et sans ambiguïtés pour personnes. Chacun est libre de participer ? Il suffit peut être de renommer la chose ?
    Non pas en un simple concours « traditionnel », mais comme un concours style « d’embauche à un poste » ou le « gagnant » doit signer en quelques sortes un contrat d’exclusivité et que son travail appartiennent à la société signataire ?
    Il y a juste peut être un manque de communication ou une certaine maladresse sur l’enjeu ?
    Généralement l’éthique ne va pas de paire avec le financier et la stratégie économique pure et dure
    Il faut poser des gardes fous et éviter les dérives comme les micro stock.
    Donc, la bonne question :
    Est ce que ce type de concours est un moyen déguisé de se faire une nouvelle source « à pas cher » ? Ou quelque part les participants s’y retrouvent ? ( plus grande diffusion, donc de reconnaissance..?)
    Il faudrait étudier plus en profondeur, voir à moyen terme les conséquences réel.
    cela mérite un éclaircissement de part et d’autre.
    @+

  26. Marc Delsalle a écrit

    Salut Cédric,

    J’avais entendu parler de ce concours par une note envoyée par David Greyo. Je constate que les choses ont rapidement évolué concernant ce concours photo. Même si je ne participe pas aux concours (je n’ai pas la prétention d’avoir une photo digne de participer), je comprends parfaitement la réaction des photographes face aux clauses abusives que peuvent contenir ceux-ci.
    Le métier de photographe (nature) a été soumis à une forte pression économique ces dernières années et visiblement ce grand groupe de presse n’est pas au courant ou n’en a cure.
    Bref, même si je suis plutôt à ranger du côté des ornithologues/naturalistes plutôt que celui des photographes, vous avez tout mon soutien dans votre démarche.

    Marc Delsalle

  27. Cédric G. a écrit

    Merci à vous pour votre soutien à cette action.

    J’aurais tant aimé ne pas avoir à écrire ce genre de chose sur mon blog, et me contenter (si j’ose dire) d’articles techniques ou photographiques !

    Mais avais-je le choix ?…

  28. Marc Charbonnier a écrit

    Eternel débat: les amateurs voient en ces concours une opportunité de montrer leur travail et les pros voient ça comme de la concurrence déloyale. Je me situe clairement du coté des pros sur le fond mais il faut bien admettre que c’est tentant de participer pour la notoriété que cela peut donner si on gagne.
    J’ai été primé à un concours photo sur Genève, mais les lots gagnés valaient largement la valeur intrinsèque de ma photo… qui n’a d’ailleurs jamais été réutilisée à ma connaissance. Finalement, je suis gagnant, on peut même considérer que ma photo a été vendue… Mais c’est plus pour les perdants que le procédé est discutable: non seulement ils perdent le concours mais aussi une ou plusieurs photos! Doublement perdant!

  29. Animode a écrit

    Salut Cédric,
    Je crois que la Grenouille de mai va valoir son pesant d’or!.
    Franck

  30. Samuel a écrit

    Sur le facebook de Terre Sauvage, une « réponse » de Erik Sampers
    http://www.facebook.com/notes/terre-sauvage/a-propos-du-concours-photos-de-terre-sauvage/10150159119131766

    • Cédric G. a écrit

      Oui, une réponse en demi-teinte… Comme on dit : « faute avoue, à moitié pardonnée ! »

      Tant que le règlement restera ce qu’il est, il n’y a strictement aucune garantie pour les photographes quant au respect de leurs droits.

      Quant à faire un rapprochement sur les dotations du concours (certes honorables), je ne vois pas le rapport : les photographes paieront pour participer, et en aucun cas les dotations doivent être vues comme un paliatif sur l’abandon de leurs droits pour deux ans 😉

  31. GC a écrit

    Photographe amateur, je me refuse à participer à de tels concours, même pour en tirer une quelconque renommée!

    Je veille aussi à toujours soulever de telles clauses quand j’en lis dans des règlements; mais de tels proportions d’opposition auront, à coup sur, l’effet escompté!

    Bonne opposition à tous, tenez (tenons) bon !

  32. troglobird a écrit

    Bonjour Cedric G ainsi qu’à vous tous, je ne sais pas ce qu’est un pseudo SEO mais j’espère que je n’en suis pas un, je viens souvent sur votre site que je trouve complet et j’y trouve une foule d’informations (merci d’en faire profiter à tous) d’habitude je n’y participe pas, je me sens petit par rapport à vous tous, mais ce que je viens de lire ainsi que votre article sur les microstocks me fait bondir, (j’ai l’impression que cela ce rejoint) alors même si je ne suis pas pro et que je n’ai de photos en ligne nulle part vous avez mon soutien.
    J’ajouterais qu’au niveau du règlement TS cela rejoint ce que j’ai découvert grâce à vous et vos deux articles en voulant m’inscrire sur flickr, en effet il semblerais si j’ai bien compris qu’il peuvent faire ce qu’ils veulent des clichés du moment qu’on les a mis sur leur site (article 8 au cas ou quelqu’un a envie de voir).
    Enfin voilà continuez de nous faire rêver avec vos superbes clichés, battez vous pour vos droits et merci de nous faire partager votre savoir, vos infos et comme je l’ai déjà dit, même si je n’ai aucun poids, vous avez mon soutien.
    jean B

  33. Linh_Hanoi a écrit

    Malheureusement, beaucoup de personnes ne lisent pas les clauses dans le détail (par manque de temps ou d’envie).
    Heureusement, certaines personnes sont là pour des rappels à l’ordre comme ceux-là.
    Sinon, du nouveau depuis ? Comment les choses ont-elles évolué ?

Laisser un commentaire